Le blogue d'Edmond Prochain

28 septembre 2011

Yet, AD/BC rocks!

Ou comment, à force de parler dans les angles, on finit par déconner dans les coins.

En l’occurrence, dans le coin de la classe, là où l’on envoie les éléments perturbateurs ou indésirables. La zone fantôme. Le goulp. Le commissariat de Colombes. Le coin, donc. Celui dans lequel les Anglais ont l’air de vouloir assigner le Christ désormais, pour quelques raisons plus ou moins obscures. On leur reconnaîtra que réussir à se mettre dedans en tentant de mettre quelqu’un dehors, c’est une idée qui finit par créer des phrases à la fois évidentes et incompréhensibles ; c’est-à-dire très anglaises. Mais je m’égare.

Tout a donc commencé il y a quelques semaines avec l’interdiction d’une publicité qui représentait le Christ dans le but d’annoncer la Résurrection de vendre des téléphones. On y voyait un christ souriant, pouce levé et clin d’œil appuyé, vanter les mérites d’"offres miraculeuses". Rien que du bon goût.

A noter quand même que la pub – qui reprenait la représentation bien connue du "Buddy Christ" dans le film Dogma – a été diffusée en avril, mais interdite seulement en septembre. C’est dire déjà si ça valait le coup de se secouer les abats pour ça…!

C’est pas passé loin : au moment de cette interdiction, j’ai déjà failli consacrer un billet à la question. Parce que j’avoue ne pas totalement comprendre la nécessité de cette décision. On a déjà vu des pubs bien plus insultantes, bien plus équivoques pour les chrétiens. Là, il y a évidemment un jeu avec un symbole détourné pour de basses raisons commerciales, mais je doute sincèrement que la marque à l’origine de cette bouse picturale (appelons malgré tout les choses par leur nom) ait tablé un seul instant sur la polémique pour faire du buzz sur le dos des croyants. Ce qui est loin d’être la cas de la plupart des autres campagnes surfant sur un motif religieux. Ici, c’est probablement juste le côté "fun & pun" qui a primé. Je veux bien que quelques personnes aient protesté, mais ça n’a pas non plus dû soulever un tollé sans précédent… Alors pourquoi s’appliquer à l’interdire, alors que tant d’autres représentations bien plus gênantes sont laissées régulièrement libres de s’afficher un peu partout ?

Franchement, la seule insulte qu’on peut voir ici, c’est une insulte à l’intelligence… Et certes, ça, c’était éventuellement une raison valable de dégager cette pub. Sauf qu’à ce compte, presque toutes les campagnes d’affichage devraient craindre pour leurs miches.

Bref. Devant le peu d’intérêt du sujet, j’avais finalement opté pour une manifestation silencieuse de ma précieuse indifférence. (Oui, parce que mon indifférence est précieuse, et je t’emmerde.)

Intermède : toi aussi découvre la pub en question et trouve-la pourrie.

Mais voilà : il faut croire que ces cons les Anglois voulaient absolument qu’on parle d’eux, et n’ont donc pas lésiné sur les moyens pour montrer à quel point Jésus n’était plus tellement le bienvenu chez eux. Même que c’est par la voix de la BBC qu’ils ont désormais décidé de saborder l’usage du BC ("Before Christ", par opposition à AD : "Anno Domini") dans ses usages de datation. Initiative intéressante s’il en est, et tout particulièrement urgente à l’heure où la crise économique, comme jadis l’hiver, vient frapper à notre porte.

Nous y voilà donc : plutôt que de faire référence à un juif fondateur du catholicisme et considéré comme prophète par les musulmans – ce qui est, certes, objectivement excluant pour les hindous et les raëliens – la BBC a décrété que désormais on se repèrerait sur ses antennes par l’expression "avant l’ère commune / de l’ère commune" ("before the common era / common era"). Hugues Serraf, qui soutient assez bien le procès en fondamentalisme chrétien, et Henry le Barde, qui a un nom à la con mais est en revanche assez catholique lui-même (quoique barbu), ont bien souligné l’absurdité de cette avancée essentielle dans le domaine du politiquement correct. Effectivement, sous couvert de ne plus ériger le christianisme en référence pour nos sociétés, on décrète simplement que le calendrier occidental doit être considéré comme "commun", c’est-à-dire quasi universel. C’est vrai, c’est mieux. Beaucoup mieux.

(Je m’étonne seulement que mes deux compères blogueurs aient répercuté une même traduction foireuse qui m’a fait moi-même hurler encore plus fort dans mon petto et un premier temps : "avant / après l’ère commune". Là, l’absurde n’avait plus de limite, dans la mesure où une ère est une période, une durée… à l’inverse du Christ qui – si son enseignement a pu être appelé à durer lui-même – représente plutôt un moment, une date, en tout cas pour sa naissance. L’ère commune à laquelle ces brillants linguistes voudraient faire référence, nous sommes donc en plein dedans. Ou alors c’est moi qui suis une buse. Ce qui est aussi une possibilité, bien qu’elle n’ait pas ma préférence a priori.) (Ceci constituant une longue parenthèse.)

Mais qu’importe. Il n’est certainement pas question d’aller abonder dans un "Messieurs les Anglais, triez les premiers". Ce ménage au cœur de nos repères historique, sous ses airs d’universalisme, a quelque chose de profondément affligeant. Peut-on vraiment y voir davantage qu’une politique de l’autruche culturelle, comme si ne plus voir le christianisme allait définitivement émanciper une société de l’obscurantisme dans lequel elle croit avoir baigné ? Désolé les gars, mais il faut vous y faire : si vraiment vous avez trempé dans la fosse à purin, comme vous semblez le croire, vous risquez de sentir encore un bon moment…

Ici on fait du zèle pour ne surtout pas offenser les chrétiens, là on s’agite pour éviter de froisser tous les autres. A ce train-là, on parlera bientôt klingon ou elfique pour ne pas risquer d’exclure ceux qui ne connaîtraient pas la… langue commune. Et tant qu’on y est, on adopte le calendrier galactique standard ou même le calendrier révolutionnaire.

D’ailleurs, pour rire, posons cette simple question à la BBC : Quel événement sert donc de référence pour le début de l’ère commune ? La réponse pourrait s’avérer amusante. En attendant, et parce que je ne suis pas rancunier : que Dieu sauve quand même la reine !

3 janvier 2011

L’information, c’est vraiment une p… de vocation !

Filed under: Humeur(s),Médias — Edmond Prochain @ 18:26
Tags: , , , , , , ,

Il est de bon ton, dans les premiers jours d’une nouvelle année, de se souhaiter tout un tas de trucs, de préférence positifs, pour les douze mois à venir. On se le dit de vive voix dans un festival de "Bonne année", "Heureuse et sainte année", et ce délicieux manque d’originalité si typiquement catholique qui ose la transformation du traditionnel "bonne santé" par "bonne sainteté" ! Hohohoho… on ne s’en lasse décidément pas !

C’est aussi le moment où on dresse des bilans… 2010, ça aura été quelques trucs biens, et puis aussi des décès remarqués : Eric Rohmer, Tibet, Jean Ferrat, Laurent Terzieff, Tony Curtis, Johnny Hallyday, Irvin Kershner, Jacqueline de Romilly… Souhaitons-nous donc dès maintenant de meilleurs vieux pour 2011.

Cela dit, j’ai une très mauvaise nouvelle. Vraiment. C’est France Info qui nous l’apprend, hélas : cette année, beaucoup de jours fériés vont tomber pendant le week-end. C’est triste, je sais. La faute à qui ? Eh bien, à tous ces 1er et 8 mai qui ont décidé de tomber encore une fois un jour où de toute façon on ne travaille pas. Mais la faute surtout à ces salopards de jours de Pâques et de la Pentecôte, qui n’ont rien de trouvé de mieux à faire en 2011 que d’être des dimanches ! Enfoirés, tiens ! Immondes rebuts de fosses à purin !

Faudrait d’ailleurs penser à vérifier si ce n’est pas un sale coup des cathos, ça… Ce serait bien leur genre !

Heureusement que le jeudi de l’Ascension tombe un jeudi, ça sauve un tout petit peu nos affaires. Mais à peine.

Rien à dire : belle infographie...

D’autant que j’ai une autre mauvaise nouvelle. Selon une étude très sérieuse menée par France Info (on arrête de rire, dans le fond, j’ai dit que c’était sérieux), Pâques et la Pentecôte tomberont encore des dimanches plusieurs fois les années à venir… Brr, j’en tremble d’avance. Alors, jetons un œil à la liste des années noires : déjà 2012 sera comme 2011. Ah, tiens : 2013 aussi. Et 2014. 2015 ? pas mieux. Espérons quand même qu’en 2016 et 2017 on aur… eh non, malheureusement ! 2018 sera également une année terrible de ce point de vue. Et apparemment, 2019 n’ira pas en s’arrangeant. Et ce n’est pas fini : 2020, 2021, 2022, 2023, 2024, 2025, 2026, 2027, 2028, 2029, 2030…

Oh mon Dieu mais c’est horrible ! On a dû entrer dans une impasse temporelle. Nous sommes maudits. A partir de maintenant, il semble bien que Pâques et la Pentecôtes vont tomber tous les ans un dimanche ! Heureusement que France Info est là pour dénoncer ces vrais drames…

Je ne sais pas si l’information est vraiment une vocation, mais en tout cas ça n’a pas l’air de s’embarrasser de culture religieuse, hein !

*

[Edit : France Info a visiblement eu un petit regret d'avoir affiché autant de bêtise... Sur le lien donné un peu plus haut, Pâques et la Pentecôte ont disparu. Mais comme il fallait un peu justifier quand même le titre, ils ont discrètement réintégré dedans le 1er janvier... 2012 ! Quant au changement de titre, il est tout simplement "priceless" ! Héhé, les p'tits malins, tiens !

- Merci à Poussah pour l'info.]

11 décembre 2010

L’Evangile à la Une

Filed under: Indispensable (ou pas),Médias — Edmond Prochain @ 11:48
Tags: , , ,

Le thème est presque récurrent, et c’est vrai que la question est intéressante : comment aurions-nous réagi si le Christ n’était pas venu il y a deux mille ans mais aujourd’hui ? L’aurions-nous suivi ? l’aurions-nous seulement cru ? l’aurions-nous condamné nous aussi ? Au-delà de l’interrogation personnelle, il est évident que cette question n’a pas énormément de sens, dans la mesure où le contexte historique, médiatique et culturel n’a aucun rapport.

Et pourtant… Par le petit bout de la lorgnette (mais c’est une habitude ici, alors on s’y fait), comment la presse que nous connaissons tous aurait-elle pu rapporter les différentes étapes de la vie de ce Jésus au parcours si peu ordinaire ? Je tente l’exercice de style, chaque publication intervenant une seule fois au cours de la vie du Christ (sinon, on n’aurait pas fini). En espérant que la "photographie" sera à peu près fidèle, pas tant d’ailleurs à l’Évangile qu’aux titres eux-mêmes, à leurs sujets et approches de prédilection.

Un seul constat, au final : heureusement… on a échappé à ça !

*

Insolite : Une femme accouche dans une étable. (Le Parisien / Aujourd’hui en France)

De retour de Bethléem, le témoignage bouleversant de Balthazar. (Paris Match)

Hérode : un règne sur le déclin ? (Point de vue)

Vierge et mère : c’est possible. (Elle)

Que faire quand l’enfant fugue ? (Parents)

Nazareth : un foyer presque ordinaire. (Famille chrétienne)

Style : Oser la peau de chameau. (GQ)

Jésus : Le scandale autour de sa naissance ! (France dimanche)

Tentation : l’échec. (Rock & Folk)

L’eau changée en vin, comment ça marche. (Science et vie)

Les reconversions en plein boom. (Les Echos)

Lévi : « Pour lui, j’abandonne tout. » (VSD)

Retrouver l’essence du judaïsme. (Réforme)

Spécial amitié : tout est possible ! (Le Journal de Mickey)

Pharisiens et Francs-Maçons. (Le Point)

Spiritualité(s) : Le grand réveil. (La Vie)

Disciples : les meilleures filières. (L’Etudiant)

Antiennes paraboliques. (20 minutes)

Intrigante Galilée. (Géo)

Marie-Mad : de catin à catho… la cata ! (Charlie Hebdo)

Le Nazaréen : jusqu’où peut-il aller ? (Le Nouvel Observateur)

Jésus de Nazareth. Les photos de sa sainte colère. (Public)

"Détruisez ce temple ?" Enquête auprès des nouveaux iconoclastes. (Marianne)

Faut-il repenser le système religieux ? (La Tribune)

Jésus peut-il vraiment être le Messie ? (Le Monde diplomatique)

Pierre : « Oui, j’irai jusqu’au bout. » (Le JDD)

Pourquoi l’obole de la veuve vaut davantage. (L’Expansion)

Isaïe, le prophète qui nous parle aujourd’hui. (Historia)

L’amour en héritage. (Télérama)

Marcher sur l’eau ou rester dans la barque ? (Réponse à tout)

Pour qui se prend-il ? (Minute)

« Lève-toi et marche ! » (L’Equipe)

C’est l’hallu finale ! (Libération)

Le grand classement des meilleurs guérisseurs. (L’Express)

Vers une réforme de la législation en matière d’adultère. (Le Monde)

Marthe et Marie : les amies fidèles. (Gala)

Qui sait où il nous mène ? (La Croix)

Rencontre avec Jean : La lumière et la grâce. (Panorama)

Le choc Barabbas. (Les Inrockuptibles)

Christ. Pourquoi il inquiète les prêtres. (Valeurs actuelles)

La rébellion, oui. La religion, non. (L’Humanité)

Jérusalem, la ville éternelle. (Pèlerin)

Spécial transport à dos d’âne. (Auto-Moto)

L’entrée triomphale ! (Le Figaro)

Mon fils, ce héros. (Notre temps)

Célébrer la Pâque entre amis. (Arts et décoration)

Jésus / Judas : le torchon brûle ! (Closer)

Les meilleurs placements en deniers. (Capital)

La trahison. (Métro)

Sale temps pour les prophètes. (Courrier international)

Ecce homo ? (Voici)

Torturé atrocement en public. (Le Nouveau détective)

15h. Le rideau du temple se déchire. (France Soir)

Et le Verbe a pris cher… (Le Canard enchaîné)

Les espoirs brisés. Comment ils nous accablent, comment on s’en relève. (Psychologies magazine)

Tout sur la technique du suaire. (Photo)

Il est vivant ! (Il est vivant)

Pierre s’empare des affaires… mais de quel droit ? (Golias)

Le christianisme a-t-il un avenir sans le Christ ? (Témoignage chrétien)

L’Évangile : le scénario que tout Hollywood s’arrache. (Studio-Ciné-Live)

1 avril 2010

Revoilà les légions du pape (les fameuses)

Filed under: Actu,Humeur(s),Médias — Edmond Prochain @ 23:35
Tags: , , , , , , , ,

Enfin, "légions du pape", c’est une façon de parler… Ce ne sont pas ces légions fantasmées par quelques journalistes hurluberlus qui lèvent la voix, qu’un groupe de personnalités diverses. Tout cela pour lancer, avec force, un appel :

SOLIDAIRES DES VICTIMES ET SOLIDAIRES DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE

Appel d’intellectuels, journalistes, artistes et personnalités de la société civile et politique

Les  affaires de pédophilie dans l’Église sont, pour tous les catholiques, une source de peine profonde et de douleur extrême. Des membres de la hiérarchie de l’Église ont eu sur certains dossiers de graves manquements et dysfonctionnements, et nous saluons la volonté du pape de faire toute la lumière sur ces affaires.

Avec les évêques, et en tant que membres de la même Église, les laïcs catholiques assument le poids des crimes de certains prêtres et des défaillances de leurs supérieurs; ils se rangent résolument, ainsi que le Christ invite à le faire, du côté de ceux qui souffrent le plus de ces crimes, c’est-à-dire les victimes, tout en priant pour les coupables.

Quant  à nous, nous souhaitons de tout cœur que toute la vérité soit faite et qu’avec le concours de tous les hommes et femmes de bonne volonté, il soit débattu sereinement et fraternellement, dans l’Église catholique, de tout ce qui a pu rendre possible ces offenses portées aussi au Christ.

Dans  le même temps, nous regrettons l’emballement et la surenchère médiatiques qui accompagnent ces affaires. Au-delà du droit à l’information, légitime et démocratique, nous ne pouvons que constater avec tristesse, en tant que chrétiens mais surtout en tant que citoyens, que de nombreux médias dans notre pays (et en Occident en général) traitent ces affaires avec partialité, méconnaissance ou délectation. De raccourcis en généralisations, le portrait de l’Église qui est fait dans la presse actuellement ne correspond pas à ce que vivent les chrétiens catholiques.

Tout en redisant notre horreur devant le crime de prêtres pédophiles et notre solidarité envers les victimes, nous appelons les médias à une éthique de responsabilité qui passerait par un traitement plus déontologique de ces affaires. Les phénomènes d’emballement médiatiques ne sont pas réservés, et de loin, à l’Église ; mais nous sommes fatigués et meurtris de cet emballement-là.

Nous pensons à tant de prêtres qui portent avec courage, et parfois dans la solitude, le message du Christ.

Nous sommes avec eux.

Nous saluons la lettre des évêques de France au pape Benoît XVI, et souhaitons voir l’Église catholique sortir avec sérénité et responsabilité de cette épreuve douloureuse.

Et, tant qu’on y est, la liste des premiers signataires :

Jacques  Arènes (psychanalyste et écrivain), Denis Badré (sénateur), Frigide Barjot (humoriste), Jean-Marc Bastière (journaliste et écrivain), Claude Bébéar (président du conseil de surveillance d’AXA), Michel Boyancé (doyen de l’IPC, institut de philosophie comparée), Rémi Brague (philosophe, de l’Institut), Alexis Brézet (journaliste), Jean des Cars (écrivain), François Cassingena-Trévedy (moine bénédictin, liturgiste et écrivain), Jean Chélini, (historien, secrétaire perpétuel de l’Académie de Marseille), Ghislain du Chéné (coordinateur international de Foi et Lumière), Colette Combe (psychanalyste et écrivain), François Content (directeur général de la Fondation d’Auteuil), Philippe Delaroche (écrivain, journaliste), Chantal Delsol (écrivain et philosophe), Patrick Demouy (historien, professeur des Universités), Bernadette Dupont (sénateur), Bertrand d’Esparron (gérant d’entreprise de communication), Emmanuel Falque (philosophe et écrivain), Olivier Florant (sexologue), Jean-Christophe Fromantin (maire de Neuilly-sur-Seine, dirigeant d’entreprise), Patrick de Gméline (historien), Samuel Grzybowski (président-fondateur de l’association Coexister), Laurent Grzybowski (journaliste), Fabrice Hadjadj (essayiste et dramaturge), Rona Hartner (chanteuse, comédienne), François Huguenin (écrivain), Vincent Hervouët (journaliste), Gaspard-Marie Janvier (écrivain), Pasteur Alain Joly (Eglise luthérienne), Patrick Kéchichian (écrivain et critique littéraire), Koz (blogueur et avocat), Louis-Etienne de Labarthe (rédacteur en chef, Il est vivant !), Philippe de Lachapelle (directeur de l’OCH, Office chrétien des personnes handicapées), Laurent Lafforgue (mathématicien, lauréat de la médaille Fields), Gérard Leclerc (essayiste, journaliste), Henrik Lindell (journaliste), Michael Lonsdale (comédien), Victor Loupan (éditeur, rédacteur en chef de La Pensée Russe), Bruno Maillé (enseignant, essayiste), François Maillot (directeur général La Procure), Jean-Luc Marion (philosophe, membre de l’Académie Française), Jean-Pierre Marcon (député), Nicolas Mathey, (professeur de droit, Paris V), Jean-Pierre Machelon (professeur de droit, Paris V), Marc Mennessier (journaliste), François Miclo (philosophe et écrivain), Jean-Marc Nesme (député-maire), Philippe Oswald (journaliste), Xavier Patier, (écrivain), Patrice de Plunkett (écrivain et blogueur), Hugues Portelli (sénateur), Jean-Frédéric Poisson (député), Aymeric Pourbaix (Directeur des programmes, Radio Notre-Dame), Guillaume de Prémare, (consultant en communication, Médias & Evangile), Edmond Prochain (blogueur, journaliste), Samuel Pruvot (journaliste), Jacques Remiller (député-maire), Alina Reyes (écrivain),  Damien Ricour (comédien), Ivan Rioufol (essayiste, journaliste), Catherine Rouvier (juriste, politologue), Jean Sévillia (journaliste, écrivain)Grégory Solari (éditeur),Raphaël Stainville (journaliste), Denis Sureau (éditeur, théologien), François Taillandier (écrivain), Denis Tillinac (écrivain), Henri Tincq (journaliste et écrivain), Hubert de Torcy (rédacteur en chef, L’1visible), Vincent  Trémolet de Villers (journaliste), Natalia Trouiller (blogueuse, journaliste), Didier Truchet (professeur de droit, Paris II), Patrick Tudoret (écrivain), Christian Vanneste (député), François de Wendel (chef d’entreprise).

Une liste à elle seule presque plus longue que le texte, ce qui est déjà un symbole en soi. Je n’aurai pas le mauvais goût d’en tirer un best of ; à chacun d’aller y voir dans le détail pour repérer tel ou tel. Le jeu, c’est de retrouver parmi tous ces noms l’avorton que je suis… Il y a tellement de beau monde qui traîne dans cette liste que mon pseudo finit par y faire franchement tache ! Mais en même temps, toute cette histoire a réussi à mobiliser une bonne petite partie de mon temps depuis le week-end dernier (même si ce n’est rien à côté de l’énergie déployée par Natalia Trouiller, Koz, Frigide Barjot, François Taillandier ou encore François Miclo).

L’appel est donc lancé. Et il est désormais possible à tout un chacun (à toi, par exemple) de venir inscrire son nom au bas de cette liste.

Qu’ajouter à cela, alors ? Que le but n’est évidemment pas de se poser victimes contre victimes, mais de rappeler que les crimes de pédophilie commis au sein de l’Église sont insupportables, que la dissimulation de ces crimes, quand elle a eu lieu, est contraire à tout ce qui fonde le catholicisme. Mais aussi que Benoît XVI n’est pas "rattrapé" par le scandale : que c’est bien lui qui a pris, comme jamais personne avant dans l’Église, l’initiative de faire toute la lumière sur les affaires du passé afin de les "laver". En ce sens, il est le premier pape à avoir à pris à ce point "le risque de la vérité", et que cette volonté-là est à saluer en premier lieu.

Ensuite, il est aussi question d’appeler les journalistes (en l’occurrence, donc, mes confrères) à la retenue. A la modération. A l’exigence de vérité qui est – théoriquement – le fondement du métier, et qui devrait leur interdire d’écrire à ce point leurs papiers à charge. Quand il y a une accusation, la plus élémentaire justice impose de donner la parole à l’accusé, et de l’écouter. Or, depuis le début de ces affaires, le Vatican s’exprime, et parfois dément certaines charges. On a le droit de ne pas y croire, mais on a aussi le devoir de s’en faire écho. Aujourd’hui le sujet est mal traité ; et les catholiques maltraités.

Le plus inquiétant dans tout ça, ce n’est pas tant le traitement réservé dans la presse à l’Église, au pape, aux catholiques dans leur ensemble. C’est le soupçon qui s’insinue dans notre esprit : combien d’affaires et de sujets sont, chaque jour, aussi mal rapportés dans notre presse, celle qui se veut garante de notre liberté ?

17 mars 2010

Au Monde, on a des convictions

Filed under: Médias — Edmond Prochain @ 23:50
Tags: , , , , , ,

Au Monde, on a des convictions. On ne partage pas forcément toujours les idées de tout le monde (quoique… déjà, de la majorité), mais dans la plus pure tradition voltairienne, éclairée et françâââise, on se battra pour que les cons les paysans les autres puissent exprimer les leurs.

Au Monde, on a des convictions. Et qu’un militant anti-avortement américain ait été empêché par le Vatican de s’exprimer librement pour appeler à l’excommunication de politiciens américains (Nancy Pelosi et Joe Biden), c’est inadmissible. Et cela mérite d’être dénoncé. L’Église doit laisser la parole aux gens, même à ceux qui mènent des combats qu’elle ne partage pas.

Au Monde, on a des convictions. On pense que le public a le droit d’être au courant des infos a priori les plus anecdotiques, même si celles-ci pourraient être mal interprétées et ternir l’image d’un homme. C’est le prix à payer pour la vérité.

Au Monde, on a des convictions. On a même de saintes colères quand le pape ne daigne même pas écouter un homme proférer des grossièretés place Saint-Pierre. Ça énerve tellement les journalistes du Monde qu’ils peuvent en oublier la vraie nature de l’info qu’ils décident alors courageusement de publier.

Au Monde, on a des convictions. On est juste parfois un peu étourdis.

4 janvier 2010

Petit Pape à Noël…

Filed under: Humeur(s),Médias — Edmond Prochain @ 10:20
Tags: , , , , , ,

Oui, ça devient un peu anachronique… et alors ?! Je l’écris en titre parce que je suis sûr que la moitié des gens qui auront entendu la chronique n’auront pas saisi ce brillant, subtil et élégant jeu de mots. C’est pas faute d’avoir insisté lourdement, pourtant…

Le matin du 24 décembre, donc, j’ai eu la chance de récidiver à 9h15 sur RCF. En préparant la chronique (que je publie tard, pour cause de petite retraite entre temps), j’ai dit à Natalia que je n’avais pas trop envie de parler de Pie XII (même si personne n’a encore dénoncé mon coupable silence à ce sujet…), mais elle m’a répondu qu’elle n’avait pas trop envie que j’évoque les affiches néo-zélandaises. Je ne sais pas pourquoi, d’ailleurs, mais j’imagine que la perspective de m’entendre ironiser sur un hypothétique "sperme de Dieu" à l’heure où les auditeurs prennent encore leur petit déjeuner ne l’a pas enchantée plus que ça. Dommage (?!).

Du coup je me suis lancé dans un petit exercice légèrement acrobatique (au moins dans la première partie), et je te laisse juger sur pièce.

Au passage : la mention de "Dora l’exploratrice" est le pur fruit d’une mise au défi de Jouls après ma chronique du mois dernier. Où l’on découvre donc que je n’ai qu’une parole. (Mais je ne le referai pas, parce que sinon ce petit jeu va vite devenir lourdingue : inutile de me proposer chacun une phrase pour la prochaine fois !)

Quant à la vraie polémique sur Pie XII, j’ai toujours aussi peu envie d’en parler, alors je te renvoie aux billets rapidement évoqués durant la chronique (Koz c’est ici, Chafouin c’est là et Emmanuel Pic de ce côté). Voire également au très bon article de François Miclo sur Causeur. Et bien entendu, tu peux toujours aller jeter un œil au site Pie12.com, tenu par Jean-Baptiste Maillard. Comment ça, ce sont tous des sacristains ? ben ouais : c’est l’esprit d’équipe, qu’est-ce que tu veux !

En tout cas : très beau, joyeux et saint Noël !

12 juin 2009

L’Eucharistie une fois l’an

Filed under: Médias — Edmond Prochain @ 20:02
Tags: , , , , , ,

Dimanche, c’est la Fête-Dieu. Si ça c’est pas de l’info solide et vérifiée, je veux bien aller nettoyer Montmartre ou Fourvière avec une brosse à dents, moi. Et donc, fort de cette grosse actu que je viens d’asséner avec l’aisance qui sied à mon métier de folliculaire (on dit aussi "chien", mais c’est encore moins gentil), je peux ouvrir ce billet sous un resplendissant ciel d’information éclatante. C’est un minimum.

Je m’en vais d’ailleurs fêter ça avec la narration tendre d’un souvenir ému (l’inverse marche aussi).

Nous sommes en août 2006. Sous un soleil écrasant et une climatisation enrhûmante, je me laisse porter par le cahot des rails vers une destination au sud, chaque seconde plus au sud. Ma valise est étendue silencieuse au-dessus de ma tête, un petit sac complémentaire s’est réfugié sous mon siège, je m’affale un peu plus et j’ouvre un bon magazine acheté à la gare juste avant le départ. Le trajet s’annonce bien.

J'aime bien cette image, tiens.

J'aime bien cette image, tiens. Alors je la mets.

Et soudain… (ça fait toujours bien de relever un peu le suspense,) soudain, je bondis sur mon siège et en moi-même ! Quoi ? que lis-je ? Horreur ! Sous mes yeux, en marge d’un article – par ailleurs pas si mauvais, de mémoire – consacré à je-ne-sais-plus-quel-aspect de l’Église, s’étale ce petit encadré qui explique fièrement quelques mots de vocabulaire. Parce ça fait toujours bien de mettre des compléments en encadré à côté d’un article. Ainsi, je lis :

"Saint-Sacrement : autre nom de l’eucharistie. Pour les catholiques, l’Esprit saint descend dans l’hostie consacrée au cours de la messe: c’est le miracle de la transsubstantiation, lorsque le pain et le vin deviennent le corps et le sang du Christ. Le sacrement de l’eucharistie est célébré lors de la Fête-Dieu (qui a lieu soixante jours après Pâques). Procession du Saint-Sacrement."

T’as bien lu : les catholiques ne célèbrent l’Eucharistie qu’une fois par an ! Le plus amusant, c’est que la formulation est curieuse, mais l’explication pas complètement fausse. Sauf que. Quand même. J’en ai tellement ri que je n’arrive toujours pas à vraiment en vouloir à ma consœur ; elle m’a quand même éclairé le voyage avec cette petite ânerie toute mignonne.

Voilàvoilà. C’était le récit ému d’un souvenir tendre (l’inverse marche aussi, je t’avais dit).

4 juin 2009

Libération croit à la résurrection

Filed under: Médias — Edmond Prochain @ 23:55
Tags: , , , , ,

Rhôô, les boulets. Et pour une fois que ce n’est pas sur LeMonde.fr que je tape, je ne vais certainement pas m’en priver ! Ainsi donc, dans la série des sites médias qui bourdent bêtement, je te présente Libération, qui nous gratifie quand même d’un scoop (un vrai) : la résurrection est belle et bien réelle ! Si, si : je te promets.

La preuve, c’est que sur le site internet du journal, on apprend que Jean XXIII est revenu d’entre les morts… Alors, certes, l’article porte sur un sujet tragique, mais ça n’empêche pas de sourire à ce joli lapsus :

"Le cardinal Jean Vingt-Trois"... tout à fait !

"Le cardinal Jean Vingt-Trois"... tout à fait !

Donc, simple précision qui pourrait s’avérer utile en cas de mention ultérieure dudit cardinal : son prénom est André et il n’a aucun lien de parenté (sinon la grande famille des enfants de Dieu) avec le pape Jean XXIII. La différence est subtile, je l’admets, mais pas forcément négligeable…

Voilàvoilà. Merci à Anne-Laure pour l’info, et aussi à Stéphanie qui avait repéré la même bourde dans DirectMatin.

23 mai 2009

Sur le même sujet…

Filed under: Médias — Edmond Prochain @ 0:42
Tags: , , ,

Dans mon empressement à publier quelques mots sur l’invitation de Benoît XVI à témoigner sur internet, j’en aurais presque négligé ce charmant clin d’oeil d’un site d’info qui doit définitivement être mon préféré… Sauf que cette fois, inutile de charger l’AFP, c’est juste le système de reconnaissance d’articles similaires qui fait d’éloquents "accrochages".

Tiens, juge par toi-même :

Voir l'encadré "Sur le même sujet", en bas à gauche...

Voir l'encadré "Sur le même sujet", en bas à gauche...

D’in côté, le pape appelle les jeunes à témoigner de leur foi, de leur joie de croire, toussa ; de l’autre, on nous renvoie à une édifiante tribune dans laquelle Matthieu Grimpret annonçait il y a quelques mois sa "honte" d’être catholique.

Voilà un site qui a décidément tout compris !

- – -

[Edit : Pour revenir plus sérieusement sur la question du témoignage sur internet - que ce soit par rapport au message du pape ou à l'article de FC - je conseille la lecture de ce billet. Je suis presque d'accord avec tout.]

14 mai 2009

L’Esprit-Saint prend ses responsabilités

Filed under: Médias — Edmond Prochain @ 15:45
Tags: , , , , , , ,

On est bien d’accord (oui, parfaitement, on est d’accord par avance !) : c’est vraiment pour pinailler… En plus, je commence à me lasser de presque toujours pointer des bourdes dans LeMonde.fr, parce que je suis presque sûr que ses petits camarades ne font pas vraiment mieux.

Mais bon. Il se trouve que Jack Ryan m’a signalé ça, alors je me voyais difficilement ne pas le relayer…

Question à 30 centimes d’euros : qu’a donc annoncé l’archange Gabriel à Marie ? C’est très simple. Il se trouve que Marie est "tombée" enceinte, que c’était "la faute" de l’Esprit-Saint, mais que comme c’est un mec bien il a "pris ses responsabilités" et il a reconnu l’enfant. Tu ne me crois pas ? Bah, c’est écrit là :

à Marie alors enceinte...

Si tu as du mal à lire : "... l'archange Gabriel a annoncé à Marie alors enceinte la prochaine naissance de Jésus."

N.B. Ami lecteur, on va dire que sur ce coup-là, on évite les débats théologiques sur la virginité de Marie, toussa. D’accord ? Il se trouve que je n’ai pas ma théologienne préférée avec moi aujourd’hui, alors je ne suis pas trop d’humeur à débattre de la question. Donc ce qu’on va dire, c’est que "selon la tradition chrétienne" (comme le dit si bien l’article), l’Ange est venu demander à Marie si elle acceptait de porter le Messie – cf. Lc. 1, 26-38. Et on va s’en tenir là. Merci de ta compréhension.

Page suivante »

Thème Rubric. Propulsé par WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 142 autres abonnés

%d bloggers like this: