Le blogue d'Edmond Prochain

12 avril 2011

Le miracle des lourdes

Filed under: Humeur(s) — Edmond Prochain @ 14:43
Tags: , , , , , , , , , , ,

On ne parle pas assez de santé sur ce blogue. C’est un tort (et j’en entends déjà qui vont me dire que, ces derniers temps, on n’y parle pas assez tout court). La santé, c’est important. Même si le Christ a dit qu’il n’était pas venu pour les bien portants – parce qu’en vrai c’était une image : il fait rien qu’à guérir des malades pour les rendre tous bien portants, d’abord.

En plus, il faut bien avouer qu’en matière de santé, les chrétiens sont gâtés. Grâce à qui ? grâce à notre pote le site Etudes-americaines.com ! Pas un mois qui passe sans qu’on ait droit à une nouvelle étude « très sérieuse » pour lier la religion à tel ou tel sujet de santé publique. De quoi alimenter de la brève pour pas cher et faire gentiment rigoler parce que – soyons sérieux – on sait bien qu’il ne faut pas prendre ça trop au sérieux.

Et c’est ainsi qu’on aura appris ces dernières années, en vrac :

  • que les croyants vivent plus longtemps (mais ça, c’est logique, puisque la foi augmente l’Espérance de Vie !) ;
  • qu’aller à l’église rend plus heureux que la moyenne, surtout les femmes (et pan dans tes dents Nietzsche le relou qui vient sans cesse me dire que les cathos ont vraiment pas des tronches de ressuscités) ;
  • que croire en Dieu aide à moins boire et moins fumer (tagada-tsoin-tsoin, mais j’ai pas retrouvé de lien) ;
  • que la foi permet d’être plus détendu, mieux armé contre les aléas de la vie, de mieux dormir, de limiter les dépressions, d’avoir moins de problèmes cardiaques, d’être plus beau, moins con, meilleur amant

Bref. Personne n’y accorde globalement plus d’importance que ça, mais ça fait joli dans les dîners et sourire à la machine à café (effet collatéral intéressant, d’ailleurs : sourire, c’est aussi bon pour la santé). Avec tout ça, on comprend juste vaguement que la foi doit avoir un lien avec une certaine sérénité intérieure qui serait meilleure pour l’organisme qu’un stress perpétuel… D’où, sans doute, le succès des moines et des retraites en monastères.

Et puis : patatras ! Il est fini le temps des cathédrales des études positives sur la foi. Ce coup-ci, les croyants vont dérouiller, et sévèrement : voici venir l’étude américaine qui vous découragera de mettre les pieds dans votre paroisse (deux-points-ouvrez-les-guillemets) : « Aller à l’église, ça rend gros ». Si, si. C’est Libé qui le dit. Et Libé ne sort évidemment pas cette info du chapeau : Time a consacré un article au sujet, en reprenant les conclusions de l’étude.

Il faut bien reconnaître le poids de la découverte : réussir à prouver que croire en Dieu rend obèse, c’est énorme. Sacré coup dans le lard des religieux de tout poil. On voit déjà (gros comme une maison) les messages publicitaires : « Pour votre santé, évitez de trop fréquenter la paroisse ». Faut dire que si y mettre les pieds une fois par semaine suffit à vous faire doubler ou tripler de volume, il y a de quoi réfléchir un peu avant d’aller se gaver de messes et de temps de prière. Non ?

La grâce enfin vaincue par la graisse ? On imagine déjà les (gros) titres des journaux. Et les discriminations que ça pourrait engendrer : toutes ces personnes en surpoids désignées à la vindicte populaire comme autant de grenouilles de bénitier qui se seraient faites aussi grosses que le bœuf ! On ose à peine envisager que, dans la foulée, les magasins de vêtements spécialisés dans les grandes tailles pourraient être interdits pour non-respect de la laïcité. Seule une manifestation nationale réunissant des millions de personnes pourrait alors sauver les albums d’Astérix de l’autodafé citoyen, car – faudra-t-il hélas le rappeler – Obélix n’est pas gros, seulement un peu enveloppé. Un peu forte, cette adipeuse fiction ? j’attends de voir : le dossier ne cesse de s’épaissir, il s’étoffe, s’élargit, gonfle, se dilate ; le voilà déjà bouffi, distendu… Les caricaturistes s’en donneraient à cœur-joie. « Les cathos, obèses comme des lapins ? » On aurait l’air malins, tiens !

Comme si ça ne nous suffisait pas, nous croyants, d’être déjà statistiquement des femmes âgées qui votent plutôt à droite, il va falloir en plus qu’on soit tous collectivement des grosses. En procession pour le pèlerinage des lourdes ? non merci !

Car en fait, je nous rassure, l’étude n’est pas si négative que les titres peuvent le laisser penser. D’abord, on est en droit de nuancer la chose par la situation un peu particulière des États-Unis sur les questions de poids. Et puis surtout, l’explication que les chercheurs avancent pour justifier le phénomène est bien loin de nous jeter la prière avec l’eau du bain… En réalité, si les rangs des églises s’élargissent, c’est surtout parce que les croyants qui les fréquentent y nouent un réseau social plus ample et imposant qu’ailleurs. A l’heure où tant de gens fouillent sur Facebook les strates de leurs plus antiques amitiés à la recherche d’un peu de compagnie sur internet, les chrétiens se rencontrent et sympathisent IRL (it’s really large).

Le rapport ? il est, certes, mince, mais pas complètement à la masse : comme ces gens-là savent vivre, ils s’empressent d’aller échanger autour de quelque banquet où ils s’adonnent à la gourmandise sans (on l’espère) céder à la gloutonnerie. Résultat, ils grossissent davantage. CQFD (ce qui favorise Dukan).

Pas sûr que la conclusion soit si négative que ça, finalement : les cathos prennent du poids, mais ils ont des amis.

La grâce et la graisse sont donc réunies : c’est le miracle des lourdes.

24 octobre 2009

Le pasteur et son tripot

Filed under: Rabat-joie — Edmond Prochain @ 19:14
Tags: , , , , , , , , , ,

Depuis une étiquette gracieusement offerte par un hebdomadaire familial catholique, je sais bien que certains se contentent de voir en moi un rigolo de service. Sauf que, regarde bien, dans la colonne à droite (l’amusant avec internet, c’est que c’est l’un des rares lieux où la droite de celui qui montre est la même que celle de celui qui se fait montrer – remarque pertinente s’il en est) il y a une catégorie qui s’appelle « Rabat-joie » ; où j’assume donc le fait d’être occasionnellement un râleur fini. Comme ça va être le cas dans la suite de ce billet. Même pas honte.

Petit désaccord – cordial – entre sacristains en fin de semaine, sur une info un peu étonnante : un prêtre américain de 28 ans qui a gagné 100.000 dollars pour sa paroisse en jouant au poker. L’info est reprise un peu partout dans la presse, et on comprend les journalistes : l’histoire du père Andrew Trapp a quand même quelque chose de savoureux… C’est toujours l’occasion de montrer qu’on est en verve par quelques calembours du plus bel effet. (Il n’y a qu’à voir le titre de ce billet pour se rendre compte que je ne vaux guère mieux que les autres !) Du côté des grenouilles de bénitier sonneuses de cloches, JBM en a fait un billet sur Anuncioblog, apparemment Armagilius partage son avis (cherche pas où – c’est en interne ou sur faycebouc que je l’ai vu). Aujourd’hui, voilà qu’Emmanuel Pic aborde brièvement la question à son tour ; et je dois dire qu’il m’enlève les mots de la bouche, je suis assez d’accord avec son point de vue.

poker

Alors, bon. Certes, on nous dit que tous les gains iront à un projet de sa paroisse, que son évêque lui a donné sa bénédiction, que même s’il avait perdu ça aurait été une occasion de voir un prêtre à la télévision. Certes, on nous cite aussi le CEC pour nous expliquer que le poker est cascher :

« Les jeux de hasard ou les paris ne sont pas en eux-mêmes contraires à la justice. »

Mouais… Sans que je sois profondément outré par la démarche (qui m’amuse malgré tout par son culot), je ne suis pas convaincu par l’argument. Je le trouve même d’assez mauvaise foi : un pari entre amis, un jeu de hasard à l’occasion ne sont pas mauvais tant qu’ils restent des occasion de se rencontrer et d’échanger, me semble-t-il. C’est en ce sens que je comprends le Catéchisme. Mais peut-on en dire autant de jeux « massifs », tels que le Loto ? Dans ce cas-là, chacun peut jouer dans son coin et quelques rares gagnants touchent des sommes démesurées, alors qu’à l’autre bout de la chaîne certains vont prendre sur leur nécessaire, comme un impôt prélevé pour avoir le droit de rêver que l’argent leur offrira des lendemains meilleurs… En tant que chrétien, je n’ai jamais pu me faire à l’idée de jouer ; c’est contraire à ce que ma conscience me souffle. Quitte à être effectivement un rabat-joie.

Dans le cas du poker, je ne trouve pas ça beaucoup mieux. On présente l’affaire comme une belle aventure, mais elle s’appuie malgré tout sur un jeu d’intimidation qui peut devenir une réelle addiction chez certains joueurs. Une partie entre amis, avec des mises symboliques, ne peut évidemment pas être mauvaise (elle peut même être franchement marrante). Mais à ce niveau, quand le but est d’écraser l’autre pour récolter la plus grosse somme possible, est-ce encore le cas ?

Je répète : il n’y a pas de condamnation dans mon propos. Je m’interroge simplement.

Qu’aurait-on dit si ce jeune et sympathique prêtre avait perdu l’argent de sa paroisse dans le tournoi de poker ? C’est pourtant le revers possible de son succès…

andrew-trapp-pretre-poker

Dernier point : là où je ne suis pas du tout d’accord avec JBM (mais alors, vraiment pas du tout !), c’est quand il présente l’affaire comme une initiative d’évangélisation. Certes, c’est le thème de son blogue, mais je m’insurge ! Evidemment que la présence d’un prêtre dans ce tournoi diffusé à la télévision est une occasion de voir l’Eglise différemment, avec un beau visage jeune, moderne et dynamique… Mais bof. Voilà le plus pur concentré de mon avis : Bof ! A ce titre-là, autant imaginer qu’un prêtre aille ouvrir un bar et serve de l’alcool pour toucher un public peu habitué aux églises et montrer que l’Eglise et le clergé sont faits d’hommes ordinaires ! Je pousse un peu (et encore : j’aurais pu aller plus loin dans la caricature), mais cette idée me fait réfléchir.

Pas sûr que toutes les occasions soient bonnes d’évangéliser, que toutes les attitudes soient acceptables pour annoncer la Parole de Dieu. Mais là, ce n’est que mon point de vue, évidemment…

[Edit : Après certains commentaires, dont celui du Père Andrew ci-dessous, j’ai consacré un second billet au sujet. A lire avant de réagir, éventuellement !]

Theme: Rubric. Get a free blog at WordPress.com

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 141 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :