Le vrai héros des temps modernes

En passant

Ce n’est ni un avion ni un oiseau, il n’a pas de collants ou de cape, il ne sort pas masqué la nuit pour combattre le crime, il n’est pas spécialement fort, beau, intelligent, ce n’est même pas Barack Obama, bref : du dehors, il a tout d’un tocard ordinaire. Même qu’il a une tache de gras sur son pull et un trou à ses chaussettes, t’imagines ? Un mec que rien ne distingue des autres, un quidam d’une banalité affligeante (et parfois affligée), et pourtant il est le seul vrai héros des temps modernes : Espère-Man.

Ne cherche pas dans cette image : tu ne le trouveras pas.

Ne cherche pas dans cette image : tu ne le trouveras pas.

Là, je te sens forcément un peu circonspect. (Note : t’as vu comme je ne sous-estime pas mon lecteur ? je lui prête même des sentiments complexes.) Tu te dis : « Bon, d’accord, t’es sympa Edmond, mais ton Espère-Man, avec un nom pareil, il a forcément un p’tit truc d’extraordinaire pour faire la différence… » Eh bien non. Même pas. Il est incroyablement normal. Sa seule particularité, c’est le regard qu’il porte sur le monde qui l’entoure.

Espère-Man n’a pas de super-pouvoirs, il n’a qu’un super-vouloir !

Quand Espère-Man rentre dans une rame de métro, il ne voit pas une masse comprimée de sardines qu’il va falloir se coltiner pendant une demi-heure ; il voit des hommes et des femmes aimés de Dieu, et même si l’idée d’être à l’étroit ne l’enchante pas vraiment, la seule existence de ces personnes le réjouit. C’est Espère-Man.

Quand il se fait vertement insulter dans la rue sans raison, il ne réplique pas avec hargne, il ne maugrée même pas intérieurement ; Espère-Man réprime ces mouvements instinctifs et tâche à la place de prier silencieusement pour cette personne. Ça lui coûte, mais ensuite il se sent mieux.

Plus impressionnant encore, au bureau, devine qui est Espère-Man dans cette conversation :

– ‘Tain ! La fille de l’accueil a vraiment deux de tension…

– Et aimable comme une porte de prison, avec ça. Jamais vu quelqu’un d’aussi désagréable.

– En plus, elle est vraiment moche…

– Je l’ai vue l’autre jour lire un bouquin de Guillaume Musso : ça devrait être interdit d’être beauf à ce point !

– En plus, elle sait pas s’habiller…

– Et puis c’est pas la peine de compter sur elle après cinq heures ! Elle a les yeux sur l’horloge, et dès que sa journée est finie, pfuit ! elle file en quatrième vitesse.

– En plus, elle a un gros cul… [Où l’on voit que c’est une pure fiction : personne évidemment ne tient jamais de tels propos !]

– T’es pas d’accord avec nous, Olivier ?

– Ben… L’autre jour, j’avais plein de dossiers dans les bras et elle est venue m’ouvrir la porte.

– T’es chiant,franchement : tu casses toujours l’ambiance…

Alors ? Tu l’as reconnu ? Voilà, c’est tout.

Publicités

17 réflexions sur “Le vrai héros des temps modernes

  1. ce que j’aime bien dans les super héros, c’est que bien souvent, ils n’y sont pour rien s’ils sont doués. Enfin, faut qu’ils choisissent de se servir de leurs talents, mais le talent vient d’ailleurs. Espèreman, s’il joue sur l’espérance, joue sur une vertu théologale… un don de Dieu, avec la foi et la charité, qui se transforment en choix de vie. donc pas tant que ça sur la volonté, comme tu le suggère. Enfin, je fais peut être un peu de mauvaise foi, à cause des déboires des « malades de la volonté » pour lesquels j’ose une espérance en dehors de celle qu’ils ne peuvent plus se donner. Habité par ce don de Dieu, il le laisse prendre place, il accepte que ce don surpasse ses mauvais mouvements…

    pour le reste… faudrait un monde de superhéros…

  2. @Zabou t’es sûre qu’il s’appelle Olivier, moi j’en connais qui s’appellent Edmond, David, … et plein d’autres aussi et même des filles qui sont d’ailleurs des super-woman…
    Merci à tout ceux là qui méritent sûrement plus le prix Nobel que d’autres…

  3. Ah… Si je mettais autant d’énergie pour être Espère-Woman que pour être une Wonder-Woman… Seigneur, aie pitié de moi…

    Je ne partage pas souvent de lien sur Face de Plouc, mais celui-là, il FAUT que je le partage, même si je suis déjà la 20ème!

  4. @ David : Il y a quand même un moment où la grâce ne passe pas sans un petit coup de pouce de notre volonté, non ? Comme le 100e pas qu’il faut faire nous-même après que Dieu a parcouru les 99 premiers. Mais je crois qu’on est vraiment d’accord : le super-vouloir d’Espère-Man n’est pas une volonté à la force du poignet, c’est une volonté confiante, toute simple, même si elle est souvent difficile à déposer.

    @ Jouls : Le plus étonnant, c’est que ce billet a réellement failli partir à la poubelle. Je le trouvais trop facile, sans intérêt… et je ne l’ai publié que parce que je me suis dit que je pouvais bien assumer de temps en temps les trucs dont j’étais moins fier !
    Comme quoi… (Ça m’apprendra à vouloir me juger moi-même.)

  5. Tu sais, moi je suis un peu simple d’esprit… Et puis, ça fait du bien de relire des choses qu’on a déjà entendues pas mal de fois, bien concrètes et simples, c’est comme un bon coup de pied au derrière. Et c’est là qu’on voit qu’on a beau faire des grandes phrases en priant et avoir de grandes aspirations, dans le quotidien, ça ne suit pas toujours. Enfin, je parle pour moi, of course.

  6. Si les regards d’espérance que tu poses sur le monde passe à la poubelle, tu peux fermer ton blogue !… Merci d’être simple et humble aussi parfois ! C’est comme ça qu’on devient saint, non ? ;o) (Vois dimanche qui sera canonisé : Père Damien, Jeanne Jugan… Des vrais saints Espère-(wo)man !!!)

  7. J’aime bien le vrai pouvoir d’Espère-man : celui de « casser l’ambiance », le sentiment de peur de l’autre, qu’une partie de la société essaie de nous faire avaler par tous les moyens : c’est la crise ! Il faut se protéger contre la grippe A ! …

    En attendant, c’est une bête gastro qui décime le tiers de la classe de ma fille, et contre ça, Espère-man, je veux bien qu’il me passe une bonne dose de câlins et de patience ! La gastro c’est pas drôle, et un môme malade c’est tristoune.

  8. Je suis bien d’accord avec Cath+ ! Je dirais même plus : non seulement t’aurais qu’à fermer ton blogue, mais en plus, on viendrait plus de toute façon !
    Quant à ta dispute (au sens de ‘disputatio’) au sujet de la nature et de la grâce, il me semble qu’en bon catholique, il faut dire oui dans les 2 cas : c’est pas l’un sans l’autre, et réciproquement. Tout en gardant que même ce mouvement de volonté-abandon tout simple, en fait, c’est déjà cadeau : « Hors de moi, vous ne pouvez rien faire » qu’Il disait, le patron …

  9. je suis d’accord avec François
    – il faut tenir les 2 et bien les voir entrelacés (volonté/grâce), mais on est bien d’accord avec Edmond aussi… même si j’évite toujours de parler de la force du poignet, après, y’a poussah qui fait des blagues lourdes (déjà qu’entrelacé, ça va le faire parler)
    – si tu parles plus d’espérance, tu fermes ton blog! si tu fermes ton blog, je ne viens plus!

  10. @ Cath+ : C’est pas pour renoncer au regard d’espérance que j’ai hésité sur cet article, c’est juste que je n’étais pas sûr d’avoir fait « aussi bien » que ce que je voulais en dire ! Simplement une affaire de renoncer parfois à écrire les trucs génialissimes dont on a rêvé ! ;-) Pour écrire quand même.

    @ Tigreek : Mmh : courage ! Une vie intérieure agitée, ça nous arrive à tous de passer par là ! :-p

    @ François et David : Merci de mettre un peu de profondeur dans tout ça. On est d’accord, de toute façon.

  11. Puissions-nous tous devenir/être réellement des espère-men et des espère-women…
    Merci pour ce beau billet Ed.

  12. Je ne te remercie pas.
    Me balancer ton post au moment où je viens de me brasser avec des collègues … J’étais pourtant sur d’avoir raison. Presque content de moi, je portais sur le front une mâle assurance.
    Et là PAN ! Edmond qui me montre calmement, gentiment, que je suis un Super Zero. Bon, je sais ce qu’il me reste à faire …
    En fin de compte : merci

  13. Edmond, t’es sûr que ton Olivier n’est pas prix nobel de la paix ? La sortie c’est par où ? —->[] OK merci :p

  14. « Espère-man »… marrant comme nickname, à moi il avait toujours répondu au nom de Guy de Larigaudie.

  15. Super,un de mes favorits… Un grand merci!
    C’est justement parce qu’il est si simple, ton billet, qu’il est si réussi!

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s