Ah ! ces jeûnes…

Indispensable (ou pas)

Lettre à un curé de paroisse :

Monsieur le père,

hostieJe vous écris au sujet d’une petite question qui me turlupine. Je viens tous les dimanches à la messe que vous faites, mais comme il y a toujours du monde pour vous parler à la sortie je préfère vous écrire.

On m’a dit qu’il fallait faire un jeûne eucharistique avant la messe et qu’il devait être d’une heure. Mais la personne qui m’en a parlé ne m’a pas expliqué si c’était une heure avant la communion ou une heure avant le début de la messe… C’est quand même pas pareil.

J’aimerais bien savoir, parce que je trouve quand même la messe un peu longue. Pas trop, ne vous inquiétez pas, mais un petit peu quand même. Du coup, vers la fin j’ai un peu faim.

Alors parfois je mange un peu avant de venir. Pas grand-chose : juste des chocos ou parfois un reste de tarte aux pommes, des trucs comme ça. Si je n’en mangeais pas, je pense que je pourrais m’évanouir avant la fin de la messe.

Pouvez-vous me dire si c’est un gros péché de manger un peu comme ça et d’aller à la communion après ? Et, si je ne mange pas trop (par exemple, je pourrais éviter de boire du coca avec et de manger des tic-tac dans le métro en venant, aussi), est-ce que c’est moins grave ? Et est-ce qu’il y a des solutions ?

J’essaie de ne pas le faire mais je n’y arrive pas. A chaque fois c’est pareil : j’ai faim…

Je vous demande tout ça parce que, vu que je ne suis pas baptisé, on n’a pas pu me l’expliquer au catéchisme.

Merci d’avance pour votre réponse.

La paix du Christ vous salue,

X.

[Note : Ceci est bien entendu une fausse lettre. Ecrite à la demande d’un vicaire facétieux, qui a voulu que je l’envoie à son pauvre curé (le genre scrupuleux qui se fait une montagne pour pas grand chose)… Hélas, on n’a jamais connu le fin mot de l’histoire !]

Publicités

60 réflexions sur “Ah ! ces jeûnes…

  1. Can. 919 – § 1. Qui va recevoir la très sainte Eucharistie s’abstiendra, au moins une heure avant la sainte communion, de prendre tout aliment et boisson, à l’exception seulement de l’eau et des médicaments

    Source : http://www.vatican.va/archive/FRA0037/__P36.HTMC

    De rien ;))) (j’ai pas beaucoup cherché, j’avais déjà fait la recherche pour clouer le bec d’un pote qui se voulait plus catho que le Pape en jeûnant une heure avant la messe -et qui, surtout, voulait nous faire tous lever super tôt un dimanche de week end entre amis pour qu’on ait fini de petit dej avant le jeûne eucharistique…)

  2. Autre petite explication : le jeûne eucharistique avait été instauré il y a trèèèèèèès longtemps car les rois, reines, et toute la clique des bourgeois festoyaient tellement aux repas qu’ils n’étaient pas rares qu’ils s’endorment et digèrent les yeux fermés durant la messe. Du coup, pour éviter ces soucis, le jeûne permettait que l’assemblée soit éveillée et attentive !! Pas bête… ;)

  3. Je crois que c’est une incitation pour que le prêtre ne fasse pas durer la messe bien au-delà d’une heure :) S’il le faisait, ses paroissiens seraient bien avisés de prendre un kitkat après le Gloria!

  4. Vraiment très bon !!!

    C’est un marrant ce vicaire et j’imagine bien le curé un peu scrupuleux faisant un arrêt respiratoire (voire cardiaque) en dévouvrant tout cela !

    Bon sinon tu devrais te proposer pour les formules de salutations dans la liturgie : « La Paix du Christ vous salue » c’est vraiment très bon !!!

    A la prochaine mon gars !

  5. J’ai décrit la messe du wE dernier comme ça : « Entre l’homélie et les baptêmes on pouvait manger un sandwich pendant la 1e lecture et aller communier quand même! »

    :-D

  6. Vous avez été méchants avec ce pauvre curé !

    N’empêche, c’est un débat qui peut vite finir en pugilat, entre les partisans du « une heure avant la messe » et les autres. Surtout quand on mange une barre chocolatée sous le nez des premiers, juste avant une messe qui va durer trois heures…

    La solution, pour ce brave Gentil (païen c’est connoté), c’est de manger du miel. Ça au moins ça reste un bon moment.

  7. Il y a l’esprit et la lettre de la règle ; ici, une fois n’est pas coutume, l’esprit est plus contraignant que la lettre.

    La règle demande de jeûner une heure avant la communion, mais comme on ne va pas regarder sa montre pendant la messe, l’esprit de la règle est bien de jeûner une heure avant la messe, non ?

  8. dites, les commentateurs, vous avez bien vu le « vu que… » de la fin? la jolie chute d’Edmond? vous ne devinez pas à quel point elle rend la question de l’épistolier quelque peu relative? voire… non avenue? le gentil vicaire, vous ne croyez pas qu’il voulait faire revenir au centre, sans s’acharner sur des règles de pureté de la coupe? Mais c’est peut être moi qui ai mal compris?

  9. @ David : oui, j’ai bien noté ce petit complément d’information, glissé comme ça l’air de rien et… C’est ça la bonne blague en fait :) J’ai éclaté de rire en imaginant la tête du curé « un peu scrupuleux » à ce passage de la lecture :D

  10. Dans tous les commentaires (judicieux) que j’ai lus (un peu vite, je le reconnais), je n’ai relevé que ce qui tourne autour du jeûne eucharistique… Cela me semble dérisoire à côté de ce qui est passé sous silence : le « correspondant » affirme qu’il n’a été ni baptisé ni catéchisé… Comment peut-il alors communier (avec ou sans jeûne eucharistique)? Ni pour lui, ni pour les commentateurs, cela ne semble poser de problème… Alors que, me semble-t-il, c’est par là qu’il faudrait commencer! Non?

  11. Merci à « Monsieur le père » David d’avoir donné un petit coup de sifflet dans les commentaires ! Évidemment, la remarque de la fin rend caduques toutes les interrogations qui l’ont précédée… et déjà, bon, il y avait du ridicule dans le gars qui se demande s’il vaut mieux supprimer les tic-tac ou le coca, non ?! ;-)

    Simple rappel des règles élémentaires du blogue (mais ça ne concerne personne, ça non !!) : la lecture intégrale d’un billet ET des commentaires n’est théoriquement pas facultative avant d’y aller de sa propre bafouille. Sinon, on risque de dire des bêtises un peu à côté et de passer pour un guignol.
    Et puis le concept ici est de ne pas se prendre excessivement au sérieux ! :-p

  12. Très très bon cette petite lettre ! J’imagine le pauvre curé qui s’évanouit de tout son long…

    Et Edmond, le rusé, savait très bien qu’il allait provoquer un débat sur le jeûne eucharistique. Hein, dis Edmond ?

    Merci Clémence d’avoir dégainé assez vite pour rappeler « les textes » ! Mais ça n’empêche jamais un petit débat de plus sympathiques, comme on les aime : jeûne eucharistique, agenouillement, communion sur la langue etc. Tjs des bonnes raisons de se dire « meilleur catho » ! Ah la lala… L’esprit, la lettre, tout ça.

    J’ai personnellement commencé à « pratiquer » le jeûne eucharistique le jour où, étant révolté par cette pratique de mon frère (« pfff, et quoi, je vais finir en enfer sans ça moi ? toi t’es le bon catho de toute façon, tu fais tout très bien!! ») , celui-ci m’a répondu avec un regard très doux, et d’une voix très calme : « tu sais, si tu ne fais pas le jeûne eucharistique, tu ne fais rien de mal. Mais c’est dommage, tu ne fais rien de bien. »

    Bon d’accord.

  13. Bon d’accord. Mais y’a quand même un vrai débat.
    Perso, les chocos, je fais pas, parce que ça me reste sur l’estomac et que j’ai l’impression de bouffer du choco pendant toute la messe. En revanche, deux-trois tic-tac menthe pour se rafraichir l’haleine avant de manger le Christ, moi je trouve ça plus poli.

  14. @ Dove : C’est clair que la réplique de ton saint frère ne laisse pas beaucoup de place à l’entêtement orgueilleux !!

    @ Koz : T’as pas honte, de troller comme ça ?! :-o
    (T’as envie que je te passe en modération a priori, ou quoi ?!)

  15. @ koz : « En revanche, deux-trois tic-tac menthe pour se rafraichir l’haleine avant de manger le Christ, moi je trouve ça plus poli. » Poli pour qui ? ;-)

    @ Edmond : ;-)

    @ moi : tu sais rien dire d’autre que « ;-) » ????

  16. Ce genre de débat me fait toujours penser a certains rigoristes que j’ai fréquenté a une époque, qui te fusillaient parce que tu osais manger avant la Messe (genre lève toi plus tôt pour prendre le petit déj.) mais qui se dépêchaient d’écraser leur clope aux premiers accords du chant d’Entrée…

  17. Moi je dis que Koz il a posé LA VRAIE QUESTION, celle de la politesse … Parce que le Christ il veut bien être mangé, mais pas par quelqu’un qui pue du bec, c’est comme ça, ça fait 2000 ans et quelques qu’il se prend des relents d’ail dans la gueule, et il en a ras la casquette, c’est clair … Quant à ceux qui le donnent à manger, le Christ, c’est pas mieux, n’est-ce pas David The Red One ? … à telle enseigne que c’est pour cette unique raison que la plupart du temps c’est des laïcs qui donnent la communion, c’est tout ce que les curés ont trouvé pour s’épargner la mauvaise haleine des fidèles, alors …
    Moi, la première chose que j’avais remarquée, c’est bien entendu qu’il n’était pas baptisé, le gars, là … ;-)
    Et c’est parce que je lis TOUT le billet en entier, ainsi que tous les commentaires, y compris ceux du taulier, que je me permets de troller si vilainement sur les traces de Koz !
    Et passe moi en modération a priori, tu vas voir ce que tu vas voir !

  18. pppfff… c’est la troll party, on ne peut plus avoir de débat sérieux ! Ceci dit j’aime ça (relents d’ail, très bon !)

  19. @ Koz : Je suis d’accord avec toi, c’est BEAUCOUP plus poli pour JESUS … bon, et aussi, un petit peu plus agréable pour nous, je l’avoue … comme le faisait remarquer Manue …
    D’ailleurs, moi, en ce qui me concerne, j’ai toujours des Freedent Refresh ou Winterfresh en poche, pas pour la messe (je rassure tout de suite Frantz), mais au cas où on me demanderait une confession au débotté, juste après un petit bout de saucisson à l’ail, ou autre mets du même genre …

    @ Dove : « Et Edmond, le rusé, savait très bien qu’il allait provoquer un débat sur le jeûne eucharistique. Hein, dis Edmond ? » Tu crois vraiment qu’il est comme ça le Edmond ??? Ben, franchement … t’as tord ! Il est bien pire …

  20. Mince alors…il faut jeûner avant d’aller à la messe ? Elle est bonne celle là. Mais qui a dit ça ? Jésus ? Il a dit aux apôtres avant de partager son dernier repas « Bon…les gars, j’espère que vous n’avez rien mangé depuis une heure… »
    Vraiment « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir ! », je me demande même si je suis digne d’aller à la messe…

  21. @ Brebis Perdue : L’esprit et la lettre de la loi… A quoi sert le jeûne eucharistique ? Finalement, à se préparer un minimum avant une messe. Parce que s’enfiler un gros mille-feuille sur le parvis quand les cloches sont déjà en train de sonner, c’est peut-être (je dis « peut-être » !) prendre le sacrement avec un peu (je dis « un peu » !) de désinvolture, non ? Une messe n’étant pas un film auquel on vient assister, elle demande un minimum d’investissement personnel – même s’il est tout intérieur – dans la célébration.
    Et vu la longueur générale des liturgies, il suffit bien souvent de ne pas manger pendant la messe pour respecter l’heure de jeûne avant la communion ! C’est dire si la règle n’est pas spécialement dure. Alors, bon, parler de dignité dans ce cas-là…

    @ Emmanuel : On est d’accord…

    @ Manue : Pourquoi je te passerais en modération a priori ? C’est réservé à ceux qui ne savent pas se modérer eux-mêmes… et en plus, ça ne concerne personne sur ce blogue !

    @ François : Pire ? môôôaaaaa ?!

  22. « il suffit de ne pas manger pendant la messe » … !!!!!!!!!!!!!!!! sauf, si c’est moi qui prêche …

  23. Merci Edmond pour la réponse, je pense avoir compris, j’avais peur d’apprendre que ma petite famille et moi-même allions rôtir dans les flammes de l’enfer pour avoir osé grignoté vite fait un truc avant la messe, oui, quand même…on n’y allait pas avec le paquet de popcorn :)
    Mais quand je pense à toutes ces interdictions qu’il y avait par le passé…nottamment, celle qui concernait les femmes qui venaient d’accoucher qui, soit-disant, étaient impures, et ne pouvaient pas mettre les pieds dans une église avant les « relevailles »…

  24. Bonjour, je partage le point de vue de Brebis perdue (même si je pratique le jeûne eucharistique).
    Dans Matthieu et Marc, l’institution de l’Eucharistie a clairement lieu au milieu du repas. Dans Luc, c’est moins évident pour le partage du pain. En revanche, celui de la coupe a lieu « à la fin du repas ».

  25. @François : seriez vous mon ami un incorrigible déconneur ? ça me rappelle un curé de paroisse à Paris qui nous avait demandé (à ses vicaires et à moi qui était son cérémoniaire) de bien nous lavez les mains (avec un savon parfumé) avant la messe car un peu avant (tout en respectant le jeune eucharistique rassurez vous) nous avions dégusté du jambon de pays avec les mains !!! Il nous a dit « j’ai pas envie de recevoir des courriers des paroissiens m’expliquant que les hosties ont un goût de jambon !!! » il avait pas tord… Je confirme aussi la politesse pour Jésus et aussi un peu pour ceux qui ont la chance de porter le Christ à leurs frères !

    @Edmond : je confirme t’es bien pire !!!!

    @David : bien entendu que le « vu que » est essentiel !
    Mais sans parler du jeûne eucharistique dont nous pouvons avoir plusieurs interprétations… Edmond nous parle ici d’un jeûne alimentaire mais est-ce que nous faisons (moi le premier) un jeûne du téléphone avant d’arriver à la messe ? un jeûne de la télé avant d’aller à la messe ? un jeûne du retard à la messe ??? Il y en a tellement des jeûnes pour les laïcs mais aussi pour les prêtres : pourquoi ne pas jeûner d’un sermon de 25 minutes et prêcher pendant 8 minutes de façon clair, précise et pragmatique !!!
    Et si nous parlions de notre attitude pendant la messe (laïcs et clergé les deux mes chers amis !)
    Je crois que ce billet peut tous nous faire réfléchir sur notre façon d’aller et de participer à la Sainte Messe, qui souvenons nous en est la Source et le Sommet de la vie chrétienne !

    Bon OK j’arrête sinon Edmond va me taiter de facho et François se dirait que j’ai raison mais trouverais un bon mot pour me chambrer…

  26. Bon, Qu’est-ce que j’aurais répondu si j’étais curé?

    Mon bien cher ami,

    Vous avez faim… Bien sûr que vous avez faim!!! Vous recevez chaque dimanche le Corps du Christ, vous communiez, mais vous avez toujours faim. Le Corps du Christ ne vous nourrit donc pas. Et pourquoi ne vous nourrit-il pas? Parce que vous n’êtes pas encore prêt à recevoir cette nourriture. Un peu comme une vieille outre percée que l’on essaie de remplir en vain (C’est une comparaison, loin de moi l’idée de vous traiter de « vieille outre », mais comme c’est Jésus qui l’a dit…). En gros, vous n’avez pas reçu le baptême qui fait de vous un membre du Corps du Christ. C’est pour cette raison, d’ailleurs, que je ne réponds pas (encore) à « Monsieur le père » par « Monsieur le fils ». Voilà ce que je vous propose: je vous baptise « au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit », ni une ni deux, la vieille outre percée devient une outre neuve sans trou (à restaurer quand même de temps en temps par une bonne confession) dans laquelle on peut mettre du vin nouveau, le Corps du Christ vous nourrit pleinement, vous n’avez plus faim, vous jeûnez sans difficulté avant la communion. BINGO!!!! Merci Seigneur!

    Bien à vous et à bientôt j’espère, futur monsieur le fils.

    Abbé………

    Ca vaut ce que ça vaut… Mais je n’ai pas la grâce de l’ordination pour répondre correctement.

  27. Le « vu que… » m’a vite sauté aux yeux en fait! D’ailleurs ça me fait penser à des copains de mon frère qui, il y a 3 ou 4 ans, avaient commencé leur préparation à la 1ère communion. A la messe qui a suivi la journée de rencontre, ils sont allés recevoir l’Eucharistie pensant que c’était oké… le prêtre n’a pas tilté jusqu’au moment où il a vu que le gamin regardait l’hostie sous toutes ses coutures avant de le manger… heureusement il est intervenu à temps^^. Ensuite il a bien demandé à tous les assez jeunes qui s’avancaient vers lui s’ils avaient déjà communié avant de leur donner l’Eucharistie.

    Bon, sinon, pour ma part, j’ai toujours considéré que le jeûne c’était une heure avant la communion. D’ailleurs ça vaut mieux parce que, étant souvent en retard, je p’tit déj toujours 15min avant de filer à la messe… =S

  28. Je vais faire un peu ma boulette, mais tort, ça s’écrit avec un t, même si un courant progressiste tordu sur internet essaie de déraciner cette règle orthographique pour des raisons qui m’échappent encore.

    sinon, le jeûne de 1 heure, c’est assez récent; je crois bien qu’avant Vatican II (Le Retour) il fallait être à jeun depuis minuit, ce qui fait que bien des prêtres, quand ils célébraient un enterrement le soir, ne mangeaient rien de la journée, au risque de défaillir en route. Vu le nombre d’enterrements (qui n’a pas tellement diminué) par rapport au nombre de prêtres aujourd’hui (qui, lui, diminue quand même plus vite), je crois que c’était urgent!

    ça se pose surtout pour les messes en semaine, finalement. Mais bon, je ne crois pas que Jésus s’attache à ça comme nous; au début, ils communiaient au cours d’un repas, bien arrosé (si on en croit St Paul dans « 1Cor11 ») et le jeûne (depuis minuit) avait été institué un peu pour éviter qu’on communie ivre mort… Alors les tic tac, franchement, c’est pas bien grave! L’essentiel étant de discerner le Corps du Christ, ce qui est loin d’être un petit problème: j’ai moi même communié un nombre d’années astronomique sans avoir aucunement l’idée que je mangeais le corps de quelqu’un ni que ce quelqu’un était Dieu et encore moins qu’il avait donné sa vie pour moi. Et pourtant, j’étais dans une école catholique! (mais au KT, on parlait qu’il fallait être gentilles avec les nouvelles, que le racisme c’était pas bien que la drogue non plus… alors si après, j’ai passé par une phase quasi intégriste, il faut comprendre, aussi!)
    Et j’entends et je vois des horreurs pire encore autour de moi.
    des gens qui communient sans être baptisés, j’en ai vu, et aux deux espèces, et avec la bénédiction du prêtre; j’ai même vu un chinois (pas baptisé, mais sympathisant) qui avait été autorisé à « faire comme il pensait » par un autre prêtre. Non, quand on trouve que certains ne font pas des trucs corrects, c’est pas toujours qu’on est des « super cathos qui se mettent à genoux tout le temps »; c’est aussi des fois que c’est vrai! Et je ne parle pas du curé (que je connais) qui a vu le gardien de l’église remplir le ciboire avec des hosties non consacrées, « pour lui éviter de le faire: il faisait toujours comme ça du temps du curé précédent… »
    J’aime à espérer que Jésus arrivera à en faire quelque chose.

    Ce qui me détend, c’est la première communion de Tim Guénard, qui vaut son pesant d’or! Dans son premier livre, il explique que, frappé par son père, abandonné par sa mère, placé dans une famille d’accueil atroce où on le laissait presque mourir de faim, il était allé se rassasier à l’église en fourrageant pour trouver la clé et en avalant tout le ciboire …alors qu’il n’était pas baptisé (et ne savait pas ce que c’était), après quoi il a essayé de se pendre, mais a été « sauvé » par la vétusté du plafond, qui a cédé. Quand on voit le chemin qu’il a parcouru après et le témoin de la foi qu’il est devenu, on comprend que Dieu tient vraiment tout dans sa main. J’en espère autant pour chaque personne qui communie indignement.

  29. ha ha ha c’est drole, j’adore ! mais au fait alors c’est une heure avant la messe ou avant la communion ???

  30. Espèce de pharisiens ! « la loi dit une heure avant la communion alors c’est une heure avant la communion ». Bon, ok. Mais une heure avant la communion, ça veut dire 10min avant le début de la Messe. Quel effort !!!

    Un peu de calcul…
    Prenons l’exemple de quelqu’un qui arrive en avance à la Messe (ça arrive les gens comme ça parfois). Il arrive même 1/4 d’heure avant. Ca lui permet de prier un peu et de « se mettre dans l’ambiance » pour dire ça rapidement.
    Cette personne, entre le moment où elle ferme la porte de chez elle et le moment où elle met le pied dans l’église en a environ pour un quart d’heure (elle n’habite pas sur la place de l’église mais pas trop loin quand même).
    Avant de partir de chez elle, elle prend une demi-heure pour faire sa douche, s’habiller, se brosser les dents etc etc et éventuellement lire les textes du jour.
    Avec tout ça cette personne arrive à prendre son p’tit dèj plus d’une heure avant le début de la Messe car elle s’organise en conséquance.

    En bref, respectons la loi mais respectons surtout l’esprit de la loi.

    (désolée, je suis en pétard en ce moment)

  31. et il y a un jeûne après la messe? ne pas se barrer trop vite? pour dire quand même bonjour à Mme Ronchon qui est une vieille peau, ou à Gilbert, qu’est divorcé, remarié et qui a des idées de gauche? non?
    ah non!

  32. @ Frantz et Carabelle : Je ne parlais en fait pas exclusivement du jeûne alimentaire… Est-ce qu’il n’est pas à peu près évident que la pratique alimentaire demandée aux fidèles est d’abord un signe pour manifester l’importance de se préparer à la messe ?
    Comme l’a dit je-ne-sais-plus-qui, en l’occurrence, l’esprit de la loi est en réalité bien plus exigeant que la lettre !

    @ William : C’est une bonne réponse, effectivement.

    @ Miss Pomme : C’est nous que tu traites de pharisiens ?! Je crois vraiment que le pharisianisme, en l’occurrence, c’est d’entrer dans une logique comptable… et de se limiter à la dimension alimentaire du jeûne !

  33. @ David : t’as de ces idées, toi ! Si on doit commencer à connaitre ceux qui viennent à la messe avec nous tous les dimanches, genre comme si « dans le Christ, tous, tant que nous sommes, nous formons un seul corps ; tous et chacun, nous sommes membres les uns des autres », non mais faudrait quand même pas abuser non plus …

  34. @ David et François : Un peu comme si on se mettait à chanter des trucs comme « Laisserons-nous à notre table un peu de place à l’étranger »… Faut arrêter de déconner, là ! ;-)

  35. @ Edmond : c’est par parce qu’on redécouvre que « Les mains ouvertes devant toi », bien chanté, peut être assez joli, qu’il faut absolument reprendre tous les tubes de notre enfance … Cela dit, je te signale, que je n’ai même pas (encore) parlé des étrangers à nos assemblées dominicales (gazeuses ou pas), mais seulement, et déjà, de ceux qui y viennent aussi souvent que nous …

  36. FRançois, si tu n’étais pas si belge, je boirais bien un coup avec toi… parce que tu passes dans la catégorie étranger, en plus. A moins… belge, tu dis… une bière, c’est européen, ça, une bière?

  37. Punaise, arriver un quart d’heure avant, discuter une demi-heure après (pasque des Mme ronchon, y en a plein, ou plutôt des Mme pas-ronchon-du-tout-mais-toute-seule-toute-la-semaine-que-même-que-la-messe-c-est-ma-seule-sortie), on a pas intérêt à aller à la messe tous les jours! Je comprends pourquoi au début, ils mangeaient en même temps: pour avoir encore un peu de temps pour dormir!

    Le problème, c’est qu’il n’y a que les Mmes Ronchon, qui discutent avec les autres après la messe. Et les autres, elles voudraient bien parler avec des gens sympas, aussi, de temps en temps. Mais les gens sympas, ils ont pas le temps, ils ont plein d’amis, eux. C’est insoluble. Ou alors il faut que le prêtre, il s’y colle: avec lui, les gens sympas restent quand même. (bon, sauf si M le curé est ronchon aussi; là, c’est fichu.)

    Et si le repas du midi du dimanche était une table ouverte? avec un thème toutes les 4 semaines: les familles, les jeunes, les vieux, les pauvres, mais quand même ouvert à tous? ça ferait un repas de famille à certains. enfin, je dis ça…

  38. J’ai bien ri, ce qui m’a obligé à expliquer la blague à mes collègues qui m’entouraient qui, étant tous païens, n’ont rien compris. Ca m’apprendra à lire des blogs sur mon lieu de travail.

  39. @ David : c’est quand tu veux … tu ne repasserais pas dans ma belle ville prochainement par hasard ?
    @ Mme Ronchon : vous n’écririez pas de temps en temps sous un autre pseudo chez un jeune prêtre normand ? cela dit, oui, c’est souvent au prêtre de s’y coller (que voulez-vous un ‘pontife’ c’est quelqu’un qui fait des ponts, un médiateur quelqu’un qui crée de la relation ou qui la facilite … cela fait partie de notre être de prêtre), mais c’est vrai que parfois on se sent carrément seul (ce qui n’est pas un petit paradoxe pour quelqu’un qui met les personnes en relation) lorsque trop de ‘gens-sympas’ ne font pas du tout d’effort pour sortir de leurs cercles parce que ‘ils-n’ont-pas-le-temps-parce-qu’ils-ont-plein-de-copains’ … Pour reprendre ce que disait mon auteur biblique préféré mardi dernier, c’est comme s’ils n’avaient pas conscience que “dans le Christ, tous, tant que nous sommes, nous formons un seul corps ; tous et chacun, nous sommes membres les uns des autres” … c’est comme s’ils se contentaient d’être l’ensemble bras-main ou jambe-pied ou estomac-rate-foie-intestin ou … et que le reste de leur propre corps leur importaient peu finalement. Je sais qu’on ne peut pas être copain avec tout le monde, mais de là à ne fréquenter que son cercle …
    Mais, c’est aussi une de mes plus grandes joies de prêtre : arriver à se faire rencontrer des personnes qui a priori n’avaient que peu de chance de se croiser, arriver à leur faire prendre conscience qu’avoir Jésus et l’Église en commun c’est un lien énorme.

  40. @ Jean : merci, grâce à vous j’ai ri une 2ème fois !

    @ Do : Pas bête du tout, ça… Les huguenots le font, ça marche pas mal. Ca ressoude les communautés, tout ça, tout ça… Un peu toujours les mêmes qui y vont, mais c’est toujours ça de gagné !
    D’ailleurs, des paroisses cathos commencent à s’y mettre aussi (au hasard : Brest !) avec un certain enthousiasme.

  41. Sinon, à propos du jeûne… vous en avez tous oublié un en route : entre le jeûne de minuit et le jeûne d’une heure, il y a eu celui de trois heures. Il est encore pratiqué par certains tradis… résolvant du même coup le problème de l’esprit et de la lettre.
    En plus, il a un 2ème avantage : comme on n’a généralement pas envie de se lever à 6-7h le dimanche matin, on se retrouve automatiquement à pratiquer le jeûne de minuit. C’est-y pas beau tout ça ? ^^
    Ah, pis un 3ème avantage : comme ça fait zapper le petit pain au chocolat du goûter, avant la messe du soir en semaine, le jeûne eucharistique vous permet de garder une ligne ascétiquement parfaite. Décidément, on n’arrête pas le progrès !

  42. @François en même temps, avec les histoires de convenances, en France, on est coincés comme c’est pas permis! si on parle à quelqu’un qu’on connaît pas, il s’enfuit en courant, si on effleure la main de quelqu’un qu’on connaît depuis 10 ans, on s’excuse platement; la dernière fois que j’ai proposé ma place pour une famille de 4 dont les enfants voulaient être près de leur mère, la mère a failli défaillir de honte et a envoyé ses enfants dans les 4 coins de l’église pour ne surtout pas avoir l’impression de m’avoir pris ma place restée vide (en plus, elle me connait et elle me parle d’habitude, et c’est vraiment quelqu’un de simple; j’ose pas imaginer si c’était quelqu’un de coincé!), la dernière fois que j’ai invité un prêtre à manger (il avait bien 78 ans), il a cru que je voulais le draguer et il est parti en refusant comme une femme outragée (c’est d’ailleurs pour ça que ça a été la dernière fois): alors maintenant, soit je vais carrément vers ceux qui ont assez rien pour pouvoir accepter quelque chose, si toutefois je suis capable, moi, de porter ces personnes, parce que ce n’est pas si simple, les gens qui ont rien: ils ont besoin de tout, et on est vite épuisé. soit je reste dans mon cercle fermé. soit je rentre chez moi le plus vite possible pour éviter tous ces trucs. Parce que, à force, c’est dur à vivre, aussi.

    Une bonne chose, en paroisse, c’est les cercles fermés juste pour un an, par exemple pour lire Saint Paul, et on fait un autre cercle fermé l’année d’après (pour lire Saint Jean); surtout si le prêtre prend le temps de passer du temps avec chaque cercle. Là, on fait vraiment connaissance, et ça reste. enfin, on arrive à se dire bonjour quand on se voit en ville, quoi: c’est le début de « tiens, et si tu venais prendre une infusion? ».

    enfin, en gros, je crois qu’il faut pas se retrouver autour d’un prétexte-pour-se-retrouver-où-on-a-vraiment-trop-rien-à-se-dire-et-où-on-tournicote-20-minutes-et-on-s-en-va-désespéré, mais autour de quelque chose à faire: un service auprès des pauvres, une lecture de saint truc, une préparation de n’importe quoi, une répétition de chants (mais pas trop graves, les chants, quand même), une balade du dimanche aprèm, une procession, même, si vous préférez: mais il faut avoir quelque chose à faire pour oublier qu’on est en train de parler à des inconnus et qu’on a rien à leur dire!

  43. Cela dit, je suis frappée du combat qu’on a à ne pas manger 10 mn avant la messe, alors qu’on tient très bien pendant 4h au boulot ou en classe!

  44. Désolée d’en « remettre une couche »…je voulais simplement dire…Dommage de ne pas avoir la réponse de ce « scrupuleux curé » quand même.
    Ce qui est triste c’est qu’il n’est pas le seul à « se faire une montagne pour pas grand chose ». Malheureusement, les moqueries, critiques et autres regards offusqués, c’est tout à fait le genre d’attitude qui dissuade certaines personnes de (re)prendre le chemin de l’église.

    Merci à Gardabelle (de partager mon point de vue et d’apporter ces infos)
    Merci aussi à Do (ou Mme Ronchon ?_ Amusant. Un surnom qui m’irait bien aussi quelque fois, je dois l’admettre) pour son commentaire à propos de monsieur Guénard Je vais certainement ne pas tarder à lire un de ses livres.

  45. @ Brebis Perdue
    Juste pour dire (en souriant) que c’est Cardabelle(la fleur du Causse) avec un C et non Gardabelle avec un G…

  46. et @ Edmond
    Décidément, pas de chance avec mon pseudo :-)
    Ce n’est pas Carabelle, (ni Caramel, ni…) mais Cardabelle.

  47. A ed.. la 1664 était la bière officielle d’une bande de copains… donc cela restera ma bière préférée..

  48. Question est ce que le jeune s’applique aussi en semaine?lol. Parce que moi quand j’allais à la messe en semaine(st Louis d’Antin), la messe c’était 30 minutes au max… donc je pense que je n’ai pas tj respecté le jeune eucharistique…

  49. Oh désolée Cardabelle, oui je me souviens, c’est cette fleur des causses que les gens clouent sur leur porte. Ah, les causses….Florac, Sainte Enimie, Ispagnac….que de bons souvenirs ! Je pense que je ne me tromperai plus à l’avenir, j’ai vu que les feuilles épineuses de cette fleur servaient à carder la laine, d’où son nom.

  50. @ Madame Ronchon :
    Vous venez de mettre le doigt sur un point essentiel : on ne construit pas une amitié, ou même une simple relation de connaissance, sur rien du tout.

    Les groupes qui marchent bien et qui soudent les gens dans l’Eglise, ce sont justement ces groupes dont vous parlez (Alpha, Equipes Notre-Dame, aumônerie hospitalière, MJCF, rosaire et autres…). Comme on a un « prétexte » pour s’incruster, la rencontre avec les autres n’est plus perçue comme une intrusion, et les relations se mettent en place naturellement… comme dans la « vraie vie », en fait.

    Une fois qu’on se connaît un peu, on peut tenter des expériences qui rapprochent encore plus et qui soudent pour de bon. Passer quelques jours (ou semaines, l’été) en retraite, en pélerinage, en voyage ou en camp de prière, par exemple.
    On le fait tous les ans au MJ, et force est de constater qu’il y a vraiment un « avant camp d’été » et un « après camp d’été ». Trois semaines de crapahut dans les campagnes d’Europe, dans toutes les conditions possibles et imaginables, ça rapproche infiniment plus qu’un an de soirées hebdomadaires (même dans une ambiance conviviale).
    Il faut effectivement avoir vécu des choses « fortes » (beuâârk ! j’ai horreur de cette expression tarte à la crème, mais je n’en vois pas d’autre) ensemble pour se sentir réellement proche de quelqu’un. Avoir quelque chose « qui compte » en commun, en fait.
    Le deuil ou la persécution, ça marche bien aussi, mais bon, on va peut-être se contenter des moyens « soft » à notre disposition… ^^

  51. @ Edmond : ce que j’écrivais était pour ceux qui se disent « ahahah ! Regarde ! Ceux-là, ils font jeûne une heure avant le début de la Messe ! Ils n’ont pas compris que c’était 1h avant la communion !! ahahah ».
    Je suppose que ce jeûne d’une heure avant la communion est là pour qu’on n’arrive pas la bouche pleine au moment de communier.
    Après, on peut essayer de voir un peu plus loin… Ce que j’essayais d’illustrer dans mon premier post, c’est que faire jeûne 1h avant la Messe demande peut-être un peu d’organisation mais que c’est quand même accessible à tous… même si ce n’est pas demandé dans les textes.

  52. La règle exacte est :
    – jeune 1 heure avant la communion (donc 1/2h avant la messe) pour les laïcs
    – jeune 1 heure avant la messe pour les prêtres

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s