Le blogue d'Edmond Prochain

22 décembre 2008

"Qui sait encore ce que signifie Pentecôte ?"

Classé dans : Actu — Edmond Prochain @ 11:54
Tags: , ,

En voilà une question qu’elle est bonne ! Et tu sais qui l’a posée ? (C’est une question à un million de dollars.) Eh bah figure-toi que l’auteur de cette merveilleuse interrogation est… l’éditeur d’un dictionnaire ! Comme je suis un gars qui a le souci du détail, je peux même te dire que c’est le "Junior Dictionary" d’Oxford. Donc, déjà, c’est pas en France. Mais quand même.

Et puis alors, si je reprends cette belle citation trouvé ici, c’est parce qu’elle pose une grande question de société :

A quoi sert un dictionnaire ?

Je t’explique. En partant du constat que de moins en moins de gens connaissent la définition de mots tels que Pentecôte, évêque, chapelle, abbaye, péché, paroisse, chaire, psaume, saint, disciple, etc. ces gros malins du "Dictionnaire junior" ont décidé de les retirer de leur ouvrage !

Le plus beau, c’est que parmi les mots qui les remplacent, on trouve : blog, boîte vocale, lecteur MP3, copier-coller, mais aussi : démocratique, tolérant et vandalisme. Il y a des listes plus complètes vers la fin de cet article.

C'est moi qui ai rajouté le "light" pour faire du mauvais esprit.

(C'est moi qui ai rajouté le "light" pour faire du mauvais esprit.)

Alors bon. D’accord, ça me choque parce pas mal de mots trappés font partie du vocabulaire chrétien de base. Mais quand même : pas que pour ça ! L’aberration est quand même beaucoup plus profonde dans cette démarche qui consiste à retirer des mots pour les remplacer par d’autres, aujourd’hui probablement plus courants. Ou alors je suis juste un gros réac psychorigide ? (C’est possible aussi, remarque.)

Autre expression à faire son entrée dans l’ouvrage : sens commun. Lequel a dû manquer aux auteurs, parce qu’il aurait justement tendance à affirmer qu’un dictionnaire sert à trouver la définition d’un mot qu’on ne connaît pas… non ? Personnellement, je ne suis jamais allé chercher la définition de manger, dormir ou encore crayon de couleur.

L’année prochaine, ils retirent le mot jugeotte ?

19 octobre 2008

César contemporain

Classé dans : Bédés — Edmond Prochain @ 6:00
Tags: , , ,

Bon dimanche ! Un petit tour par les lectures du jour, comme d’habitude ?

Bédé réalisée grâce à StripGenerator.

17 octobre 2008

Dans la vie : réussir

Classé dans : Humeur(s) — Edmond Prochain @ 13:04
Tags: , , , , , ,

Les routes sont des endroits magiques. (T’inquiète : ce billet ne va pas être poético-planplan… et pour te rassurer, j’annonce : une grossièreté à venir dans les prochaines lignes !) (Faut que j’arrête de faire des parenthèses aussi longues dès le début d’un billet.) (Faut vraiment que j’arrête…) Donc, la route, c’est top super cool, parce qu’on y voit tout plein de trucs parfois pas marrants mais parfois quand même si ! Même que des fois, y’a des philosophes qui écrivent des idées qui font chauffer dans ma tête, du genre :

Et ils ne craigneront (sic) rien car ils sont la peur.

Ou aussi, ça arrive :

Bonnes vacances les bourgeois !

Admire cette alliance parfaite de poésie, de culture et d'indéniable talent graphique...

Et puis alors une fois, j’ai lu ça sur une passerelle d’autoroute :

Tu l’as réussie ta vie connard ?

(La grossièreté, elle était là.) Forcément, quand t’es au volant et que t’as que ça à faire, à part regarder la route et écouter ta stupide cassette de Jean-Jacques Goldman qui coupe au milieu de Je te donne [*], bah ça te fait pas mal réfléchir. Donc tu commences à te demander si tu l’as réussie ta vie ou pas. En admettant que le fait que tu sois un connard ne faisait pas partie de la question : ça, c’était plutôt un vocatif affectueux. On va dire ça.

Et puis alors, ça tombe pas trop mal que Connard (je l’appelle pareil, j’espère qu’il ne m’en voudra pas) m’ait interrogé à ce sujet, parce qu’en ce moment je suis en train de lire, entre autres, ce livre-là :

La couverture est jolie, en plus.

La couverture est jolie, en plus.

Alors là, bon, je t’arrête tout de suite : tes remarques du style : "Pff ! le manuel pourrave qui donne des conseils pourraves !", tu te les gardes. D’abord parce que t’as répété deux fois "pourrave" dans la même phrase, ensuite parce que ce livre est vachement mieux que ça.

Tiens, lis toi-même un extrait :

Les livres sur le bonheur sont aujourd’hui pléthore. Et cependant, on dirait que les hommes n’ont jamais été plus malheureux qu’à notre époque. Le philosophe et sociologue américain Eric Hoffer partage l’avis de Zhuang Zi lorsqu’il voit la cause de ce mal-être dans la quête démesurée du bonheur : "La recherche du bonheur est l’une des sources premières du malheur." (…) Mais il n’est pas besoin de chercher le bonheur hors de nous-mêmes, car il est déjà en nous. Il nous faut seulement nous sonder nous-mêmes et découvrir la richesse de notre âme.

Ce qui fait la différence entre n’importe quel bouquin croûteux sur les prétendus secrets du bonheur et ce livre, c’est qu’il s’appuie sur des fondements philosophiques, théologiques et spirituels un peu plus élaborés quand même (et puis il les cite, ça fait jamais de mal). D’ailleurs, ce qui m’a attiré, c’est moins le titre que l’auteur : Anselm Grün est en effet à l’origine d’un ouvrage passionnant sur l’identité masculine, interrogée à travers les grandes figures de la Bible.

Et donc, pour te répondre, Connard, je ne sais pas encore si j’ai réussi ma vie… mais j’y travaille !

* * *

[*] C’est pas moi qui n’aime pas la technologie, c’est ma vieille Polo.

5 septembre 2008

Le "renouveau" des Bernardins

Classé dans : Actu — Edmond Prochain @ 12:06
Tags: , , , , , ,

J’ai bien envie de te parler des Bernardins (le collège, pas les religieux – et quand je dis "collège", je ne parle pas du truc casé entre le primaire et le lycée, qui donne des boutons). Remarque que, quand je dis "j’ai bien evie", c’est que je vais le faire quoi que t’en penses. J’ai bien envie, donc.

Pourquoi ?Parce que !

D’abord, parce que le collège des Bernardins est absolument magnifique. Et si tu me crois pas (j’ai l’impression que c’est une habitude chez toi, de pas me faire confiance), t’as qu’à me jeter un oeil à cette lumière tellement trop complètement très belle :

Je sais, ça donne envie de la fermer et de respirer…

Voilà. Maintenant, tu me crois.

Et sinon, je t’en parle aussi parce qu’il vient de rouvrir (faut lire les infobulles : je te l’ai déjà dit un peu plus haut…) et que c’est là que le pape va venir parler du rapport entre foi et culture, pendant sa visite en France. Voilà deux autres bonnes raisons de s’intéresser aux Bernardins.

Mais si je t’en parle, c’est surtout parce qu’un détail m’a amusé dans un papier publié cette semaine dans Le Monde. Si tu t’en donnes la peine (et si tu es paresseux, c’est vers le début), tu peux y lire ça :

"Fondé en 1245 par un moine cistercien convaincu que le renouveau de l’Eglise du Moyen Age passait par la formation…"

Au XIIIe siècle ! Et au XXIe, on continue de dire la même chose… En gros : rien de nouveau pour le Renouveau ! (Mais c’est normal, en un sens, puisque le Christ et l’Esprit ne changent pas.)

C’est tout.

Thème Rubric. Propulsé par WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 141 followers

%d bloggers like this: