Et la lumière fut.

De rien

Il y a certains événements de la vie qui te font comprendre subitement que l’existence de Dieu ne saurait en aucun cas n’être qu’une vague hypothèse. Des circonstances durant lesquelles le doute n’est plus permis et où il te faut humblement te rendre à l’évidence en admettant l’indiscutable. Pour moi, ce moment fondateur de l’existence a eu lieu hier soir.

A choisir, j’aurais bien aimé un décor classe pour l’instant où m’aurait été révélée la présence du Très-Très-Très-Haut à mes côtés. Un genre de Notre-Dame de Paris, façon Paul Claudel et en toute sobriété. Tu vois ? Un de ces endroits où, bon, faut bien avouer que ça en jette un peu, sans faire non plus trop snob (Saint-Pierre de Rome me semble un tantinet prétentieux, de ce point de vue). Un décor adapté et puis aussi une date symbolique pour nourrir des anecdotes, toussa toussa. A choisir. Rien d’exceptionnel, à vrai dire.

J'ai mis une photo juste pour aérer le texte. C'est mieux, non ?

J'ai mis une photo juste pour aérer le texte. C'est mieux, non ?

Sauf que là, va bien falloir admettre que le « Moment Zéro » (avec deux majuscules, pas comme dans « nouvelle évangélisation ») de ma vie, l’heure à célébrer avec moult Gloria et autres Danses des canards, c’est arrivé alors que j’étais bêtement dans ma piaule. Pas de bol. Dieu a beau aimer chacun personnellement, je le soupçonne quand même d’en aimer certains personnellement plus que d’autres… En deux mots : Il abuse ! Je le dis d’autant plus facilement que comme il m’a fait un gros « coucou » hier soir, on est un peu copains comme cochons, maintenant.

Bref.

Je reviens une seconde sur le titre de ce billet, parce que figure-toi qu’il est brillant (et pas seulement parce que cet adjectif me permet de faire un jeu de mots). Brillant, te dis-je ! En effet, outre la référence biblique et l’apport mystique qu’elle confère à ces quelques mots, tu auras noté qu’il se termine par un point, ce qui n’est évidemment pas sans suggérer implicitement mais de façon très fine toute la dimension définitive de la révélation expérimentée hier soir. Et ce, alors qu’il faisait nuit – mais oui ma bonne dame ! Et puis, tant qu’on y est, ajoute à ça le niveau de lecture que je vais ajouter avec la fin de ce billet… tu comprendras sans trop avoir à te casser le tronc que ce titre est effrontément à la limite de la perfection. Quoique, je ne dis pas non plus tout le bien que j’en pense, par pure modestie.

points-suspension

Voilà, voilà… Tu crois que j’ai assez fait durer le suspense pour passer à la conclusion, là ? Parce que, bon, en fait, je vais sécher si faut que je prolonge encore un peu juste pour te faire bisquer.

Allez, je te raconte le miracle. Ouais parfaitement : j’ai bien dit « le miracle » ! Rien que ça ! Donc j’étais dans ma piaule, peinard, en train d’écouter le dernier album des Fatals Picards des chants grégoriens et de manger des fraises tagada de ne rien manger du tout parce que c’est quand même Carême, et puis là, voilà-t’y-pas que d’un seul coup – pouf ! – en voulant allumer ma lampe de chevet l’ampoule fait tic et puis arrête de faire de la lumière. Ouais : carrément ! Alors, moi, tu me connais, je pousse un bon gros juron je rends grâce au ciel pour cette opportunité de prier dans la pénombre, et puis je m’apprête à lire mon bouquin en m’éclairant aux voisins.

Mais soudain (c’est bien, ce genre d’adverbe, pour relancer l’attention), soudain je me dis : « Oh, tiens ! Et si j’allais voir si j’en ai pas une de rechange dans le placard… » Ceux qui me connaissent sauront que cette idée était complètement déconnante, parce qu’il y a aussi peu de chance de trouver une ampoule de rechange (ou n’importe quoi qu’on serait en train de chercher) dans un placard de chez moi que de trouver encore un Granola dans un paquet entamé la veille. Il n’y en a pas, donc.

Voilà l'objet à l'origine du plus important moment de ma vie depuis qu'un abruti a coupé mon cordon ombilical.

Voilà l'objet à l'origine du plus important moment de ma vie depuis qu'un abruti a coupé mon cordon ombilical.

Et ben… devine un peu ce que j’ai trouvé dans mon placard… tu me vois venir ? Mais si, allez : fais confiance à tes intuitions ! J’ai trouvé… J’ai trouvé dans ce placard où il n’y avait aucune chance de trouver une ampoule… une bougie et des allumettes !

Génial, non ? … Sauf que non. Ça aurait fait une trop belle chute, trop profonde et riche en interprétations.

Non, en fait, bah, j’ai juste trouvé une ampoule de rechange. Et c’est ça, le miracle qui m’a fait prendre conscience définitivement de l’existence de Dieu. Parce que si c’est pas Dieu qui a été foutre une ampoule là, je vois vraiment pas qui ça pourrait être.

C’est là que la lumière, elle fut. Indiscutable, certes… mais tellement pas glamour ! Zut !

Publicités

13 réflexions sur “Et la lumière fut.

  1. ‘Parce que si c’est pas Dieu qui a été foutre une ampoule-là, je vois vraiment pas qui ça pourrait être’.
    Peut être ta maman ?

  2. Comme quoi, rien ne vaut une expérience personnelle pour (re)donner la Foi.
    Que tous ceux qui sont « au bord du gouffre » fasse eux aussi la découverte d’une « ampoule de rechange ».

  3. Je ne vois vraiment pas qui pourrait évoquer quoi que ce soit de déconnant à ton égard, surtout après avoir lu ce billet.

  4. Mort de rire, à tel point que j’ai lu votre billet à haute voix à ma chère et tendre. Un joyeux moment, bienvenu en ces temps difficiles. Merci.

  5. @ Pépette : Ma maman ne met pas d’ampoules de rechange dans des placards. Elle fait des trucs normaux de mamans, comme sauver le monde, être la plus belle ou préparer la meilleure tarte aux pommes de l’univers… Faut pas tout mélanger, non plus.

    @ Koz : Fais pas ton triste saint !

    @ Gwynfrid : Enfin quelqu’un qui me comprenne… J’espère quand même que ta chère et tendre ne t’a pas traité de taré en te virant de la maison, après lui avoir infligé ça ! (Ouais, je suis cavalier avec mon « tu », mais ici c’est comme à la maison : pas de chichis, on se tutoie !)

  6. @ Edmond.
    Je ne sais pas trop ce que je cherche mais ton placard à l’air intéressant. Va falloir que je vienne faire un tour. Et goûter la tarte de ta mère ça me botterait pas mal aussi. ;-)

  7. Y aurait pas trois ampoules de plus pour moi ? Oui, exactement comme celle qui est en photo. 75W maxi. Merci Edmond ! ^^

  8. Ainsi que dit en d’autres lieux : « et la lumière barrique » … eh non, bourrique, « et la lumière fut » …

  9. Ce sont vraiment des évenements comme ca qui ravivent notre foi . Pourquoi ne pas organiser une neuvaine d´action de grâce ?

  10. @ Edmond: moi je vouvoie tout le monde par défaut, mais je sais m’adapter aux règles locales. Donc, je te rassure, ma chère et tendre m’a fait cadeau de ce sourire indulgent qui caractérise les couples qui ont quelques heures de vol.

  11. C’est bizarre, ma mère, quand une ampoule pète, elle se contente du juron.
    Le miracle, ce serait en fait qu’il n’y ait pas d’ampoule de rechange chez nous.
    Si j’avais su à quoi ça tient, un renouvellement de la foi, j’aurais jeté toutes ces idiotes d’ampoules de rechange!!!

    Et j’aurais sans doute mis des bougies à la place.

  12. 3 jours plus tard.
    Une ampoule a claqué.
    Nous avions de quoi la remplacer.
    En pensant à cet article que je re-commente, on constate, ô cruel destin, que la vie est si fade chez nous.
    Ôôôôôôô monde injuste! Dire que j’aurais pu les jeter, ou au moins les cacher, ces ampoules, pour mettre un peu de piment dans nos vies! Mais non!
    Ah là là.

  13. En attendant, c’est pas écolo tout ça, va falloir dire à Jésus que la prochaine, il te mette une ampoule basse-conso dans le placard. Je dis ça, je dis rien…

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s