Virez-moi toute cette spiritualité !

Humeur(s)

Ce titre n’est pas une plaisanterie : j’aimerais vraiment qu’on foute le feu à la spiritualité et qu’on la regarde tous cramer comme un vulgaire Reichstag. Qu’elle dégage et qu’on n’en parle plus. Ou en tout cas, plus à tout bout de champ. Ce mot est devenu vraiment trop fourre-tout pour qu’on puisse encore lui donner du crédit. La spiritualité, c’est quoi ? Pfuit ! un peu de ceci, un peu de cela… Elle est passée par-ici, elle repassera par-là. Ou pas.

La spiritualité est vulgaire. C’est même pour ça qu’elle me gonfle.

Le truc jaune en bas à droite : c'est laid ! mais c'est laid !

Que c'est laid, ce truc jaune en bas à droite !

Scène de la vie métropolitaine (pas plus tard qu’hier, tiens) : ma voisine dans le métro feuillette une brochure. Là, les pharisiens Parisiens comprendront ce que je veux dire et les autres probablement un peu moins, mais il y a un sport très couru dans le métro, c’est de contorsionner ses yeux pour réussir à voir un peu de ce que notre voisin peut bien être en train de lire. Un peu inconsciemment au départ, puis de façon totalement assumée dès que mon agacement a commencé à monter, je m’y suis donc adonné hier matin. La dite brochure vantait les qualités d’un prieuré inconnu au bataillon. Et les mots jaillissaient de la page : « méditation », « développer sa foi », « connaissance de soi », « conscience », « intériorité »… et, bien entendu : « spiritualité ». Toute la panoplie d’une « retraite » de relaxation, en somme : faire le point avec la nature et la signature au bas du chèque.

Et immédiatement, m’est revenue cette petite phrase qui me fout un coup de sang à chaque fois qu’elle revient (c’est d’ailleurs pour ça que je n’aime pas trop la laisser revenir), une petite phrase entendue il y a quelques années dans un vague reportage sur des catholiques. Un jeune bellâtre expliquait à un micro pendu au bout d’un bras qu’il n’avait pas apporté de Bible, mais qu’à la place il avait pris un petit bouquin de citations à caractère crypto-religio-méditatif, en affirmant que c’était bien mieux puisqu’à l’intérieur il y avait « tout ce qu’il faut pour améliorer son potentiel spirituel ».

« Améliorer son potentiel spirituel »… Tiens, rien que d’en reparler, ça me re-fout les poils de colère !

Vraiment, sans façon...

Vraiment, sans façon...

Moi, avec ma désormais légendaire bêtise de catho-de-base, je repense à cette parole des apôtres au Christ : « Seigneur, augmente en nous la foi ». Et je me dis qu’on n’a pas fait mieux depuis. Surtout pas quand on vomit des trucs du genre « améliorer son potentiel spirituel » ! On pourrait presque opposer les deux expression terme à terme ; mais je ne vais quand même pas t’imposer ça… Oh, et puis merde : si, je vais le faire !

« Augmenter », c’est faire grandir gratuitement, élargir, étendre, approfondir. C’est un verbe qui appelle le don : « augmente en nous ». De l’autre côté, « améliorer » établit par pure stupidité une idée de hiérarchie : il faut progresser sur une échelle, il y a un point de départ et un point d’arrivée. On veut juste un mieux, pas un bien. Et tu connais le proverbe.

« En nous » associé à l’apostrophe introduit l’idée d’une médiation (qui est renforcée par le vocatif : « Seigneur »), au contraire du simple possessif « son » qui lui suggère justement un travail à accomplir seul, par soi et pour soi.

« La foi », c’est la simplicité même, la réponse belle et humble de l’homme qui cherche Dieu, qui le reconnaît déjà comme son créateur et qui l’accueille tel le Tout Autre qu’il est. Est-ce que j’ai seulement besoin d’insister sur toute la grossièreté de l’expression « potentiel spirituel » ? Juste dire que la recherche de « puissance » y est intégralement tournée vers l’intérieur, seule voie « spirituelle » apparemment considérée comme valable.

Sauras-tu trouver lequel ?

Sauras-tu trouver où il est ?

Mais au fond – tu te demanderas sans doute à juste titre – pourquoi je m’énerve autant contre ça ? Eh bien, parce que ça me gonfle ! C’est clair ? Dans toute cette « spiritualité » crypto-chrétienne, il manque juste un mot. Un seul. Je te laisse deviner lequel ?

… Il manque juste le Christ !

Le pire, c’est que tous, autant que nous sommes, ce danger-là nous guette : développer notre petite religion à nous, avec nos ingrédients et ce qui nous plait dedans, en oubliant le cœur du message (le christianisme ayant cette intéressante particularité que le medium et le message se rejoignent dans la figure de Jésus). Chez les plus tradis, ce sera une référence prioritaire à « la Vérité », à « la Tradition », etc. Chez les plus progressistes, un langage tourné autour du « partage », des « valeurs », de la « solidarité », etc. Chez les chachas, peut-être davantage une insistance sur les « charismes », sur l’« expérience », sur la « gloire », etc. Tous, dans nos sensibilités respectives, nous rencontrons à un moment donné ce risque de nous déconnecter de la source.

Alors, petit rappel qui pourrait s’avérer utile dans ces cas-là : tirer le gilet de sauvetage fourni dans le kit labellisé Saint-Paul : Ph 1, 15 21. C’est radical :

« Pour moi, vivre, c’est le Christ. »

Mais tu peux toujours essayer de trouver mieux si ça t’amuse.

Publicités

44 réflexions sur “Virez-moi toute cette spiritualité !

  1. pas mieux… merci Ed pour ce billet ; c’est aussi un excellent programme pour les vacances.

  2. Tu as peut-être pris des coups de soleil sur la plage, mais je vois que tu gardes toute ta tête. Merci, c’est « rafraîchissant ». Si l’on peut dire. ;)

  3. Nous sommes toujours partagés entre deux tendances:
    – répondre aux attentes de notre temps, en utilisant les mots et attitudes d’aujourd’hui pour prêcher, ce qui donne parfois effectivement un « marketing spirituel » assez spécial
    – rester vrai, être catholique, témoigner par la manière dont on vit.

    Comment être des St Paul et prêcher, montrer que ce qui nous abreuve est le Christ, en le faisant avec des méthodes contemporaines. Car oui, les personnes qui disent  » je suis partie de chez les chrétiens pour aller vers des philosophie orientales blablabla parce que je recherche la paix, la joie immense en moi, je veux être moi etc… », on ne peut que répondre: ça nous le vivons et c’est la foi, la spiritualité catho! Comment dépoussiérer tout ceci, le rendre plus « tendance », « spirituel » tout en gardant le coeur du message? Parfois c’est un grand écart sur une corde de funambule…

  4. Ed, Entièrement d’accord seul LE CHRIST peut nous combler.

    Maintenant quelques réflexions :
    – Tu te sens viser quand le Dalaï Lama titre : « Conseils spirituels aux boudhistes et aux chrétiens » ? Moi pas du tout, je suis pas chrétien je suis CATHOLIQUE !!!

    – Sur la définition du verbe « Augmenter » : j’ai suggéré à mon boss de ‘faire grandir gratuitement’ mon salaire je ne comprends pas mais il a fait une drôle de tête !!! que dois je conclure ?

    – sur les tradis, progro et autres chachas… ne fait-t-on pas fausse route en saucissonnant ainsi la Sainte Eglise de Dieu ? Nous sommes tous appelés à être chrismatiques c’est à dire à exercer les charismes (dixit le kit de survie labellisé Saint Paul) après nous avons chacun notre façon de les exercer et chacun notre façon d’avoir notre rapport au Christ ! Mais bon cette sectorisation (ou classement) est bien sympa à utiliser quand on se retrouve n’est ce pas Ed ?
    Tout cela pour dire que je pense que nous devons nous recentrer sur la Vérité qu’est le Christ et de qui tout découle en nous enracinant dans la Tradition et en exerçant les charismes !!! (j’ai oublié quelqu’un ?)

  5. C’est pas forcément très agréable mais je crois que ça fait du bien de s’entendre dire ça… ça remet les choses à leur place.

  6. Lisons saint Paul jusqu’au bout Ph 1, 21 (et pas 1, 15) : Pour moi, certes, vivre, c’est le Christ, et mourir représente un gain…
    Et tant qu’on y est, prenons aussi la suite, qui éclaire le v. 21, donc, les v. 22-26 : 22 Cependant, si la vie dans cette chair doit me permettre encore un fructueux travail, j’hésite à faire un choix… 23 Je me sens pris dans cette alternative : d’une part, j’ai le désir de m’en aller et d’être avec le Christ, ce qui serait, et de beaucoup, bien préférable ; 24 mais de l’autre, demeurer dans la chair est plus urgent pour votre bien. 25 Au fait, ceci me persuade : je sais que je vais rester et demeurer près de vous tous pour votre avancement et la joie de votre foi, 26 afin que mon retour et ma présence parmi vous soient pour vous un nouveau sujet de fierté dans le Christ Jésus

  7. @ Guillaume : Tiens, oui… j’ai merdoyé dans la référence ! Bon, du coup, je corrige pour ceux qui passeront après.

    @ Tellou : Ce n’est pas l’emploi de certains mots en soi qui me dérange, c’est leur totale déconnexion du cœur de notre foi. Comme s’il était possible de ne garder qu’un visage « ouvert » de la religion en excluant tout ce serait susceptible d’aller à l’essentiel, donc de déranger.

    @ Frantz : Et tu auras compris malgré tout que je me fiche un peu des catégories. Elles ne sont là que pour aider chacun à se sentir un peu plus concerné, parce que je pense vraiment que tout le monde peut l’être, à un moment ou à un autre…

  8. tu as des colères de vieille rombière, Ed, tu t’affoles, tu t’énerves, tu montes sur tes grands chevaux, et voilà que tu te mets à raconter n’importe quoi. Bon, comme tu pousses le bouchon un peu loin Maurice (parce qu’on ne me la fait pas à moi, Edmond, c’est un pseudo, Maurice… Ah AH), je m’en vais le pousser aussi, histoire qu’on rigole un peu.

    Dis donc, pourfendeur de gens, ce serait pas un peu prétentieux de vouloir réduire tout l’enjeu de la vie spirituelle, de la vie de foi à une citation biblique, non? ça ferait pas un peu témoin de Jehovah, tout ça? Et va z y que je te cite un bout de phrase pour te dire que j’ai raison. c’est bien beau, mais la vie spirituelle déborde la simple affirmation de la foi qui grandit.

    parce que dans spiritualité, il y a « esprit », auquel tu peux rajouter gentiment une majuscule, et ça devient sérieux. Tellement sérieux que c’est le nom du cours au séminaire (mais là, ce n’est pas une référence, je te l’accorde). Bref, ne rejetons pas trop vite cette idée de vie dans l’Esprit, ou tu vas pas te faire plein de copains au faux reum des jeunes.

    Maintenant qu’on a repris le mot spiritualité, attaquons le potentiel, le possible quoi, ce que nous croyons possibles et en devenir dans l’homme. Comme si on disait que par exemple, l’homme est considéré comme capax dei. Que nous évoluions dans cette perspective de devenir de plus en plus capable de Dieu, ben ça me va, et pas qu’un peu.

    et si jamais il te venait à l’idée de flinguer le mot améliorer tout ça parce que melior est l’ennemi du bonus, je te dirai que tu pousses.

    en fait, ce qui me chagrine le cuir chevelu, c’est la démarche. Savoir reconnaître chez ses contemporains les signes de l’Esprit déjà à l’oeuvre, qu’il s’agit de révéler pour permettre la rencontre du Christ, voilà qui me semble conciliaire (oui je sais, c’est un gros mot pour certains), flinguer des mots qui ne semblent pas rentrer dans le kt, c’est plus problématique, non? La spiritualité est plus grande qu’une argutie à partir d’une citation!

    dans toutes les religions, des germes de vérité… laissons nous un peu enseigner.

    je t’avais prévenu, à flinguer les Reichstag, on fait dégainer les grosses Bertha

  9. ps: c’est pas parce qu’un pape sympathique à double prénom et nombre pair a tout christocentré la théologie qu’on ne doit plus penser que comme ça… C’est important, mais c’est pas tout!

  10. Waouhhhh, j’ai bien fait de céder à tes objurgations fessboukiennes pour venir lire ici ce dont il retournait de toute cette spiritualité toussa-toussa …
    Parce que je tombe juste après Mon Père, là, qui te retourne une mandale, gentille, mais quand même … et je suis bien d’accord avec lui … ! C’est tes coups de soleil qui te démangent pour que tu deviennes acariâtre de la sorte, Maurice ? (puisque Maurice il y a, Edmond, je vais tout de même pas remettre la parole d’un prêtre en cause, non ?)

  11. Ben moi je serais plutôt d’accord avec Mau…Edmond. Dans ce mot spiritualité, on peut oublier que la religion est d’abord une relation avec Dieu (mais aussi avec les autres), et que le but ultime n’est pas le développement de notre bien-être et de notre karma cosmique mais l’avènement du royaume des cieux.

    On peut tout à fait inverser les rôles et se mettre, nous, aux centres de nos vies à la place du Christ. C’est une tentation très actuelle pour les chrétiens vu notre société qui met en avant la réussite personnelle.

    Et peut-être qu’Ed… Maurice voulait surtout parler des chrétiens qui pourraient dévier vers ce travers là et non de ceux qui ont une foi différente ou qui sont en recherche…

    Car heureusement, il y a des germes de Vérité dans les autres religions et l’Esprit est à l’oeuvre en toute personne.

  12. @L’abbé David !
    Je dois avouer que je suis d’un premier abord d’accord avec notre ami Ed ou Maurice ou aurtre on ne sait plus !
    Mais ayant un grand et profond respect (si si c’est vrai) pour l’autorité écclésiastique (surtout quand elle est jeune et bien formé, où as tu suivi ton séminaire ?) je ne saurai remettre en doute ce que tu as dit.
    Cependant en m’inspirant de notre Saint Père le Pape qui juste avant son election mettait en garde le clergé et les fidèles contre le relativisme qui nous assaille : je te dirai qu’Edmond a voulu nous faire prendre conscience de quelque chose dans notre société, quelque chose qui dérive et est mal employée.
    Nos con-temporains mettent trop souvent de la spiritualité là où il n’y a rien à mettre et ne mettent que du matérialisme là où nous pronons la vie dans l’Esprit !
    Cette Vie dans l’Esprit qui est celle vers laquelle tous les catholiques devraient tendre je suis qu’Edmond la désir et y travaille (encore un peu de mal mais ça va venir) !!!

    En tous les cas la mandale était belle (même s’il m’a fallu 3 lectures pour tout comprendre et encore…)
    Vas-y Ed je suis avec toi !

  13. Moi je suis d’accord avec Koz ! et aussi je trouve que lorsque la SPIRITUALITE est tournée vers soi, ça évite de vouloir convertir tout le monde…

  14. D’accord avec toi, mais attention de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain !

    Même s’il faut être très vigilant face au relativisme et à rester dans le (seul!) Chemin, il faut néanmoins reconnaître les « rayons de Vérité qui illuminent tous les hommes » [NA 2] !

  15. On a parfois de envie de pousser une bonne gueulante et ça ne coûte rien… La foi pure débarrassée de son vernis n’existera jamais. Personne ne peut nous obliger à adhérer à tel ou tel « spiritualité » ou dévotion. Mais si ça aide certains pourquoi pas…

  16. ouaaahhhh !

    et après ça râle par manque de Com’ mais j’voudrais pas dire mais ça balance sec ici ;-) (Koz tu comptes les points? )
    Un vrai champ de bataille dites moi les gars ;-)

    Moi je dis qu’ED à raison de remettre des points sur des I, que « augmenter son potentiel spirirtuel » ne veut en soi rien dire mais bon pas plus que d’autre énormité pondu (jdis pas ça pour ton billet hein ED va pas sortir la bombe H) comme ça l’air de rien et finalement arrive à passer outre et même cité fièrement ensuite. Je fais référence à rien de particulier mais pour exemple ce qui est sûr c’est que moi ça me hérisse tout autant le poil quand on entend des gens adhérer à des propos du genre « les chambre à gaz et les camps de concentration n’ont pas existé » et j’en connais qui soutiennent dur comme fer et ça ça bin moi aussi ça me met en colère!!!

    Chacun ses détonnateurs tu me diras ;-)

    Alors STOOOPPPP !!!!! on arrête de se foutre sur la tronche pour si peu (note que je parles de commentaires pas de l’essence du billet qui est loin d’être « si peu » ) , on se serre la main et on en parle plus.
    sinon j’fais comme Koz et Frantz je prends pas parti et j’compte les points (on sera pas trop de 2 ou 3 même )

    Ceci dit hein c’était pour dire que je suis pas en vacances et que c’est pas pour autant que je suis davantage sur le net mais bon si vraiment tu veux que je commente toi aussi partout j’peux essayer :-$
    J’relis mon billet et j’me dis que mon com n’a pratiquement rien à voir avec le billet mais on ne dira pas que je déserte (quoi que :-$ hihhihi )

    Hasta la Vista!!!!!!! ;-)

  17. Je veux bien me faire crucifier avec Edmond, si ça peut vous faire plaisir, mais je suis parfaitement d’accord avec lui.
    De la « spiritualité », on en met partout, à toutes les sauces… mais surtout pas à celle du Christ. Et je rejoins d’autant plus son analyse que c’est exactement ce que j’ai perçu en discutant avec des modernistes (… en m’empoignant avec Golias et ses amis, en fait).

    Le matérialisme à la mode fait que la recherche du Christ dérive vers une recherche de « l’épanouissement personnel », du « développement intérieur »… qui laisse tomber au passage toutes ces vilaines scories obscurantistes et pas auto-épanouissantes que sont l’humilité et la doctrine de l’Eglise.
    Peu importe ce que dit le Nouveau Testament : l’important, c’est de se sentir bien (« se sentir être »… une pub, quoi), de se construire un Dieu à sa mesure, et d’enrichir sa vie en glanant quelles paroles de sagesse au gré des Evangiles.
    STOP !!!

    Réveil ! L’Evangile, ce n’est pas : « je m’autoréalise pour le bien-être de ma pomme ».
    « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés », Celui qui l’a dit, Il s’est laissé crucifier pour sauver ceux qu’Il aime.
    « Aimer, c’est tout donner. » « L’amour supporte tout, l’amour endure tout, l’amour prend patience, etc. »
    C’est mille fois plus exigeant que « je suis en phase avec ma pomme intérieure » !

    Arrêtons de brader et de laisser brader la Foi, l’Espérance et la Charité !
    Le Commandement du Christ, s’il a dépassé toute la Loi juive, c’est parce qu’il est infiniment plus exigeant et plus grand. Ce n’est pas pour qu’on le remplace par cette guimauve nombriliste : « avec le Christ, je développe mon bien-être intérieur ».

    Il ne s’agit pas non plus de se martifouetter en robe de bure : oui, le Christ nous aime d’un amour infini, et c’est le plus formidable là-dedans. Mais Il ne fait pas qu’aimer : Il nous appelle à Le suivre.
    Et justement : la vocation de l’homme n’est pas de s’auto-épanouir autour de son nombril, mais de se mettre au service Dieu, et par Lui, de nos frères. En tant que chrétiens, nous y sommes d’autant plus appelés (« appelés » ! c’est une nécessité !).

    Cette dimension-là, le don total de soi dans le service du Christ (et de nos frères par, pour, et avec le Christ), c’est le centre de la vie chrétienne.
    Et c’est justement ce centre-là, cet essentiel-là, qui est jeté aux poubelles de la bigoterie poussiéreuse quand on le confond avec un « développement du potentiel spirituel » bidon et égocentré. Très à la mode, certes : en plein dans l’esprit matérialiste ambiant.

    Histoire de bien terminer ce commentaire de facho-réac mal embouchée, je rappelle que devenir chrétien, c’est « mourir à soi-même pour naître au Christ ». Ca vole beaucoup plus haut que le « développement de son moi intérieur ».

    La chasse est ouverte : vous pouvez tirer.

  18. PS : selon l’expression « Tolérant : non ! Charitable : j’essaie » (les facedebouquiens comprendront), laisser les gens se fourvoyer dans des chemins qui les mènent généralement hors de l’Eglise (le développement de ma pomme se passe merveilleusement bien des Sacrements), ce n’est pas leur rendre service.
    Les amener à y réfléchir sérieusement (beaucoup plus charitablement que ce que je viens de faire, certes), c’est de la charité fraternelle. Parce que 2 Ti 4, 1-5. Et parce que Lc 6, 49-50 surtout.

    (Oui, je sais, je cite partout, c’est une manie. « L’Ecriture seule » comme disent mes ex-creligionnaires. Y a plein de bon sens dans la Réforme, quand on ne cherche pas à en faire un gloubi-boulga à la sauce moderne.)

  19. D’ailleurs, si je puis me permettre une dernière remarque, le développement intérieur (cher aux progressistes « ouverts au monde »), ça sent fortement la gnose. Tout de même.
    Et c’est justement ce que je reproche au modernisme : d’être de la gnose à peine déguisée. Qui se prend pour la seule Eglise, en plus (amis papistes, sachez que vous êtes des hérétiques : c’est Golias qui l’a dit). Que ceux qui n’y croient pas aillent voir par eux-mêmes.
    Là. Alors être charitable, tout à fait. Mais droit dans ses bottes et sûr de sa Foi, aussi. Parce que les arrangements spiritualistes, ça ne date pas d’hier, et ça ne fait pas toujours du bien, même quand c’est l’intention. (cf. Saint Paul)

  20. j’aurais pas dû contrattaquer chez Edmond, je passe pour le méchant progro (ouh le méchant). Soit dit en passant, j’invite simplement à mâtiner votre délicieuse théologie christocentrée d’un chouilla de tradition spirituelle… pas sûr que ça passe. Je vais finir comme le Reichstag, finalement.

  21. Bon d’accord, je suis de mauvaise foi (comme Maurice, peut-être, un peu, des fois … ;-) )… je sais que ED bosse beaucoup …
    Mais quand même …
    N’empêche …
    On fout pas le feu au Reischtag en se barrant à toutes pattes sans repasser l’éteindre, l’incendie, que diable !
    Biz

  22. Patience, Manue, le pleutre fait ce qu’il peut mais il arrive…

    Au risque de décevoir tous ceux qui (gentiment) ont pris inconditionnellement ma défense, je pense que David a raison. A m’emporter sans doute trop rapidement contre « la spiritualité », je néglige forcément le fait qu’il y a dans la plupart des personnes qui la pratiquent ou s’y intéressent une réelle recherche… spirituelle ! De ce fait, je cours le risque (certains diront que j’y ai plongé la tête la première), comme l’a dit Julien Kiwi, de « jeter le bébé avec l’eau du bain ». Et reconnaissons que c’est dommage pour le bébé, en fait.

    Pour en revenir à la raison d’être de ce billet, je m’emporte surtout contre certains excès de spirituo-religionisme-syncrétique, profondément dans l’air du temps et totalement centré sur soi-même. Comme me disait quelqu’un récemment, notre société a parfois tendance à faire tourner tout l’univers autour d’un astre unique… notre nombril !
    Après, il n’est pas question de vouloir forcer qui que ce soit à se convertir pour obtenir un « permis de spiritualité »… Comme disait l’autre (qui était en fait un certain nombre de personnes) : « La vérité ne s’impose que par la force de la vérité elle-même qui pénètre l’esprit avec autant de douceur que de puissance », n’est-ce pas ?!

    Reste un point sur lequel, quand même, à protester énergiquement contre mes réflexes de vieille rombière, David s’est à mon avis planté. La citation finale n’avait évidemment pas pour but de faire synthèse unique et ultime. En le croyant ou en faisant mine de le croire, le Delerm du net (pour ceux qui ne suivent pas, c’est David) se plante. Ou tombe dans l’excès qu’il dénonce chez moi : se focaliser sur un petit point pour tout rejeter en bloc ! Cette phrase, je l’aime bien, c’est un clin d’œil. Si ça ne se sent pas, c’est en partie de ma faute. Mais je vous promet : il y a tout plein d’autres versets vachement bien et hyper centraux dans l’Évangile ! ;-)

    Cela dit, tout ça, c’était quand même surtout pour dire que même nous catholiques nous avons parfois tendance à nous arrêter à des points secondaires en regard du cœur de notre foi. Le coup de sang que j’ai pu avoir face à la brochure aperçue dans le métro, voilà ce à quoi il m’a renvoyé. Ai-je le droit de penser que, finalement, ce n’est pas si mal ?

    Voilà voilà…
    A part ça, c’était sympa de me voler un peu dans les plumes. Surtout avec intelligence.

  23. Vous ne passez pas du tout pour le progro de base, Mon Père… D’ailleurs, il suffit de voir votre blog pour en être convaincu.

    Je m’emporte contre le spiritualisme à tout crin parce que je viens de me frotter à ses défenseurs acharnés et d’y perdre des plumes. Les injures, quand ça vient d’un athée, ça passe au-dessus de la tête. Quand c’est un professeur de théologie qui se défoule, ça passe plus bas.
    Les calomnies, la diffamation organisée et le chantage, même en faisant un plongeon chez Matthieu 5, y a rien à faire : je ne suis pas une sainte, et ça ne passe pas. Surtout venant de « catholiques ».
    Encore (toujours) des progrès à faire en humilité…

    Je ne renie pas du tout la spiritualité (si vous saviez…). Seulement, la spiritualité toute seule, ça ne mène nulle part. Parce qu’à moins d’être un champion de l’humilité, ça dégénère rapidement en nombrilisme. Et un nombrilisme d’autant plus violent quand on s’est habitué à une Foi « personnelle » et revendicatrice, qui n’admet plus aucune confrontation avec la réalité pas toujours arrangeante et confortable de l’Evangile.

    Bien sûr, vous avez raison : tout ne tourne pas uniquement autour du Christ. Mais quand des chrétiens font n’importe quoi en le mettant sur le dos de l’Esprit Saint et relèguent le Père dans les orages du mont Sinaï, même avec charité, vous pouvez toujours ramer pour arriver à leur faire voir plus grand… Surtout quand ils vous ont collé un panneau « panzerpapiste mafionazi décérébré » sur le front.
    Alors le « développement du moi intérieur », hein…

  24. Houlà….

    Entièrement d’accord pour jouer le rôle du méchant avec David/

    Autrement, il est sans doute plus que nécessaire de regarder ce que l’Église a proposé et propose aujourd’hui comme accompagnement spirituel (à prendre au sens large, je sais qu’on est tatillon sur les mots par ici).

    L’action catholique, qui fut, principalement en france, durant au moins 40 ans après la guerre, le seul et unique programme pastoral de l’Eglise a totalement réduit à néant toute démarche spirituelle. Toute une génération, dans l’enthousiasme de l’après-concile ne pense (encore aujourd’hui j’ai de très beaux spécimens chez moi, à disposition) l’Eglise qu’en terme de pouvoir, d’enfouissement et de joyeuse famille.

    La découverte, ou plutôt la re-découverte de l’importance de la spiritualité est une chose toute récente, il n’y a qu’à se pencher sur les différentes textes, initiatives et réflexions autour d’Ecclésia et des déclinaisons diocésaines, c’est saisissants de bêtise.

    Des Evêques qui t’expliquent qu’ils redécouvrent l’importance que peut avoir la spiritualité dans la vie des communautés chrétiennes (ou catholique pour ne froisser personne), on a quand même envie de leur demander ce quy’ils ont bien pût foutre les 30 dernières années.

  25. Je dois dire que, tout en étant d’accord avec David (ça m’a longtemps étonnée de voir le peu de lignes sur le Père et l’Esprit dans le symbole des Apôtres, ou d’aller à des rencontres d’aumônerie sans aucun temps de prière), je comprends ce coup de gueule : j’ai eu l’occasion très récemment de me rendre dans l’oratoire d’un hôpital (oratoire tenu par les aumôneries catholique et protestante… mais avec un Tabernacle…) et le présentoir contenant brochures et magazines divers m’a… étonnée, sinon plus. Sans citer de titres, disons essentiellement des publications à vocation « spirituelle » comme tu dis… notamment une revue proposant des textes pour prier… où l’on trouve également systématiquement des textes d’inspiration non chrétienne. Alors bien sûr que les autres ont qqch à nous apporter, et qu’en plus dans ce cadre précis il faut pouvoir accueillir tout un chacun là où il en est… mais là, franchement, même pas un Missel pour avoir les lectures du jour ! (j’exagère : il y avait bien deux Magnificat (wouah !), mais… plus que datés…). Et je ne parle pas des affiches au mur… bref j’ai eu l’impression d’une sorte de gloubiboulga plus ou moins religieux, sans grand chose de vraiment solide sur lequel s’appuyer (rassurez vous il y avait quand même une Bible. Et certes la Présence réelle, mais sans rien pour l’introduire ou le signaler… qui sait encore ce que veut dire la petite lampe allumée ?), alors le potentiel spirituel de l’endroit… bof.

    Merci en tout cas pour tes billets, un petit coup de g. de temps en temps c’est salvateur (il y en a un Autre qui a piqué une crise contre les marchands du temple il me semble… ;) ) Et maintenant, on va essayer d’équilibrer Vérité, Tradition, valeurs, partage, charismes et louange (et tout ce que j’oublie…)! ;)

  26. Je comprend tout à fait ce coup de gueule. Allez demander à la première personne rencontrée dans la rue la définition de « spiritualité »… Elle risque d’être assez gênée pour répondre. C’est assez flou (je parle pour le commun des mortels, pas forcément pour ceux qui ont eu une formation sur le sujet ^^) pour que chacun puisse mettre sous ce nom un peu ce qu’il veut. De plus, c’est un terme très à la mode et le placer dans une conversation revient à s’autoproclamer Sage…
    Dis, Ed, dans quelle catégorie me placerais-tu ? Tradi ? Progressiste ? Chacha ? Par pure curiosité… (oui, les filles sont curieuses et j’assume totalement !)

  27. Même si ça peut paraître grossier (c’est vrai insulter comme ça les gentilles spiritualités Bisounours qui nous veulent que du bien – c’est vrai, c’est elles qui le disent- c’est pas gentil), mais je dois avouer que ça doit un peu défouler.

    Bon passons… mais il est vrai que ce genre de spiritualités est dangereuse pour la foi… donc Beware, Watch Out, tout ce que vous voulez… même si les gens sont en quête de réelle spiritualité, tout ce qu’ils trouveront c’est un assèchement spirituel au fond du compte, car ils se seront trouvés eux-mêmes… en quelque sorte, retour au point de départ (vous savez Adem/Eve, la pomme tout ça) : ils redeviendront la « mesure de toute choses »…

    La foi est une rencontre avec un Autre, pas la recherche de soi-même, ce qui signifie qu’on ne peut pas la trouver dans des bouquins. Lorsque les chrétiens pensent que le Christianisme est « une religion du livre » ils se plantent : c’est la religion d’une rencontre avec une personne, la 2e Personne de la Trinité (c’est pas Mr Bidochon si vous voyez ce que je veux dire…).

    Quand des chrétiens se laissent attirer par ce genre de « spiritualité » c’est là que ça devient grave : tout à coup on peut être chrétien, sans même savoir ce que représente le christianisme. Tiens, pas plus tard que y’a pas longtemps ma propre soeur, pas franchement adepte du rite extraordinaire pour vous donner une litote, traduit cette fameuse phrase de Chesterton « Just going to Church doesn’t make you a christian any more, than standing in a garage makes you a car » (Le simple fait d’aller à l’église ne fait pas plus de toi un chrétien que le fait de rester dans un garage ne fait de toi un voiture)n, en déclarant doctement que finalement « on peut être un bon chrétien sans aller à l’église »). Euh oui : donc on peut être un bon ami, sans aller voir ses amis et sans prendre de leurs nouvelles, c’est logique.
    Bin oui, ce qui importe c’est qu’intérieurement on ait le sentiment d’être un bon ami, parce qu’au final le plus important c’est ton bien-être intérieur…

    Voilà, un effet d’écho (forcément à retardement, c’est qu’il est lent à la détente le jb)… pour dire que toutes ces ‘manuels de spiritualité’ ne sont que des manuels d’égotisme, ou comment tout faire tourner autour de toi, même tes amis, ta famille ton chien et tes chats: c’est un acte de charité que de donner un gros coup de pied dans la fourmilière pour réveiller tout ces conscience avinée par cette boisson capiteuse qu’est leur propre ego.

  28. « la spiritualité toute seule, ça ne mène nulle part » (AncillaDomini) ça résume bien l’opposition apparente entre le développement personnel et la foi.
    Mais comme le rappelle David (capax dei) la spiritualité toute seule, c’est aussi une tentative de sortir de ce monde limité, et c’est déjà un appel de Dieu à Le chercher ailleurs que dans le Nutella. Donc c’est pas Que mal.

    Mais je trouve que ça pose surtout La question qui divise: Est-ce que Dieu est une personne?

    Si oui, cette Il est central (même si géométriquement, il est un peu trine sur les bords), et la spiritualité n’est qu’un niveau, pour la rencontrer, -car Dieu est quand même un peu « pur esprit » à des moments… même s’il est assez incarné à d’autres (et que même qu’on doit l’y suivre…). Alors du coup, la foi, c’est un truc relationnel, une histoire de confiance en cette personne, et c’est pas facile (surtout hier)! d’où des prières, ettou, ettou …parfois même comme des marchands de tapis d’ailleurs!

    Mais si dieu est un processus impersonnel, il impose sa Loi. Et on peut rien lui reprocher, à lui, la souffrance, le mal, ettou ettou, puisque c’est un processus aveugle! Mais là, y a rien à négocier, et c’est marche ou crève -et le pauvre petit bonze qui a vu sa jambe sauter sur une mine, c’est fini pour lui, il sera jamais au Top, il sort du monastère (véridique, d’après un vieux bulletin d’handicap international). Alors là, on a intérêt à améliorer dare dare notre potentiel spirituel, sinon on va rater notre dissolution astralo-éthérique dans notre matrice originelle Gaïa La Terre.

    en fait, c’est super grave, comme question! (mais on peut sourire quand même, hein, David!). c’est même pas des bêtises: y en a même qui ont inventé une autre sorte de « christ » pour récupérer des chrétiens (ça va avec « christique » par opposition à « chrétien »)? Il était normal au début, puis une entité supérieure l’a envahi, et il est devenu médium, et il faut que nous aussi on se fasse envahir par des entités supérieures avec des rituels initiatiques ettou ettou: Attention, Danger!
    (entités qui au passage court-circuitent notre intelligence bétasse de terriens pour nous dire mieux que nous ce qu’on doit faire). Il y a même des courants charismatiques qui ont déjà dérapé dans ces trucs là… (on peut déraper tout seul d’ailleurs en ouvrant sa Bible au pif et en croyant que c’est l’Esprit Saint à tous les coups: ça vaut pas mieux que d’aller voir un voyant ou de se faire envahir par un esprit-guide! et que celui qui n’a jamais péché me lance la premiere épitre de St Jacques!)

    En fait, ce qui est dangereux dans cette démarche, c’est qu’on perd sa Liberté pour éviter de réfléchir ou de prendre des risques.
    L’Eglise nous aide à réfléchir, et la foi à oser croire qu’on peut prendre des risques, et la prière à Jésus: à tout.
    Mais si on n’annonce pas notre Jésus, des tas de gens qui suivent des esprits-guides vont peut-être se retrouver tous dissolus dans un grand tout divinisé. ou pire. Et ça, moi aussi, en fait, ça m’énerverait un peu…

    bon, je suis pas sûre que Jésus s’en affole comme moi, en fait, mais je crois qu’il s’est quand même pas laissé crucifier pour rigoler non plus, et Benoit ne nous a pas encore sorti une encyclique « vacuum enfertum est », alors c’est bien qu’on puisse y réfléchir sur ce blog avant, pour ensuite annoncer Jésus… ou prier.

  29. arg, plein de coquilles: « cette »: c’était « cette personne » , ou « il », mais pas les deux à la fois! et du coup ça explique le « la » après. et le »? » je sais pas… désolée, il doit être trop tard.

  30. Cette spiritualité que vous décrivez si bien ne reflète pas l’Évangile. On ne peux pas prendre une partie de l’Évangile celle qui nous plait et laisser de côté celle qui nous encombre. Cela me fait penser aux chrétiens et aux catholiques de cafétéria qui composent leurs plateaux en fonction de leur goûts. Dans cette spiritualité qui n’est présenté que comme une ascension vers un mieux vivre n’est pas la Paix du cœur, elle n’est pas centrée sur le Christ mais sur cet épanouissement personnel. La rencontre avec le Christ est une rencontre avec l’autre, elle se vit.

  31. Hum… Tu sais, je ne pense pas que tous ceux qui se prennent tout à fait au sérieux en parlant de  » spiritualité  » tentent de te gonfler, comme tu le dis si bien. C’est vrai que tu as le droit d’en avoir par dessus la tête de ça, peut-être bien que c’est même des conneries. Mais, ne pas critiquer. Ne pas juger et ne pas imposer d’idée.

    Et, une chose, chacun a le droit de penser à ce qu’il veut. Je suis agnostique donc par conséquent je porte un regard assez clair ( a mon avis ) sur tout type de religion. Et la religion chrétienne, tu ne peux pas dénier qu’il se passe des choses internes dans le clergé, qui portent a gagner de l’argent en interpretant de plus en plus de manière l’oeuvre de dieu. Et qui devient de plus en plus fausse et de plus en plus malcomprise. Enfin, la spiritualité n’est pas une religion. Comprendre son corps, s’associer a lui ou s’en dissocier, comme a l’aide des drogues, ce n’est pas une religion. Du moins a mon avis…

    Je n’ai que 15 ans, donc comme je le dis, je ne porte pas de jugement sur cela. La seule chose que je voulais dire en fin de compte, c’est qu’il vaut mieux ne pas critiquer aussi cruement les choses en lesquelles on ne croit pas.

  32. Aaah, Esteban, si tu savais… Si tu savais à quel point mes emportements sont factices dans leur virulence, tellement plus destinés à garnir le billet d’un peu de rythme et de bons mots qu’à dénoncer avec violence ! Je vais même te faire un aveu : les choses qui me révulsent véritablement, je ne crie pas contre elles. Je les porte en silence dans ma prière. Et si parfois je gesticule pour prétendre envoyer au bûcher quelque chose d’autre, c’est qu’au fond je garde sans doute une légère tendresse pour elle…
    Ceci sans compter que ce n’est pas parce que je n’y crois pas que je « critique », comme tu dis. Ce qui m’importe (et m’emporte, peut-être), c’est que certaines personnes prennent certains symboles de ma foi pour proposer autre chose, qui n’a plus rien à voir avec elle.
    Et comme je l’ai dit déjà en commentaires – que je te soupçonne de ne pas avoir lus ;-) – l’objet de ce billet était encore plus de rappeler aux catholiques de ne pas trop oublier le cœur de leur foi en se perdant parfois dans des détails annexes ! Bref, l’accroche « spiritualité », si elle avait quelque fondement, était une porte vers un autre sujet… alors ne te focalise pas trop sur la première partie non plus !

    Quant à ce que je « ne peux pas dénier » dans la religion chrétienne… eh bien, ma foi, ce que je ne dénie surtout pas, c’est que ce que tu évoques est suffisamment flou pour ne rien dire du tout !

    A part cela, soit le bienvenu ici. :-)
    (Quoique… je me demande si tu n’étais pas déjà passé…)

  33. J’arrive longtemps après la bataille et je n’ai pas grand chose à apporter au débat, mais j’ai cru comprendre que tu criais à la désertion des commentaires.
    Il y en a déjà 36, mais c’est pas grave.

    A propos du Dalaï Lama, je n’aurai qu’une petite citation de lui rapportée par la bienheureuse Térésa de Calcutta « si les chrétiens vivaient vraiment leur foi, il n’y aurait plus un seul bouddhiste sur la planète. » Je trouve ça délicieux et assez bien envoyé. Donc bon, c’est peut-être un peu exagéré cette histoire de conseils pour nous alors qu’on ne partage pas la même vision des choses (en tous cas sur la réincarnation, parce que niveau paix dans le monde et tendre l’autre joue, ils sont assez doués aussi) mais, moi aussi, j’approuve David.

    Ensuite, à lire ta dernière réponse ci-dessus, on se croirait presque devant une version en ligne et revisitée de l’Encyclopédie de Diderot, si ce n’est que toi tu œuvres pour l’Église et non contre elle, et que tu dis ouvertement ne pas vouloir dénoncer avec violence.
    Quoi je raconte du charabia ? Mais si, Diderot, sa technique pour se faire éditer c’était de commencer sur un sujet et de finir sur un autre, ayant un but totalement différent de celui affiché au départ ; en l’occurrence, il disait décrire alors qu’il dénonçait avec violence. Toi tu dis dénoncer avec force points d’exclamations et marques d’indignation alors que tu veux traiter en douceur d’un sujet qui te tient à cœur…
    Wah, je fais des rimes.

  34. Bon, certes, le billet était un peu ‘enlevé’ … Mais on est en France, non ? C’est une forme culturelle chez vous ce genre de truc, non ?
    Cela dit, l’homme « capax dei », entièrement d’accord. Les semences de vérité ailleurs que dans le christianisme, d’accord aussi. Mais de fait, la vérité entière seulement avec Jésus-Christ « seul médiateur entre Dieu et les hommes » (1 Tm 2, 5)
    Du coup pour nous chrétien, difficile de ne pas être christo-centré, puisque toute notre vie tend à être (devrait tendre à être …) une vie offerte « par Lui, avec Lui, et en Lui » au Père, et dans l’unité du Saint Esprit.

  35. Oui, François, on est en France, ce qui implique souvent qu’on hurle d’abord et qu’on discute ensuite. (C’est d’ailleurs l’une des grandes différences avec la Belgique, où on commence par voter une condamnation, et où on ne réfléchit même pas après…) (Ça, c’est fait !)

    Mais j’en connais quand même d’autres qui balancent d’entrée des horreurs pour inciter à réfléchir. Quel prêtre, déjà, avait un jour annoncé la couleur à un couple de fiancés en leur disant : « Si vous vous mariez pour combler un manque affectif, achetez-vous plutôt un labrador » ? Ah, c’est bête… son nom m’échappe ! ;-)

  36. Salut Edmond,
    Les vacances te font visiblement du bien … les repas seraient-ils plus complets ?
    Cela dit, c’est tout petit ton commentaire … franchement … alors que la Belgique soutient la France depuis toujours, c-à-d depuis Clovis jusqu’à certains prêtres qui offrirent leurs premières années de sacerdoce pour le salut de la France !
    Donc, petite précision : les Belges ne se résument pas à l’assemblée d’imbéciles heureux ayant votés cette résolution grotesque ! Pas plus que l’ensemble des français ne pense que le pape est ‘autiste’ … (ça, c’est fait …)
    Quant à ce que tu évoques en 2e partie, franchement … aucune idée …

  37. Oh oui, c’est tout petit… mais comme tu sais que je n’en pense pas un mot, je n’hésite pas à l’écrire !
    Quant à ta généralisation sur ceux qui pensent que le pape est « autiste », fais attention : plus encore qu’avec les Français, tu risques de te fâcher avec les Bordelais…

  38. Je suis d’accord avec l’auteur, il me semble parfois hallucinant de voir des personnes faire du yoga dans des endroits inimaginables. Par exemple dans la basilique de Vézelay, je rentre dans le sous-terrain et je vois des personnes en train de faire leurs petits yogas. Je ressors choqué et me demande ce qu’ils font là dedans, surtout dans ces poses plus que ridicules.

    Mais il ne faut pas négliger la spiritualité pour autant, car ce que ces personnes font c’est peut-être unpeu plus tiré dans le sens du spiritisme pour acquérir un pseudo bien être intérieur en but de l’élevation de l’esprit et ne relève pas du tout de la spiritualité que représente le rapport/la relation au Christ/à Dieu!

    Les plus croyants d’entre nous dans les domaines bibliques diront qu’il y ait le potentiel d’existence de la réalité de ces choses car elles sont nomées dans la Bible, néanmoins l’alliance au Christ demande de rejeter ce genre de relations avec l’environnement car ne menant aucunement à l’acomplissement du Christ. C’est ce qu’il m’avait semblé comprendre de certains biblistes; réctifiez moi si je me trompe!

    En tout cas si l’on est Chrétien, on devrait peut-être réfléchir à deux fois avant de s’engager dans certaines de ces bêtises. Mais n’oublions pas: Il faut créer de l’emploi! :P

  39. Ne pas jeter bébé svp ! Ce n’est pas parce qu’un mot est utilisé jusqu’à l’obscénité qu’il est obscène lui-même. Qu’est-ce qu’on ferait des « Exercices spirituels » d’Ignace de Loyola sinon ?
    Il faut juste ne pas se laisser berner par les équivocités d’un terme. Depuis la gnose au moins le catholicisme à l’habitude de genre de hold-up sémantique – d’autant plus à notre époque régie par les mass-media.

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s