Le mariage encore rappelé à l’Ordre

News

Ça nous pendait au bout du nez comme une goutte de morve à la saison du rhume des foins. Et je ne dis pas ça uniquement pour que tu t’exclames : « Oh ! mais il est dégueu ! » dès le début de ce billet ; je le dis comme je le pense, c’est tout. Fallait bien que ça tombe parce que, d’une, c’était devenu trop calme depuis les dernières sorties pontificalo-capotines et, de deux, lancer une « année sacerdotale » est dans le monde médiatique actuel une audace qui frise l’inconscience.

Voilà. Le couperet de l’AFP et de TNS-Sofres est tombé :

82% des Français, 83% des catholiques et 73% des catholiques pratiquants sont favorables au mariage des prêtres.

C’est sûr, ça calme ! Alors plusieurs remarques s’imposent. (Entends par là que je vais t’imposer plusieurs remarques.)

Déjà, la dépêche ne précise pas s’il s’agit du mariage des prêtres entre eux. Ce qui m’étonnerait quand même un peu dans la mesure où, jusqu’à nouvel ordre, en France, il n’est pas possible d’épouser une personne du même sexe que soi-même. Mais cette imprécision est néanmoins regrettable. Je trouve.

Ouais, y'a des fois vraiment...

Ouais, y'a des fois vraiment...

Ensuite, il y a cette question de l’ordination d’hommes mariés. Les chiffres sont sensiblement les mêmes. Sauf que je me demande quand même dans quelle mesure cette question est pertinente juste après avoir posé celle du mariage des prêtres de façon générale. Tu la vois, toi, Mademoiselle Pimprenelle (ça faisait longtemps que je l’avais pas convoquée, celle-là), qui dit qu’elle est pour que son curé puisse épouser qui il veut, mais qui précise ensuite que – ah non, pouahberk ! – hors de question que son voisin Monsieur Lafouine puisse être ordonné ? Évidemment, ça n’a pas beaucoup de sens ; sauf à interroger les gens sur la solution qui leur paraît la plus adaptée, mais faut peut-être pas trop pousser non plus Mademoiselle Pimprenelle dans les orties (parce que ça pique – mais tu me diras, elle aussi).

Autre sujet de poilade pré-estivale offert par le sondage, les explications avancées :

Parmi les facteurs de baisse des vocations, 80% des personnes interrogées citent le célibat des prêtres, 69% la montée de l’individualisme, 67% les prises de position de l’Église et 54% les conditions de vie des prêtres.

Moi qui suis un grand naïf devant l’Éternel, je me prends encore à rêver du jour où quelqu’un aura l’idée de vérifier cette idée couramment admise que la « crise » des vocations est une conséquence directe du célibat des prêtres. Par exemple en allant comparer avec les chiffres des vocations chez les protestants, ou même (soyons des oufs) dans d’autres religions. Je me suis laissé dire que chez les Juifs, la « carrière rabbinique » n’était pas si florissante que ça… A quand des sondages réclamant le mariage des rabbins ?!

On peut également se demander si, dans une certaine mesure, le nombre de vocations sacerdotales à l’heure actuelle n’est pas à envisager à la mesure du nombre de catholique (réellement) pratiquants. Comme l’a fort bien dit le dominicain Thierry-Dominique Humbrecht : « Il n’y a pas une crise des vocations en France, mais plutôt une crise de la foi ! » Ceci peut éventuellement expliquer cela. Aussi.

Pourtant, c'est pas mal non plus, dans le genre, comme alliance.

Pourtant, c'est pas mal non plus, dans le genre, comme alliance.

Le fait est que cette hyper-préoccupation pour le célibat et (in fine) la sexualité des prêtres a tendance à me gonfler légèrement. Que tout le monde ait tellement l’air de se préoccuper du fait que leur zizi puisse servir à autre chose qu’à arroser les salades, c’est une sollicitude qui me semble toujours assez suspecte. Essayons, un jour, de relever (un peu) le débat.

Question pour le bac philo de l’année prochaine : « Au fond, qu’est-ce que c’est, un prêtre ? » L’Église prend de l’avance ; elle a inscrit le sujet au programme cette année. La rentrée est demain.

Publicités

50 réflexions sur “Le mariage encore rappelé à l’Ordre

  1. ayyyéé t’as réussi à venir à bout de WordPress??? rahhhh le vilain il est contre ton billet sur le mariage (des prêtres) boiuhouhouhou!!!

    Sans vouloir jeter de l’huile (chrismale) sur le feu (note que je fais achement gaffe à ce que je pense et écrit ici pasque bon hein moi chui ni théologique ni philosophique dans l’âme et du coup hein parfois ça le fias moyen ) mais moi ce qui m’interroge c’est pas le célibat ou non des prêtres mais la (im)possibilité pour un mari, père (veuf divorcé bref…) qui se sentirai appelé l’être, après tout on divorce , on se remarie bien avec quelqu’un d’autre (ne pas me dire, oui l’église est contre le remariage, c’est pas la même chose bla bla bla, au dernière nouvelle ça aussi ça s’étudie au cas par cas et par expérience un divorce n’est pas une cause de pestifération (j’aime inventer des mots) )

    en fait ce que je veux dire c’est que des mères de familles peuvent bien sous certaines conditions être religieuse pourquoi pas un père de famille (après tout un prêtre c’est un père non? ) ??? j’oserai presque aller plus loin en tentant un vice versa (mais là le lecteur est paumé dans mon pavé donc bon…)

    Moi je dis pas non je suis contre ou oui je suis pour, je pense juste que l’on a encore beaucoup beaucoup de chemin à faire et que faut pas se contenter de voir qu’un côté de la médaille (de préférence celui qui nous arrange )

    Et franchement hein moi j’ai eu 12 en philo mais je pense à tous les prétendants au bac mais dans toutes les matières pas juste pour la philo qui ouvre le bal! et bin si ils ont ce genre de sujets l’an prochain… sont pas dans la M*** et nous avec! mdr

    merci Ed tu m’as bien fait réfléchir sur ce coup là ça fait du bien de temps en temps (surtout que j’ai comme dans l’idée que c’est pas près de s’arrêter ;-) ) lol

  2. Ben les prêtres belges, eux , y pourraient se marier, entre-eux et même y pourraient adopter des enfants!!! Nanana heuh!!!
    Voilà la vraie liberté, je propose de proposer ça à vos catho pratiquants… (attention , il y a des pratiquants réguliers qui vont 1 fois par an à l’église, c’est régulier à tout les sens du terme)
    Le mariage est devenu ringard sauf quand il s’agit d’épouser un prêtre, ça c’est super!
    Il paraît que le prêtre est un homme mangé, mais peut-il l’être à la fois par Dieu et par sa femme? NON.
    La priorité pour mon mari à la maison est de s’occuper des enfants et de moi(!), pas question de partir pour administrer un mourant ou confesser en urgence… pas question de donner notre bien être pour un pauvre hère.
    Imaginons-nous St Vincent de Paul marié? le curé d’Ars avec une mégère? N’importe quoi…voilà un truc pour faire baisser le nombre de Saints dans l’Eglise!!!

  3. Moi, je voudrais remercier cette société qui se préoccupe du sort des prêtres à tel point qu’elle désire absolument les marier, à une époque où cette société ne voit par ailleurs plus aucun intérêt dans le mariage, et préconise l’union libre sans engagement avec parfois 2 ans de garantie quand même. Alors merci, vraiment, merci, de vouloir à ce point le bien de nos frères prêtres qui sont d’ailleurs les derniers qu’on interroge quand à leur désir de se marier ou pas. Je serais très intéressé par connaître les chiffres d’un sondage réalisé exclusivement auprès des prêtres…

  4. « lancer une “année sacerdotale” est dans le monde médiatique actuel une audace qui frise l’inconscience. » dans le billet de la Croix et si je comprend bien le Pape souhaite le retour à une certaine tradition vestimentaire. Hum si je comprends assez le célibat des prêtres, je n’arrive pas du tout à comprendre pourquoi on veut les remettre en robe et col romain …

  5. le mariage des prêtres…. Pffffffff…
    La vie est déjà bien assez compliqué comme cela sans surcharger encore nos pauvres bons pères des paroisses….!

    Ha… surtout?, j’oubliais… parler du mariage des prêtres c’est une chose, maaaaais … a-ton envisagé aussi qu’un [éventuel] prêtre marié aurait dans la possibilté aussi de divorcer? Et où va-ton encore???????
    Oula la… j’en parlerai à mon ch’val, comme me disait ce brave fermier en soulevant son chapeau pour gratter son cuir chevelu …. !!
    Je vous laisse! A bon entendeur…

  6. Si c’était aussi simple ça se saurait c’est vrai…
    Ceci dit, perso j’en ai ras la casquette aussi que l’on confonde « vocation » et « vocation sacerdotale ». Parce qu’en tant que baptisés on a tous une vocation, mariés, célibataire ou dans la prêtrise. Alors soit ils parlent de vocation sacerdotale, soit de vocation « de laïcs », mais ils ne mélangent pas le tout! Mince à la fin! Les autres comptent pour du beurre. Ou alors, pour être effectivement cohérent, rétablir le mariage des prêtres, accepter les prêtres femmes et autoriser le mariage des prêtres femmes, alors là, oui, on pourrait parler de « vocation »!

  7. @ Yayon : un veuf peut tout à fait devenir prêtre (bon après un discernement et une formation comme tous les séminaristes hein!)… j’ai eu un vicaire dans cette situation dans ma paroisse il y a quelque temps (et comme j’ai changé de paroisse…^^)
    Un grand merci Edmond pour ce billet, toujours une pédagogie de fer dans un humour de velours, c’est bien appréciable (mouais l’expression détournée ne rend pas grand chose mais j’ai le cerveau trop fatigué pour chercher mieux).

  8. @ B-attitude / Yayon : Anne-Laure t’a bien répondu. Les veufs peuvent devenir prêtres.

    @ Jack Ryan : Demander leur avis aux prêtres ? Mais pour quoi faire ??

    @ Marie Courtoy : Je suis bien d’accord ! Les femmes sont des dangers pour les prêtres, et il faut les en préserver !
    … Quoi ? Comment ça c’était pas du tout le propos ?! :-p

    @ Thaïs : Sauf infos que je n’ai pas, rien dans l’article de La Croix ne fait référence au port de la soutane… Benoît XVI y parle juste de la visibilité des prêtres. Et, pour le coup, j’avoue que j’aime bien, moi aussi, voir un col romain comme signe visible du sacerdoce au cœur du monde. Je n’en fais pas un absolu, mais croiser un prêtre inconnu et le reconnaître comme tel, ça me réjouit toujours.

  9. En fait, Saint Pierre avait bien une belle-mère. Eais l’Eglise a fait ce choix parce que le sacerdoce est une union particulière à Jésus…
    Je suis frappée de ce que les révolutionnaires avaient déjà cette obsession, de marier les prêtres. C’est curieux! Frappée aussi de ce qu’aucune autre époque n’a fabriqué autant de célibataires involontaires et que les seuls qu’on veut marier c’est ceux qui l’ont choisi…
    Comme quoi c’est bien un truc important, le célibat des prêtres: si nous on sait pas pourquoi, il suffit de voir combien c’est central chez les détracteurs de l’Eglise pour en être convaincus…
    En plus, la moyenne d’âge des prêtres étant de 75-80 ans, est-ce que c’est vraiment le premier service à leur rendre, de les marier? est-ce qu’on pourrait pas plutôt faire des sondages pour savoir si les catholiques veulent qu’on fiche la paix à leurs prêtres?
    Et puis à la fin, est-ce que Albert fait un sondage pour savoir combien de catholiques pratiquants veulent qu’il se marie avec Gertrude? c’est vraiment n’importe quoi, ces sondages! J’imagine bien: « Eh, Machin, 93% des français veulent que tu te maries avec Bidule! »

  10. Des prêtres mariés il y en a déjà dans les églises orientales catholiques (mais leur mariage doit avoir lieu avant leur ordination ce qui apparait sage cela ferait désordre de voir des ptes annonces prêtre célibataire ch. JF bien… et puis cela permet d’être sur que la femme accompagne l’ordination comme pour les diacres permanents) ou bien pour les prêtres anglicans mariés convertis au catholicisme.
    Alors pourquoi pas d’autres ? Cela géne -til les protestants d’avoir des pasteurs mariés (hommes et femmes !).
    Mais de toute façon cela ne doit pas être une obligation : à chacun de voir ce qui peut l’aider à répondre à son appel pour certains le célibat sera une évidence pour d’autres ce sera le mariage.
    La variété est source de richesses et bien dans les premières communautés chrétiennes la plupart étaient mariés Comme notre premier pape : Tu es Pierre et sur cette pierre…

    N’ayons pas peur Dieu est plus grand que nos petits sondages,nos volontés de changement ou nos résistances.

  11. AaaaaA mais vous savez pas ? ??? Rho, fallait lire Da Vinci Code, même Jésus a eu une compagne enfin ! voilà pourquoi on veut marier les prêtres : c’est que pendant DEUX MILLE ANS, on nous a menti !! l’est temps que ça cesse !!!! ah, comme dit Do, heureusement qu’il y a encore des révolutionnaires ici-bas, pour nous sortir de l’obscurantisme.

    Ceci dit, si on veut un relan des vocations, n’a-t-on pas besoin d’une revalorisation de ce qu’est le prêtre ? enfin, histoire que ça donne un tout petit peu envie de le devenir, quoi :-) et ce ne sera certainement pas en transformant les-dits prêtres encore plus en « monsieur tout le monde » avec (comme dit Marie) une mégère dans leurs pattes….

  12. Je suis totalement d’accord avec Jack Ryan. C’est très touchant de voir le monde entier, qui ne supporte pas l’Eglise et ses idées poussiéreuses, vouloir à tout prix le bien-être de nos prêtres.

    Quand aux veufs ordonnés, on m’a cité le cas de celui qui, quand il voyait ses ouailles s’endormir au milieu du sermon, réveillait tout le monde en disant « je me souviens que MON FILS… » Effet garanti.
    Ça devait être bien drôle à voir.

  13. merci pour les réponses ;-) hihihi

    je vois que t’es bien partie côté commentaires ;-) (allez un ti 14ème pour la route!)

    Ceci dit hein moi j’dis qui zont bon dos les sondages paske moi on m’a rien demandé alors j’trouve que dire que 80% des français, 83% des catholiques et 73% des KTO pratiquant (c’est quoi la différence ;-) hihihi ) sont favorable blablaba

    moi chui française, KTO et je sais pas si j’suis pratiquante selon leurs sondages mais dans mon coeur je pense que oui :-$ et pourtant on m’a rien demandé donc ce sondage est faussé donc pas vrai na! (s’en va bouder dans son coin face à un pic d’égocentrisme ! mdr )

    bonne journée

  14. @Edmond et Thaïs : je ne sais plus où se trouve cet article, enfin si vraiment cela t’intéresse j’essaye de de retrouver le lien, mais moi aussi j’ai lu une déclaration de Benoît XVI sur le fait qu’il était nécessaire que le prêtre soit visible, avec une référence très très appuyé au col romain, sachant que c’est très rare que des discours du pape rentre dans ce genre de détail qui normalement relève de certaine congrégations ou dicastères.

    Après c’est un débat à deux balles. Moi perso cela n’a aucune importance. Bon pour la soutane, c’est encore un autre débat.

    Hier soir j’ai fait tout un billet sur l’année sacerdotale, puis j’ai lu la lettre de Benoît XVI qui m’a totalement sidéré tellement le modèle qu’il propose me semble loin de la réalité…

    … et j’ai enfin lu ton billet qui ma bien fait rire :)

  15. … ah oui, et j’ai finalement renoncer à publier, marre de râler constament sur Benoît, je vais le reprendre avec un autre angle.

  16. @ Anne : Certes, mais néanmoins je maintiens ce que j’ai dit. Avant d’envisager l’ordination d’hommes mariés, il faut se poser très sérieusement la question de ce qu’est un prêtre, du sens qu’on donne au sacerdoce et de l’engagement que ça peut représenter. Le débat sur le sujet ne me gêne pas, mais la façon qu’ont certains de ramener sans cesse cette question comme si elle était « source et sommet » de tout engagement me gonfle. Parce que c’est trop facile, et trop restreint ; il y a fort à parier que ça ne changerait pas grand chose à la « crise » (si crise il y a) des vocations (sacerdotales !).
    Et les exceptions n’ont jamais été faites pour établir des règles ; elles sont simplement le signe qu’une règle existe.

  17. l’AFP, ils auraient pas dans leurs archives un sondage fait auprès de l’entourage proche de Jésus sur le nombre de ceux qui étaient favorables à ce que jésus souffre la Passion pour le rachat de l’humanité?…
    on ne sait jamais…
    bonne et sainte fête du Sacré Coeur

  18. Je préviens ça risque d’être long (et encore je me réfrène).
    Des veufs ordonnés prêtres cela existe plus qu’on ne le croit, j’en connais quelques uns et c’est une bien belle chose que ces père de famille puisse devenir Père, mais dans sa sagesse l’Eglise demande d’attendre qu’ils soient dégagé de toutes responsabilité parentale (bref il faut d’abord caser ses gosses !).
    Pour les églises orientales, je me permet de rappeler qu’il y a deux types de clergé : les prêtres diocésains et les moines, seuls les prêtres diocésains peuvent se marier… et seuls les prêtres célibataires peuvent être appelés dans le collège épiscopale (bref devenir évêque)… quand on échange avec des catholiques de ces rites orientaux il n’est pas rare qu’ils témoignent de scènes plutôt étrange où les séminaristes font la « chasse » à la future épouse juste avant leur ordination… Il faut imposer les mains sur sa femme… (Oui être marié) avant de se faire imposer les mains par l’évêque (je vous rassure ce n’est pas le même rituel…).
    Je me permets aussi de vous rappeler que dans l’église anglicane, les prêtres ont été autorisés à se marier et les femmes ont été autorisées à devenir prêtres. Il faut aussi rappeler que l’église Episcopalienne (une des branches américaine de l’église Anglicane) à autoriser des homosexuels (actifs) à devenir prêtres et même évêque… Il a été observé qu’à chacune de ces décisions, ayant pour but d’enrayer le déclin des vocations et le déclin des pratiquants, le problème s’est aggravé…
    Personnellement et selon mon esprit droit (dans mes bottes de saut, dirait Edmond) j’en conclus qu’à chaque fois que l’on baisse le niveau d’exigences on a de la perte en ligne ! Comment explique-t-on que dans la FSSPX (chez Mgr Marcel Lefèvre) il y ait toujours plusieurs dizaines d’ordinations sacerdotale et diaconale) alors que dans certains de nos diocèses il n’y a plus d’ordinations… Comment est-ce que des Communautés comme les Légionnaires du Christ arrivent à rassembler autant de jeunes séminaristes et pas nos diocèses ? Je suis intimement persuadé que la différence c’est l’exigence à laquelle ils sont appelés.
    En ce début de l’année sacerdotale, prions pour nos prêtres et les séminaristes que le Seigneur les garde dans la fidélité à leur ministère et que nous sachions être proches d’eux !
    Prions aussi pour ceux qui quittent leur ministère, qu’ils puissent vivre ce temps difficile en paix et que nous ne soyons pas leurs juges.
    Prions pour notre Saint-Père qui a eu l’audace de proclamer cette année et de mettre le sacerdoce sur le devant de la scène.
    J’avais prévenu que ce serait un peu long…

  19. @ Marc : Je suis assez d’accord sur le fait que c’est un débat à deux balles. Si l’habit faisait le prêtre, ça se saurait.
    Quant au fait que tu râles sur Benoît XVI, tu as au moins le mérite de le faire de façon posée et intelligente. Ça change ! Et si sa lettre m’a un peu ennuyé (au sens propre) quand il développe trop longuement sur le Curé d’Ars, j’ai bien aimé quand même… redonner un peu d’idéalisme au lieu des questions de forme sur lesquelles on ramène tout le temps le sacerdoce, je ne suis pas sûr que ça fasse tellement de mal. Mais il faudrait demander aux premiers concernés ce qu’ils en pensent.

    @ Frantz : C’est vrai que t’as fait long, mais ça valait le coup, je pense. Je suis convaincu que vouloir enrayer la baisse du nombre d’ordinations par l’abandon du célibat serait un peu comme chercher à empêcher un naufrage en distribuant des casquettes à tout le monde.

  20. Mon pauvre Ed… Tu t’en doutais, non, que tu allais déchaîner un ouragan de réactions en tous genres ?
    Cela dit, je ne comprends pas très bien pourquoi ces sondages. Après tout, les prêtres ne sont pas pris au dépourvu une fois ordonnés : « Ah bon, j’peux plus me marier maintenant ?! »
    Pfffff… En fait, quand on y pense, le débat n’a pas lieu d’être.

    Bonne journée ! :o)

  21. @Edmond : oh mais je vais en parler, faut juste que je trouve comment faire pour ne pas me faire 4 pages de ronchonneries…

  22. [Parmi les facteurs de baisse des vocations, 80% des personnes interrogées citent le célibat des prêtres, 69% la montée de l’individualisme, 67% les prises de position de l’Église et 54% les conditions de vie des prêtres.]

    Je ne savais pas que Madame Michu, qui n’a jamais mis les pieds à l’Eglise depuis sa première communion était une experte en crise des vocations… En fait cette info ne pourrait être (un peu) intéressante que mise en perspective par de vraies études sur la prêtrise (sur les prêtres, les séminaristes, ceux qui ont renoncé etc…) afin de souligner le décalage ou l’adéquation entre la réalité du sacerdoce et l’image que peuvent en avoir les français. Cela m’énerve un peu ce genre d’article qui pourrait presque faire passer l’opinion du café du commerce pour des vérités établies.

  23. heu dans le lien que tu donnes l’article de La Croix dit cela « Devant les participants à l’assemblée plénière de la Congrégation pour le clergé, le pape a en outre encouragé les prêtres à « être présents, identifiables et reconnaissables », y compris sur le plan vestimentaire. ».
    Personnellement quand je pense vêtement, il s’agit de soutane et/ou col romain (et non pas d’une simple croix sur un veston)et cela me chiffone. J’y vois la forteresse érigée pour faire fuir le fidèle ou non fidèle. Bref le style monsieur inabordable…mais ce n’est pas le fond du billet. désolée pour le HS

  24. C’est sûr que le célibat des prêtres est un magnifique témoignage de leur vie donnée à Dieu et aux autres et je suis tout à fait pour.
    Mais j’ai plusieurs fois entendu une remarque concernant la pédophilie constatée chez des prêtres. D’après certains elle s’expliquerait par la frustration due à un célibat devenu trop difficile. C’est un tel scandal, une telle blessure pour l’Eglise que j’avoue que je ne sais jamais trop quoi répondre.

  25. Ah, je savais bien que tu allais réagir, quand j’ai lu ça, je sais plus où, jme suis dis, à ça c’est pour toi!!! Et je t’attendais…
    Bref, tu t’en es bien sorti!Bien dis tout ça!
    et tu voudrais pas faire un article sur la définition de catholique pratiquant??? je pense que ça pourrait intéresser l’AFP… et TNStruc.

    @do : mdr, pour les idées de sondage!

    @nitt : j’imagine trop la tête des gens quand il dit ça a des nouveaux… Mon fils… lol

  26. « Marrant » ce sondage, on demande l’avis de tout le monde sauf des personnes concernées. Nan mais c’est vrai, manquerait plus que les prêtres et les séminaristes viennent donner leur avis, et puis quoi encore !!!

  27. @ Anne :
    L’exemple des pasteurs protestants (souvent invoqué) est en fait un très mauvais exemple… parce que leur fonction n’est pas du tout la même (eh non…).

    Petit briefing…
    Un pasteur (du moins dans l’Eglise réformée) peut exercer son ministère après avoir obtenu un master à la Faculté de Théologie de Montpellier (celle de Strasbourg et de Paris ne suffisent pas, c’est Montpellier qui valide). Il est embauché par le conseil presbytéral d’une paroisse (après une campagne de recrutement et un entretien en bonne et due forme) pour y servir pendant 7 ans. Il préside le culte, prêche, célèbre la Cène, officie dans les hôpitaux et les prisons, etc.
    A l’issue de ces 7 ans, le pasteur quitte la paroisse pour une autre… et la paroisse reste sans pasteur pendant un an, afin d’inciter les paroissiens à se resouder et à se ré-impliquer. Elle poursuit ses activités habituelles (y compris l’administration des Sacrements) sans pasteur (ou parfois avec l’invitation d’un autre pasteur du consistoire).
    Même lors de l’exercice de son ministère, la présence du pasteur n’est pas indispensable au cours d’un culte. Le président du conseil, le liturge du jour ou le prédicateur (laïc) du jour célèbre alors la Cène… si Cène il y a. Calvin préconisait 12 Cènes par an (équivalent de l’Eucharistie, mais sans présence réelle) ; en pratique, la moyenne actuelle tourne autour de 2 par mois.
    Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la Cène qui est le centre du culte, mais la prédication. Et même pour celle-ci, la présence du pasteur n’est pas indispensable, comme je l’indiquais plus haut.

    Je m’arrête là. Vous pouvez constater que le rôle du pasteur et le sacerdoce du prêtre n’ont pas grand-chose à voir l’un avec l’autre. Cessons donc les amalgames, et comparons ce qui est comparable…

    Signé : une ancienne réformée

  28. @AncillaDomini Merci pour ce long § sur le rôle des pasteurs qui apporte des précisions bien intéressantes (que perso je connais depuis une 12aine d’années)sur le renouvellement d’un pasteur dans une paroisse de l’église réformée. Toutefois je pense qu’il est inexact de dire « Elle poursuit ses activités habituelles (y compris l’administration des Sacrements) sans pasteur » le culte n’est pas pour les protestants un sacrement et s’il n’y a plus de pasteur en titre il y en a qui viendront ponctuellement par exemple pour un baptême (sacrement).

    Je pense effectivement nécessaire de repenser le rôle des chrétiens (cf Vatican II vocation du baptisé- et du prêtre (que je ne cherche pas à contester dans son sacerdoce).
    Le mariage est bien sur une question annexe’ mais à ne pas éluder sinon pourquoi déchainerait-elle autant de commentaires ?
    Cela vous gêne-t-il autant d’avoir certains (mais pas tous)prêtres mariés ?
    @ Frantz T Quand à faire le parallèle avec le nombre des vocations chez les Lefevristes j’aime mieux ne pas rentrer dans ce genre de débat.

  29. Je complète
    @ Frantz T sur les ordinations de la FSSPX un article de la Croix http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2377604&rubId=4078 dont je cite un extrait :
    Suspens a divinis

    Mais pour Rome, les choses sont loin d’être aussi claires : les quatre évêques dont l’excommunication a été levée, bien que validement évêques, ne sont pas considérés comme évêques de l’Église catholique, puisqu’ils n’y exercent validement aucun ministère. Ils ne peuvent donc procéder à l’ordination de nouveaux prêtres. Par conséquent, si les ordinations attendues ces prochains jours seront sacramentellement valides aux yeux de Rome, ces prêtres seront suspens a divinis, à leur tour interdits d’administrer des sacrements tant qu’ils n’auront pas été officiellement réintégrés dans l’Église.

  30. Je viens de télécharger et de lire (rapidement)la lettre de BXVI aux prêtres et là quelle agréable surprise de lire plusieurs phrases qui me concernent directement en tant que laïc.
    Car pour bcp d’entre nous -sauf bien sur Marc, David si je ne me trompe pas sur leur état- nous réagissons de l’extérieur (bien concernés qd même)au question du sacerdoce.
    Plus facile de parler des autres que de soi ? …
    à +
    Edmond tu vas nous donner un peu de vacances après de tels billets ?
    Il nous faut aussi du tps pour la fête de la musique, qqs mariages, fête d’école et autres bonnes activités de saison.

  31. @ Thaïs : Je maintiens. J’ai bien lu cette phrase, mais elle n’explicite aucunement le type de « visibilité » souhaitée. En ce qui me concerne, j’entends surtout un encouragement à porter le col romain. Disons, « au moins ». Après, les prêtres font ce qu’ils veulent, mais tu me permettras de ne pas mettre soutane et clergyman exactement sur le même plan… Mais après, dégoûts des couleurs, hein… (Cf. ce que je disais précédemment sur les « dossards » qu’on cherche parfois à afficher.)

    @ Roselyne : Pour le coup, je t’invite vivement à aller lire le billet du Chafouin consacré au sujet. Il est en lien dans mon article, mais je te le redonne de bon cœur : il est ici. Relier la pédophilie au célibat est d’une mauvaise foi absolue.

    @ Ancilla Domini (joli pseudo !) : Merci pour ces éléments.

    @ Anne : Sans entrer dans le fond du débat, parce que vraiment ce n’est pas le sujet, tu ne peux pas rejeter d’un revers de main le nombre d’ordinations dans la FSSPX sous prétexte qu’elles ne sont pas légitimes. Certes, elles ne le sont pas, mais Frantz n’a jamais voulu établir d’échelle de valeur ni même leur reconnaître cette légitimité qu’elles n’ont pas. Ce qui doit nous interpeller, c’est qu’alors que la formation des séminaristes est beaucoup plus stricte que dans les séminaires diocésains, ils ont de nombreuses vocations. Ceci peut nous faire réfléchir, dans un débat où l’on chercherait à « faciliter » l’accès à la prêtrise pour essayer d’enrayer la baisse des vocations. C’est en tout cas sous cet angle qu’il faut le considérer, parce que c’est un signe qui a du sens. Qu’on soit d’accord ou pas, d’ailleurs.
    Au passage (mais il te le dira avec plus de force que moi), Marc n’est pas prêtre.

    Ah, et vous avez bien lu, les autres ? Anne me demande de poster moins de billets ! J’ai une excuse… si j’veux ! ;-)

  32. Coucou Aide mon, j’aime bien tes billets mais mon pb c’est que qd je suis dvt l’ordi je sais pas (encore ?…) être aussi ailleurs.
    Si t’as un truc ecris vite un billet là-dessus, promis je le lirai et le ferai passer à (tout ?)une partie de mon carnet d’adresses.

    Le débat sur le nombre d’ordinations me parait bien inutile.
    Il fut un tps où il y en avait bcp plus ds l’Eglise catholique mais qqs dizaines d’années après leur ordination ts n’étaient plus en exercice.qoique tjrs vivants.
    Des prêtres qui se sont mariés et qui donc n’exercent plus leur rôle de prêtre il y en eu un bon nb (j’en ai rencontrés personnellement)et ce n’est, hélàs, pas que de l’histoire ancienne.
    Il n’y a pas que la France ; le mariage est une vrai question ds l’Eglise d’Afrique.
    Bien sûr il faut des prêtres célibataires mais plutôt que d’avoir certains prêtres menant une double vie -mensonge bien inacceptable- il aurait peut-être été préférable qu’ils se marient avant leur ordination.
    La variété des rôles des différents prêtres pourraient permettre à certains d’assumer et leur sacerdoce et leur role de père de famille.
    Mais je ne suis pas sure que j’aurai pu tomber amoureuse d’un futur curé mais à chacun son appel… Heureusement l’unité peut se faire dans la diversité !

  33. @Marc
    1000 excuses pour t’avoir ordonné un peu vite mais qd même avec réserve.

    Cela prouve bien
    1-la vitalité des laîcs et notre vocation de baptisés
    2-Ou peut-être un appel vers le sacerdoce pour certains hommes (célibataires ou veufs)ou diaconnat permanent pour les autres
    L’Esprit St passe par chacun de nous !

  34. Le débat sur le nombre d’ordinations n’est pas spécialement utile, on est d’accord. Le fait est, cela dit, que c’est bien le fond de sondages tel que celui que je mentionne : on cherche à y dire que telle ou telle cause est responsable d’une baisse des vocations sacerdotales. Et comme je le dis dans le billet, ça reste à prouver ; il ne suffit pas de sonder pour ça… Aborder la question du mariage sereinement, en tant que telle et pour éviter les situations de « double-vie », pourquoi pas (je n’y suis pas favorable personnellement, pour être honnête, mais passons) ; mais l’aborder en prétendant répondre par là à un problème par ailleurs réel (on va bientôt manquer de prêtres en France, c’est clair), ce n’est pas intellectuellement satisfaisant. Et je ne parle même pas sur le plan spirituel !

  35. Idée pour un prochain billet: XX% des êtres humains du monde (notamment dans les pays en voie de développement) penchent pour que la polygamie soit autorisée partout de manière constitutionnelle, notamment en occident où elle fait terriblement défaut et où elle donne même lieu à discrimination.
    Pour cela, il suffirait que tout mariage, même monogame au départ soit obligatoirement ouvert à l’extension.
    Cela résoudrait le problème du célibat non désiré et aussi de la dénatalité.
    Mais personne ne serait obligé, bien sûr… (tenté, peut-être?)

  36. Le problème, c’est que la vocation des prêtres est une histoire d’amour, et que la plus élémentaire pudeur leur interdit d’étaler leurs sentiments pour se justifier de leur choix, …qu’ils ne devraient pas avoir à justifier, d’ailleurs, pas plus que Gaston n’a à se justifier de sa préférence pour Lucette (vous imaginez la scène, à la mairie?).
    Du coup, pour ne pas parler de l’intime, on parle des à-côtés, qui bien sûr ne justifient pas tellement le célibat. (…au détail près, quand même, que si l’Abbé Pierre avait eu 1 femme et 5 mouflets dont 3 avec une gastro la fameuse nuit de 56, il n’aurait pas été dehors à 5h du mat’ pour récupérer une femme gelée sur le trottoir et passer son mémorable « coup de gueule » à la radio le lendemain!)

  37. @Anne : oui mais tu n’est pas la première… ce qui parfois me fait penser que je suis une véritable petite grenouille de bénitier :)

  38. @Edmond : je vais même aller plus loin que toi. Je pense que même si demain, il y a 100 prêtres en plus dans chaque diocèse de france, cela ne va pas changer grand chose.

  39. @do Difficile de parler d’une histoire d’amour OUI & NON
    Non car il y a plein d’émissions/livres/articles etc soi-disant sur ce sujet
    l’amour
    Oui
    l’Amour cela se vit et là pas forcément besoin de le raconter en principe ceux qui cotoient des Amoureux le sentent et en sont aussi tout joyeux.
    Non
    certains jours on va présenter l’élu(e) de son coeur à tous ceux qui sont importants pour nous et en général ils comprennent vite sans faire de grans disours.(donc Oui et Non)
    Finalement que nous manque-t-il donc à nous chrétiens Cela me fait penser à un chant que j’aime bien « Sans amour, sans amour,
    je ne suis qu’une cymbale,
    un tambour, un tambour
    qui éclate et puis se tait.  » cf St Paul
    à +

  40. Le Sacerdoce, c’est l’amour du cœur de Jésus, avait coutume de dire le Saint Curé d’Ars. (cité par Benoit XVI dans sa « lettre aux prêtres » de ce 19 juin.)

  41. Merci Edmond d’avoir rétabli ainsi ma pensée, je savais que je pouvais compter sur toi…
    @Anne : Ce que tu as cité sur la FSSPX est vrai mais il ne demeure pas moins embêtant qu’ils ont des vocations et nous nous en manquons ! Et je le dit sans rougir, vivement qu’ils reviennent dans l’Eglise, les ouvriers ne seront jamais trop nombreux à la vigne du Seigneur et chacun dans sa grâce propre.
    Nous sommes beaucoup à connaître des prêtres qui se sont barrés avec la bonne ou qui mène une double vie. D’autres se sont retirés sans bruit et nous devons veiller à n’en juger aucun car à mon avis à leur place nous ne ferions pas les malins !!! La vie d’un prêtre n’est pas toujours belle à voir, il est parfois (souvent) seul le dimanche midi, ou le jour de Noël car il vit seul et n’a plus de famille ou celle-ci est trop loin pour la rejoindre, est-ce qu’on leur ouvre la porte de fêtes familiales ? Pourquoi sont il partit ? Une vocation mal discerné, une vocation mal accompagné, un manque total de liberté, …
    De multiples raisons font que des hommes ont arrêtés le sacerdoce. L’Eglise (c’est à dire nous) doit se pencher sur cette question de l’accompagnement du discernement à la vocation. C’est l’objectif premier de ces années de propédeutique (année 0 du séminaire) dont le Cardinal Lustiger avait lancé la mode à Paris…
    Ce qui est important je pense c’est effectivement de commencer par réfléchir sur la mission du prêtre, la place du sacerdoce dans l’Eglise mais aussi dans la société. Nous devons aussi réfléchir à notre attitude vis à vis de notre clergé (attention porté à eux, tenue portée devant eux (ils restent des hommes sexués !), …)
    Que le Seigneur inspire ceux qui vont travailler ces thèmes au cours de cette année sacerdotale. Bon dimanche (en espérant ne pas avoir dit trop de bêtises…)

  42. et puis aussi, la société a changé très vite, et il faut du temps pour s’adapter, pour eux comme pour tous:
    – familles fragilisées, célibataires et divorcées: occasions de rencontres…
    – contraception: pour tous, risque moins grand, on passe plus vite à l’acte…
    – anonymat des grandes villes
    – moins de familles chrétiennes, mobilité : moins d’amis sur le long terme, avec qui entretenir de profondes relations.
    – paroisses trop grandes: moins de proximité avec chacun.
    – couples où les 2 travaillent: moins de disponibilité.
    etc…
    mais c’est dur aussi pour les laïcs, sauf que quand on est marié, ou divorcé, on n’a pas un état de vie à quitter pour tenter notre chance ailleurs: beaucoup se suicident, ce n’est pas plus réussi!
    Mais la mutation est en cours: communautés nouvelles, où des familles et des consacré(e)s entourent durablement les prêtres, regroupements de prêtres sur un même lieu d’habitation, regroupements de paroisses, temps forts, adoration, retraites, années de désert pour se ressourcer, et continuons à chercher toute cette année…

  43. « attribuer au célibat la responsabilité de certains scandales qui concernent des prêtres, serait comme attribuer à la fidélité conjugale la responsabilité de l’adultère » a dit Mgr Piacenza, interrogé sur le célibat des prêtres à Rome.
    ça calme!

  44. Juste un peu de pinaillage sur la formation et la fonction d’un pasteur de l’Eglise réformée (pour répondre à Anne et Ancilla Domini) :
    – il existe maintenant des accords entre les facultés de théologie de Strasbourg, Montpellier et Paris. Tout master de théologie obtenu dans ces facultés donne à son(sa) détenteur(trice) la possibilité de se présenter à la commission des ministères.
    – c’est la commission des ministères, un organisme interne à l’Eglise réformée, qui décide si un postulant sera apte ou non à être pasteur. Le postulant passe une période de probation de 2 ans dans une paroisse avant d’obtenir sa reconnaissance de ministère (si on met en parallèle à la formation d’un prêtre, l’équivalent de l’ordination, sans le caractère sacramentel)
    – une paroisse ne reste pas forcément sans pasteur pendant un an. Il peut y avoir deux mandats de pasteur successifs, un mandat qui s’allonge suite aux 7 ans « classiques », ou encore une paroisse restant 5 ans (oui, 5 ans, cas de la paroisse de mes parents) sans pasteur…
    – oui, aussi saugrenu que ça puisse paraître, les sacrements peuvent être célébrés sans pasteur. Non, le culte en lui-même n’est pas un sacrement (pas davantage que la messe : c’est l’Eucharistie qui constitue le sacrement). Les deux sacrements protestants sont la Sainte Cène et le baptême, et peuvent être célébrés par des laïcs.

    Donc oui, les fonctions, le rôle, le ministère du pasteur et du prêtre ont un certain nombre de différences. Comme je le disais chez le Chafouin, cela répond à deux organisations différentes…

    Pour revenir au sujet, je ne pense pas que la possibilité ou non de mariage des prêtres change quoi que ce soit à la force des vocations. C’est une question qui revient régulièrement, aussi sûrement que n’importe quel marronnier : le niveau du bac, les questions du bac philo, les vacances, les incendies en Provence l’été, les dangers de la montagne après chaque avalanche ou accident meurtrier… Laissons passer les marronniers et assurons les prêtres de notre entourage de nos prières !

  45. Je pense que nous avons surtout besoin de personnes qui nous redonnent ESPOIR, peu importe si ce sont des hommes ou des femmes, peu importe s’ils sont mariés ou non, peu importe leur couleur de peau, et peu importe comment ils sont habillés !

  46. D’accord avec Anne (commentaire N°11°). Récemment, à l’émission du « Jour du Seigneur » (Dimanche sur FR2), un évêque maronite (Église Catholique Romaine Libanaise qui admet les prêtres mariés) affirmait qu’il n’avait pas de problèmes de vocations sacerdotales et qu’il ne manquait pas de prêtres… Comme le dit Anne, « laisser libre sans obliger au célibat »: on verrait bien, alors, si le mariage n’avait aucun succès…
    Ceci dit, je me régale de ce blog!

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s