Le blogue d'Edmond Prochain

18 juin 2010

(*) Ému aux larmes

Filed under: Humeur(s) — Edmond Prochain @ 0:06
Tags: , , , , ,

C’est le paradoxe du blogueur : participer à la logorrhée ambiante tout en se prétendant en distance avec elle ; vouloir instaurer une distance avec l’esprit du monde, mais le suivre mouvement pour mouvement, dans une danse étroite et interminable. Il y a indéniablement un bruit de fond dans notre société.De kiss-in en apéro gênant géant, de retraites en salaires de ministres, on a un avis (ou on s’en compose un, vite fait bien fait) et on ne trouve rien de mieux à faire que de le donner. C’est intéressant, mais ça fane un peu vite, finalement.

Beaucoup, souvent, croient qu’ils ont quelque chose à dire alors qu’ils ont juste désespérément envie de dire quelque chose. (Je ne prétends même pas me situer hors de cette catégorie…) On peut reprocher ce qu’on veut à internet en général et aux blogueurs en particulier, j’accepterai volontiers qu’on m’accuse d’accentuer le brouhaha. Et puis après ? J’aurais arrêté de parler depuis longtemps si on cessait de m’écouter. L’illusion d’un lectorat, si modeste soit-il, est celle de créer une attente ; c’est flatteur, mais heureusement qu’on arrive à le dépasser.

Et puis il suffit d’une journée un peu plus pesante que les précédentes pour que les questions (qui parfois n’en sont pas, mais "les problèmes" était excessif) s’envisagent soudain différemment. On repense à des bouquets de fleurs, à une boîte de framboises ou aux mots d’un livre durablement installé en position horizontale, en exil de la bibliothèque des dormants. L’ensemble donne un curieux "vraquier" qu’on contemple avec un léger sourire lorsqu’on fait un pas en arrière : bienvenue dans mon brouhaha personnel !

Ça commence avec un courriel. Des courriels, j’en reçois des dizaines par jours (oui : des dizaines… le boulot veut ça), alors il en faudra un qui se démarque sérieusement pour que je le considère comme remarquable. C’était celui d’un ami, même un frère, parti récemment pour une mission qui l’éloignera durablement de mon chemin. Rien d’extraordinaire dans ce qui y est dit, mais son style unique qui semble dire à chaque virgule : "C’est bien moi". La joie, la sincérité ; "l’assurance de [s]a prière"… des mots qui sonnent juste. Qui sonnent, juste. (*)

Ailleurs, je bloque sur une expression. "Seigneur, je te rends grâce pour le tout le bien que tu m’as fait". Quand je dis que je bloque, je veux dire que je m’arrête et que je m’incline. Ce sont des mots sans relief, sans gloire, sans éclat. Pourtant, eux aussi sonnent juste : "le bien que tu m’as fait". On parle trop souvent de "faire du bien". Pauvres nuances sur lesquelles nous butons en croyant comprendre… Dieu ne nous veut pas du bien. Ni "veut", ni "du". Il fait pour nous le bien. Faire. Le. Et dans l’intervalle, ce "pour" qui se glisse à notre avantage. Quand a-t-on cessé de s’interroger sur les mots qu’on emploie ? "Pour le bien que tu m’as fait, Seigneur, je te rends grâce…" (*)

Dernier point – avant qu’on me reproche de jouer la carte du journal intime, ce que je n’ai nullement l’intention de faire en cet instant. Je suis partial : j’ai déjeuné aujourd’hui avec François Lespés (qui est journaliste), et j’avais un peu honte parce que je n’avais pas encore eu le temps de voir son premier documentaire de 52 minutes diffusé la semaine dernière sur KTO : Sacerdoce(s). Bon. Ça s’assume sans trop de peine, mais j’avais un peu honte quand même, surtout que je voulais le faire. Mais du coup, je me suis rattrapé ce soir. (*) J’ai donc regardé le film, et je me suis laissé fasciner (façonner ?) par ces trois portraits croisés de prêtres d’aujourd’hui, sans rien de commun, ni dans le lieu, ni dans l’histoire, ni dans le caractère, ni dans la démarche. Et pourtant… tout se déroule comme s’ils n’étaient qu’un, comme s’ils ne participaient qu’à une même œuvre. J’enlève le "comme" de la phrase précédente. Et le plus beau, le plus grand, je l’avoue, c’est que celui qui a su le mieux me toucher, c’est celui qui - a priori – était le plus éloigné de moi. Je ne dis pas lequel ; je préfère laisser à chacun un regard neuf sur ces images. 52 minutes, ça peut sembler long… mais vraiment, ça vaut la peine. (*)

Après tout, le 18 juin valait bien qu’on parle un peu de l’Appel…

*

(*) Ému aux larmes.

.

Photo : Laurent Dubois

About these ads

20 Commentaires »

  1. "Beaucoup, souvent, croient qu’ils ont quelque chose à dire alors qu’ils ont juste désespérément envie de dire quelque chose." euh … well (comme disent mes compatriotes Blake et Mortimer) … ça, ça donne à penser …

    ça par contre – "Après tout, le 18 juin valait bien qu’on parle un peu de l’Appel…" – c’était un peu facile, non ? Bon, en même temps, est-ce que l’on doit forcément éviter tout ce qui et facile ?

    "Sacerdoce(s)" est trouvable sur le net ?

    Commentaire par François — 18 juin 2010 @ 12:24

  2. Oh, tu sais, je ne suis pas du genre à me refuser une facilité sous le seul prétexte qu’elle serait facile ! ;-)

    Et pour voir Sacerdoce(s), tu n’as pas envie d’essayer de cliquer sur le lien que je donne dans l’article, par hasard ?!

    Commentaire par Edmond Prochain — 18 juin 2010 @ 14:13

  3. et ailleurs?
    car je n’aime pas le plugin de KTO…
    (qui grognon?)
    merci d’avance
    un lecteur assidu mais discret^^

    Commentaire par Loutre — 18 juin 2010 @ 18:07

  4. C’est le "… j’ai dit : absolument" qui m’a entraînée ;o)
    Malgré la qualité technique (ce doit être mon ordi…), quels témoignages extras dans leurs ordinaires… Les larmes n’étaient pas loin non plus.
    Merci de nous l’avoir partagé.

    Commentaire par Cath+ — 18 juin 2010 @ 22:27

  5. Eh! c’est trop fou: un documentaire KTO sur 3 prêtres et je connais 2 d’entre eux!
    Non, c’est vrai, il est trop beau, ce documentaire. Mais en vrai, ils sont encore mieux. franchement. je sais pas pour le premier, mais les deux autres, c’est certain.

    Commentaire par do — 19 juin 2010 @ 1:46

  6. et celui que je connais pas, je connais plein de gens de sa famille.

    en plus, c’est drôle, ton image d’intro est bien choisie: le père spi du P. François-Marie, qu’on voit dans ce film, (un vrai saint prêtre, pour le coup), c’est lui qui est maintenant le curé d’Ars! Il ne devait pas s’en douter, quand il montrait son affiche d’Ars à la caméra, ce jour là.

    c’est beau, quand même, une vie de prêtre. ça a plein de sens. dans tous les sens du terme.

    Commentaire par do — 19 juin 2010 @ 2:22

  7. Merci Edmond,
    je suis aussi *. J’adopte cette prière « Pour le bien que tu m’as fait, Seigneur, je te rends grâce… » que je dirai le matin avec le premier signe de croix de la journée. Merci aussi pour m’avoir permis de voir ce film (Sacerdoce)qui donne plein d’espoir, surtout pour moi, expatriée avec peu de contact avec des prêtres comme ceux-là.
    Merci.
    Lydia

    Commentaire par Lydia — 20 juin 2010 @ 14:41

  8. Merci Edmond ! Si j’avais su que tu écrirais de si belles choses sur mon documentaire, je t’aurais payé l’apéro ce jour là !

    Commentaire par François Lespés — 20 juin 2010 @ 19:35

  9. @François Lespés Merci pour ce très beau documentaire!

    mais il est difficile de lire les vidéos sur le site en lien avec votre nom: elles ont du mal à se télécharger ou à défiler. pourtant, certaines sont apparemment très intéressantes! j’espère que vous pourrez y faire quelque chose.

    Commentaire par do — 20 juin 2010 @ 22:18

  10. @ François Lespés : T’inquiète, t’auras des occasions de te rattraper, va !

    Commentaire par Edmond Prochain — 20 juin 2010 @ 23:14

  11. En fait, pas moyen de voir le film sur le site de KTO : déjà plus présent en lecture libre ? Ou autre ?
    Y aurait-il un autre moyen de le voir ? Ça m’intéresserait bien !
    Merci pour l’info éventuelle… et pour tes articles !

    Commentaire par Vianney — 21 juin 2010 @ 10:31

  12. @Do et Vianney
    Merci ! Le documentaire est bien en accès libre, et pour un bon moment. Il faut avoir Windows Media Player installé (ou flip4mac si vous êtes sur mac : http://dynamic.telestream.net/downloads/download-flip4macwmv.htm), et un peu de patience…
    Sinon, j’ai quelques reportages sur dailymotion ici : http://www.dailymotion.com/playlist/x710v_metanoia33_reportages

    Commentaire par François Lespés — 21 juin 2010 @ 17:44

  13. @François :

    Aaaaaah c’est toi Metanoia33 ?? :-D

    J’en profite pour dire : j’aime beaucoup ce que tu fais. À force de te croiser à Paray, Lisieux ou dans la sacristie de St-Laurent j’aurai peut-être un jour l’occasion de te le dire de vive voix !!

    Commentaire par Poussah — 21 juin 2010 @ 22:05

  14. @François : c’est dire que j’avais envie de le voir, votre reportage : j’ai installé WMP… et le désinstallerai dès que le générique sera fini.
    Après ce petit intermède pseudo-geek, je voulais vous dire un grand merci. Je serai ordonné diacre dimanche prochain en vue du sacerdoce, et j’ai trouvé à peu près toutes les "raisons", ou plutôt les motifs, qui sont les miens : donner Jésus, aimer les personnes qui le cherchent et les mener, autant que faire se peut, avec sa grâce, à lui, par tous les moyens qu’Il nous donne : sa Parole, ses sacrements, les paroles et les gestes, la vie de ceux qu’Il appelle à sa suite pour témoigner de cette manière si particulière qu’est le don de sa vie pour Lui. Pour vous.
    Un grand, grand merci ! Continuez, c’est beau ! Que Dieu vous bénisse et nous donne beaucoup de journalistes, de saints journalistes ! :)

    Commentaire par Vianney — 21 juin 2010 @ 23:53

  15. Allez hop, je mets le lien sur mon blog !

    Commentaire par Vianney — 22 juin 2010 @ 0:01

  16. Pas besoin de Windows Media Player… vous utilisez VLC, Ouvrir un flux réseau, mms://a781.v66159.c6615.g.vm.akamaistream.net/7/781/6615/v0001/ktotv.download.akamai.com/15765/streaming/S0062590.wmv

    Commentaire par Poussah — 22 juin 2010 @ 7:43

  17. @Vianney
    Merci beaucoup, Vianney. Quel encouragement ! ma prière vous accompagnera dimanche.

    Commentaire par François Lespés — 23 juin 2010 @ 16:33

  18. Enfin pris le temps de regarder ce reportage… la cloche a sonné, les élèves ont quitté la classe, j’ai allumé le pc et enfin regardé le film… et maintenant, je me sens toute chose… Qu’ils sont beaux ces prêtres si différents mais si plein de leur vocation !
    Merci à François pour ce si beau reportage et à Edmond pour nous l’avoir fait partagé !

    Commentaire par Marie-Anne — 24 juin 2010 @ 17:12

  19. Moi aussi j’ai été très touchée par ce reportage … et pourtant ce n’est pas faute d’en voir … disons que je travaille pas trop loin de notre ami François ! Il à l’oeil … et le coeur …

    Par rapport à votre billet Edmond me revient une phrase entendue ces derniers jours :
    " Il ne faut pas confondre les oeuvres de Dieu ( auxquelles nous croyons concourir ) et l’Oeuvre de Dieu ( en nous sûrement) ! "

    Ravie de vous rejoindre sur ce blog !

    Commentaire par Louveingrid — 25 juin 2010 @ 22:32

  20. [...] ce qui m’avait touché il y a quelques années dans un documentaire de François Lespès : Sacerdoce(s) ; c’est renouvelé [...]

    Ping par C’est ainsi que les hommes se donnent « Le blogue d'Edmond Prochain — 17 mars 2012 @ 18:20


Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Thème Rubric. Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 141 autres abonnés

%d bloggers like this: