Le blogue d'Edmond Prochain

1 octobre 2012

L’Evangile à Hollywood

On parle ces derniers jours d’un potentiel film sur Marie, qui pourrait s’appeler Mary Mother of Christ (traduction : « Marie, la maman de Qui-vous-savez »). La nouvelle m’a donné l’occasion de lire cet article, rempli de ces petites choses qui m’agacent dans un papier de presse (commentaires ironiques, jugements hâtifs, confusions grossières, préjugés non vérifiés…) et qui m’ont presque donné l’envie d’en faire un billet… Et puis, j’ai repensé à une vieille idée, dans la veine d’un ancien billet, et plutôt que dauber sur un journaliste qui n’a même pas signé sa copie, je me suis dit que ce serait sans doute plus amusant – et meilleur pour mon ulcère – de la pousser un petit peu plus loin.

Voici donc, en exclusivité mondiale, les films qui pourraient être tournés si quelques réalisateurs bien connus d’Hollywood se penchaient sur le Nouveau Testament (l’Ancien, ce serait encore autre chose !) pour en tirer leurs nouveaux films. A chaque fois, j’ai imaginé le titre en VO et en VF, le cinéaste, les acteurs principaux, le genre du long métrage et un bref résumé commenté.

Rien de tout cela n’est donc vrai.

Quoique, parfois, on pourrait se demander…

*

The Baptist

de Steven Spielberg

Titre francophone : Jean le Baptiste

Avec Sean Penn (Jean le Baptiste), Leonardo DiCaprio (Jésus), Tom Hanks (Hérode), Anne Hathaway (Salomé)…

Genre : Biopic

L’histoire de Jean, celui qui sera appelé « le Baptiste ». Accueilli comme un miracle par sa mère Élisabeth (réputée stérile) et son père Zacharie (qui fut un temps muet), le jeune Jean ressent dès son enfance que son existence a un but qui le dépasse : préparer la venue du Messie attendu par son peuple. Arrivé à l’âge adulte, il mène une vie sauvage, libre de toute attache, et gagne une renommée immense en appelant les hommes à la purification. Le film suit cet homme qui se laisse entraîner par un destin plus grand que le sien, en révélant la simplicité et le courage de Jean – de sa rencontre avec le Christ à son emprisonnement et sa mort dans les prisons d’Hérode. La vie d’un homme qui changea le cours de l’histoire à tout jamais.

Inspiré de faits réels. Un grand film, plein de visages de gens qui découvrent quelque chose, d’horizons au milieu de l’écran et de travelings impossibles, porté par une somptueuse bande originale de John Williams.

*

Apostle Iscariot

de Quentin Tarantino

Titre francophone : Son nom est Judas

Avec Christoph Waltz (Judas), Jude Law (Jésus), Bill Murray (le Grand Prêtre)…

Genre : Drame

Loin de sa famille et de ses amis, méprisé par ses camarades de route, déçu par celui qu’il s’est choisi comme leader, Judas Iscariote prépare en secret sa revanche. Il est déterminé à mettre fin à l’aventure du Christ et à se dédommager des années qu’il a sacrifiées dans cette quête apparemment sans fin. Mais au bout de ce chemin, la mort se tient en embuscade…

Porté par des dialogues brillants et des cadrages sublimes, conçu comme un habile pastiche de James Bond, le film rend hommage tout à la fois à la comédie noire, au western, au road-movie, au péplum, au suspense d’espionnage et – à sa façon – à l’heroic-fantasy.

*

Pilate King

de Roland Emmerich

Titre francophone : Le secret de Ponce Pilate

Genre : Historique

Avec Will Smith (Pilate), Nicolas Cage (Jésus), Jean Dujardin (Barabas)…

L’histoire secrète dissimulée pendant des siècles d’un préfet philosophe aux prises avec une secte juive, dans une Palestine au bord de la guerre civile. Le film est construit autour du procès de cet homme, rappelé par l’empereur à Rome pour s’expliquer sur sa gestion calamiteuse des émeutes de Judée, avec de nombreux flash-back. On y apprend que Jésus était en réalité le demi-frère de Pilate. Rongé par un dilemme terrible devant la perspective d’envoyer son propre frère à la mort (personne ne connaît leur terrible secret), Pilate fait remplacer Jésus in extremis par Barabas, et l’aide à simuler sa résurrection avec la complicité d’un garde. Le film s’achève sur une bataille épique entre l’armée de Jésus, aux allures de cour des miracles, et les soldats romains derrière un Pilate qui aimerait profiter du désordre pour être couronné roi.

Bien plus que l’épopée #WTF qu’il se révèle être pour le spectateur, Pilate King se veut avant tout la révélation d’un épisode trop méconnu de l’histoire. Un long métrage très documenté et aux effets spéciaux épatants.

*

Kid Jesus

de Chris Colombus

Titre francophone : Le Petit Jésus

Avec Steve Carell (Joseph), Mila Kunis (Marie), Macaulay Culkin Jr (Jésus)…

Genre : Comédie

Avant de devenir celui qu’on connaît, Jésus de Nazareth a vécu une enfance heureuse en Galilée, avec ses parents, d’humbles artisans. Mais ce n’est pas si simple d’être un enfant « normal » quand on sent que la vie vous appelle à accomplir de grandes choses. Durant des vacances en Judée, Jésus échappe à la vigilance de ses parents et décide de se rendre seul au temple. Égaré en chemin, il fait alors d’étranges rencontres, avec des personnages bien connus du public qu’il sera amené à retrouver à l’âge adulte. Et pendant ce temps, ses parents partent à sa recherche dans les rues de Jérusalem…

Dans le plus pur style des productions Amblin Entertainment, voici une histoire espiègle et fantastique sur le pouvoir de l’enfance et la force qui réside en chacun de nous. Une comédie pour toute la famille qui révèle l’immense talent du fils de Macaulay Culkin.

*

Simon from Capernaum

de Baz Luhrmann

Titre francophone : Le fascinant destin de Pierre

Avec Russel Crowe (Simon-Pierre), Nicole Kidman (Marie-Madeleine), Christian Bale (Jésus)…

Genre : Comédie musicale

Sur les routes de Palestine, l’aventure d’un simple pêcheur qui va devenir le premier pape de l’histoire de l’humanité. Ascension, pouvoir, amour, argent, trahisons… On ne sait jamais sur quoi on va poser le pied, sur les routes de Galilée ou de Judée.

Un récit au souffle romanesque impressionnant, porté par des chansons aux orchestrations imposantes ! Attention toutefois : en raison d’un grand nombre de mouvements de caméra, il est déconseillé de voir le film juste après un repas.

*

The 40 Day Temptation

de M. Night Shyamalan

Titre francophone : Tentation

Avec Edward Norton (Jésus) et Liam Neeson (le diable)

Genre : Thriller

Parti au désert pour 40 jours sans manger ni boire, Jésus fait une expérience troublante : il est rejoint par un homme qui l’accompagne et teste chaque jour un peu plus ses résistances et sa volonté. Ami ou ennemi ? Réalité ou fruit de son imagination ? Jour après jour, les certitudes du héros (comme celle du  spectateur) sont bousculées, jusqu’à le faire douter de ce qu’il voit et de ce qu’il entend. Jusqu’au twist final, absolument ébouriffant…

Après quelques années de passage à vide Shyamalan revient au meilleur de sa forme avec ce thriller aux frontières du paranormal, dans la plus pure tradition des films qui l’ont rendu célèbre (Sixième Sens, Incassable, Le Village, Signes…).

Après ce film, le réalisateur a annoncé qu’il resterait dans le domaine biblique pour réaliser Troisième Jour, qu’il présente comme « un Sixième Sens à l’envers », puisqu’à la fin on découvrirait qu’en fait le personnage principal n’est pas mort…

*

Lazarus Undead

de Tim Burton

Titre francophone : Lazare au royaume des morts

Avec Johnny Depp (Lazare), Helena Bonham-Carter (la Mort), Joseph Gordon-Levitt (Jésus), Jessica Chastain (Marthe), Eva Green (Marie)…

Genre : Fantastique

Lazare est un jeune homme fragile et légèrement taciturne qui vit avec ses deux sœurs, Marthe (qui l’a élevé après la mort de leurs parents) et Marie (la benjamine, rêveuse et espiègle). Malade depuis l’enfance, son état empire soudain et il meurt alors que son ami, le prophète Jésus, est en route pour le voir. Mais voilà qu’à peine déposé dans son tombeau, Lazare reçoit la visite de la Mort, qui l’entraîne dans son royaume, où le pouvoir a été confisqué par des rois antiques et où les âmes sont asservies à ces despotes sans pitié. Une légende dit qu’un jour, un homme viendra les délivrer, mais qu’avant lui un autre saura briser le pouvoir des 7 tyrans et préparer le jour de la grande libération. Lazare se lance donc dans un combat qu’il doit impérativement gagner avant que Jésus ne le réveille des morts…

Gothique et psychédélique, baroque et loufoque : du pur Tim Burton que ce film, qui marque sa 3458e collaboration avec Johnny Depp.

*

Sons of Thunder in the Wind

de Terrence Malick

Titre francophone : Les fils du tonnerre

Avec Aaron Taylor-Johnson (Jean), Tom Hardy (Jacques), Owen Wilson (Jésus), Jodie Foster (la mère de Jacques et Jean)…

Genre : Auteur

Jacques et Jean. Deux frères aux caractères différents, et pourtant inséparables. Jacques, l’aîné, est impulsif et extrêmement physique ; Jean, le cadet, est beaucoup plus sensible et contemplatif. Ils représentent à leur façon le lien mystérieux entre le corps et l’âme : indissociables, et pourtant distincts en apparence. Jusqu’au jour où un prophète les appelle à le suivre. Commence alors un voyage qui les révèlera à eux-mêmes et leur fera toucher du doigt l’infini, aux frontières de ce monde.

L’histoire des deux frères est entrecoupée d’images de cieux tantôt orageux, tantôt apaisés, au fil du vent qui entraîne les nuages.

*

En développement :

  • The Last Judgment, de Michael Bay – titre francophone : Judgment Day.
    Genre : Film à multiples records techniques et budgétaires.
  • Story of Paul, de Daren Aronofsky – (titre non traduit).
    Genre : Trip métaphysique.
  • Wedding Feast at Cana, de Wes Anderson – titre francophone : Un mariage à Cana.
    Genre : OVNI.
  • Songs from Nazareth, de Sofia Coppola – titre francophone : Bienvenue à Nazareth.
    Genre : Film à bande originale géniale.
  • The Other Prophet, de Ethan & Joel Coen – titre francophone : Messie malgré lui.
    Genre : Comédie noire.
  • Untitled Prodigal Son Woody Allen Project (titre de travail), de Woody Allen – déjà pourvu d’un titre francophone : Very Bad Son.
    Genre : Pas le meilleur film de Woody Allen.
About these ads

23 commentaires »

  1. En fait, avoue, c’est toi qui traduis tous les titres de films ?

    Commentaire par Vieil imbécile — 1 octobre 2012 @ 16:51

  2. Je veux pas médire, mais The Other Prophet, ça a déjà été fait par les Monty Pythons et ça s’appelle Life of Brian…

    Commentaire par Skro — 1 octobre 2012 @ 17:04

  3. Au moins dans Titanic, les spectateurs pleurent à la fin. Alors que dans Sons of thunder in the wind, ça finit bien. Ce ne sera pas Céline Dion qui fera la B.O. à ce moment-là. Plutôt Vincent Lagaf’ (Beau, qu’il est beau le lac de Tiberiade).

    Commentaire par Sanglier intrépide — 1 octobre 2012 @ 17:06

  4. @ Vieil imbécile : J’aimerais tellement… Les trads française sont si souvent affligeantes !

    @ Skro : Oui, je sais. Et en même temps, non. J’imaginais autre chose, un peu moins absurde et un peu plus noir. Et puis, j’avoue : au fond, c’est surtout là pour le titre et sa traduction française ! ;)

    Commentaire par Edmond Prochain — 1 octobre 2012 @ 17:06

  5. Eh mais tu es vraiment un graaaaaand malade, toi. Merci en tout cas, de l’humour tout en finesse. Je ne sais pas ce qui m’a fait le plus rire, si c’est le contraste entre les titres français et américains, les références « subtiles » aux habitudes des réalisateurs, ou d’imaginer Bill Murray en Grand Prêtre ! Enfin bon, c’est énorme comme travail, quand même. Tu es malade !

    Commentaire par Pneumatis — 1 octobre 2012 @ 17:26

  6. [...] Encore un gros délire d'Edmond…  [...]

    Ping par L’Evangile à Hollywood | Voir et prier | Scoop.it — 1 octobre 2012 @ 17:34

  7. Insolent et pertinent à la fois… Un article qui en dit long sur ton appréciation du journaliste qui a « commenté » la venue du film dont tu parles plus haut…
    J’adore…

    Commentaire par ESI — 1 octobre 2012 @ 17:38

  8. OMG (pardon) espérons que Tarantino & Burton tombent là-dessus !

    Commentaire par O_bi_Wan (@O_bi_Wan) — 1 octobre 2012 @ 17:53

  9. Vivement que ça sorte sur les écrans tout ça que tu puisses faire plein de billets sur ton autre blog. Oui parce qu’Edmond a un autre blog. Si. ;-)

    Commentaire par corine — 1 octobre 2012 @ 18:21

  10. @ Pneumatis : Ravi que tu aimes l’idée de Bill Murray… c’est un de mes choix de casting préférés aussi !
    Et sinon, je crois quand même que le commentaire le plus cruel est celui sur Chris Colombus. Un réalisateur pour qui j’ai une réelle affection, même s’il est loin d’être un « grand ».

    @ ESI : Pardon, mais pour le coup je pense que ce billet ne dit pas grand chose de mon appréciation du journaliste (outre le commentaire du début, évidemment). C’était vraiment un truc qui traînait dans mes tiroirs depuis un moment, et j’ai simplement saisi cet énervement pour « sublimer » cette envie…

    @ O_bi_Wan : Et pourvu que Roland Emmerich ne voie jamais ça ! Pitié !

    @ Corine : Je me ferai un plaisir de les commenter. Tu penses bien.

    Commentaire par Edmond Prochain — 1 octobre 2012 @ 18:34

  11. J’ai beaucoup ri. Mon titre préféré doit être Sons of Thunder in the Wind.
    Je n’ose imaginer la cata avec Owen Wilson dans le rôle de Jésus !

    Quant à Lazarus Undead… c’est tellement ça !

    Merci d’avoir sorti ce délire des cartons !

    Commentaire par Nitt — 1 octobre 2012 @ 19:54

  12. L’histoire de Pilate pourrait se terminer ainsi (pour preparer une suite?): Pilate a été envoyé en Gaule pour punition… À Limoges, dit la légende (comme de nombreux hauts fonctionnaires dans l’histoire de ce beau pays?). En bref, il s’est fait gaulé puis limogé.

    Commentaire par Bruno — 2 octobre 2012 @ 8:12

  13. @ Nitt : Curieusement, je suis sûr qu’avec un bon metteur en scène, Owen Wilson s’en sortirait très bien…

    @ Bruno : Quelle vulgarité ! ;)

    Commentaire par Edmond Prochain — 2 octobre 2012 @ 8:14

  14. C’est là que, tout à coup, je regrette mon manque de culture cinématographique… Il me faudrait deux heures pour trouver tous les visages et filmographies de tous les acteurs et cinéastes proposés.
    Mais ça fait du bien de te lire, cher Edmond ! À quand le prochain ? ;)

    Commentaire par Vianney + — 2 octobre 2012 @ 10:06

  15. Oué, en phase avec Vianney +… tu devrais faire une version pour les nuls ! avec un clic on retrouve le gag épluché, décortiqué. Oh ! pis non, foin du mâchage, laisse comme ça. On sait juste qu’on en perd le sel, mais bon public, on est ignare hilare :)

    Commentaire par Vieil imbécile — 2 octobre 2012 @ 10:36

  16. Quelle imagination, quel travail et quelle culture! ( biblique et cinématographique)
    J’aime le cinéma et la bible; j’ai bien apprécié.

    Commentaire par Else — 2 octobre 2012 @ 11:39

  17. @ Vianney et Vieil imbécile : J’ai songé un moment mettre des liens sous les noms, avec quelques bonnes références… mais je problème, c’est que j’y aurais passé la semaine ! Du coup, je préfère encore laisser chacun faire les recherches qui l’intéressent.

    Commentaire par Edmond Prochain — 2 octobre 2012 @ 12:13

  18. comme le P. Vianney et Vieil imbécile… je me sens moins seule grâce à eux (et en plus, c’est qu’on arrive à rire quand même, par ex. quand la critique dit « bien documenté » . Ah, oui? bien vu!!!)

    Commentaire par C.C. — 3 octobre 2012 @ 22:26

  19. [...] prouvent ses derniers articles), et pourtant, c’est sur son blog original qu’il nous présente divers projets de film. Attention, même si ça peut être vrai, les films dont il nous parle n’existent que dans son [...]

    Ping par Revue de Presse : Réseaux Sociaux, mariage homosexuel, témoignage… « Lemessin — 3 octobre 2012 @ 23:18

  20. Je propose que l’équipe délirante qui réalise le cathologue fasse les bandes annonces de ces films….ce qui permettra à Viel imbécile et P;Vianney de rire encore plus!

    Commentaire par exilé — 4 octobre 2012 @ 11:05

  21. En voilà une idée (celle d’exilé, qui j’espère ne l’est pas trop, puisque nous sommes tous de passage sur cette terre, en marche vers la Patrie, l’unique, la seule, la vraie !) qu’elle est bonne !

    Commentaire par Vianney + — 5 octobre 2012 @ 11:26

  22. L’équipe qui fait le cathologue va peut-être avoir du travail avec la nouvelle production d’Arte….
    Mais sera-t-il facile de faire aussi bien que Inquisitio, la vraie bande-annonce ?

    Commentaire par JMP — 5 octobre 2012 @ 11:37

  23. Je me demande si en montrant cet article à la soeur animatrice de mon foyer, je pourrais la convaincre d’ôter le site « les Amis de St Médard, Chrétiens syndiqués et buveurs de bière » de la liste noire des sites interdits d’accès par le responsable informaticien. ça vaudrait le coup d’essayer. Et si ça ne marche pas, au moins l’aurais je fait rire…

    Commentaire par ALP — 7 octobre 2012 @ 1:42


Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Theme: Rubric. Get a free blog at WordPress.com

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 141 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :