Ma ville attend un enfant

Humeur(s)

Au cas où tu n’aurais pas encore remarqué : nous sommes début novembre. Le mois le plus mal aimé (mais à juste titre) de l’année vient donc de commencer, et je pense qu’on peut le dire sans crainte de représailles d’un quelconque mouvement terroriste : jusqu’ici, il n’est pas décevant. Il fait froid, il flotte, il se met à faire nuit d’un seul coup en plein milieu de l’après-midi, il y a des feuilles plein les trottoirs et j’ai oublié l’anniversaire d’un copain. Saleté de mois de novembre, tiens !

Pourtant, juste avant que novembre vienne squatter toutes les pages de mon agenda, nous étions encore fin octobre (je sais : ma pensée est d’une puissance rarement atteinte). Et alors, durant les derniers jours d’octobre, figure-toi que j’ai été – ici en ville – témoin un soir d’une scène tout à fait étonnante : des hommes commençaient à installer des décorations de Noël. Genre guirlandes, toussa.

guirlandes-noel-ville

Dans ce style-là (mais en pas tout à fait pareil).

Forcément, j’ai regardé l’heure pour vérifier qu’il était toujours octobre, mais non : je n’avais pas été pris d’une crise d’hibernation subite ni fait un bond dans le temps. A l’heure où le guignol lambda finissait ses préparatifs d’Halloween de cette charmante petite fête qui permet aux cathos de redécouvrir la Toussaint, ces guignols-là anticipaient déjà Noël. Ce n’est même pas encore l’Avent qu’ils nous inventent l’Encore-Avant. Ça m’a laissé tout « ah tiens », cette affaire…

Une amie m’a glissé qu’ils avaient drôlement raison d’anticiper un peu, parce que c’est vrai qu’on a été prévenus : on ne connaît ni le jour ni l’heure. Alors des fois que Noël serait avancé cette année, autant être sur ses gardes et tenir son lampion allumé… C’est pas idiot du tout, du coup.

Depuis, j’ai quand même pris le temps d’y repenser. (D’autant qu’on s’emmerde généralement beaucoup plus en novembre qu’en octobre, donc ça laisse un peu de temps pour réfléchir.)

Et j’ai compris. (Tu trouves pas ça classe, toi, de caser une idée par paragraphe ?!)

En fait, le monde crève d’impatience que Jésus vienne le visiter ! Je ne vois pas d’autre explication : nos amis les contemporains n’attendent qu’une seule chose : qu’un petit enfant vrai Dieu et vrai homme débarque dans leur vie pour les illuminer de sa Parole et les rassasier de sa présence. Ils ne rêvent que de ça, ils n’en peuvent plus d’attendre ! Même que c’est parce qu’ils ne veulent surtout pas le louper, le petit Jésus d’amour de gloire, qu’ils commencent déjà à lui baliser le chemin comme une énorme piste d’atterrissage : « Te plante pas, Emmanuel : c’est bien ici qu’il faut que tu viennes ! »

Bref, on est en train de nous brancher des Maranatha multicolores dans toutes nos rues, et il ne faudrait pas qu’on passe à côté de ce signe-là, parce que c’est quand même rudement fort.

Prépare ton faire-part : on va lui faire une fête de tous les anges, au p’tit divin gars !

Publicités

26 réflexions sur “Ma ville attend un enfant

  1. Oui le monde crève d’impatience d’être enfin ce qu’il est en germe.
    Viva Bernanos dans « Sous le soleil de Satan », qui a tout compris lorsqu’il dit de Noël: « Tout à l’heure, le monde commence! ».
    Et nos contemporains, affamés à en crever, qui comme des pauvres aveugles en terre inconnue, se fracassent contre tous les murs de la vie, dans l’espoir de trouver enfin la porte de sortie, ou plutôt la porte d’entrée de la vie, la vraie. Ne nous lassons jamais d’annoncer avec force conviction, sous les railleries, ce qui fait notre JOIE, Dieu TOUT PUISSANT se fait petit enfant et meurt sur la croix puis ressuscite pour montrer aux hommes de quel AMOUR notre Dieu nous aime.

    Peut-être les décos sont-elles un peu précoces, et pas forcément consciemment apprêtées pour la venue du Roi, mais quand même: « Dans deux mois, le monde commence ».

  2. Un très joli petit article, qui répond à la question exacte que je me posais, comme toi, au sujet des décorations de Noël aperçu à Levallois : mais pourquoi sont-ils si pressés ?

    Ma réponse fut beaucoup plus prosaïque : il faut bien commencer par la banlieue avant d’inonder Paris de guirlandes et de boules colorées..

  3. Trop bon. Ça n’empêche pas que ça ma déprime (encore plus que d’habitude) de voir que cette année, on a même pas attendu qu’Halloween soit passé pour mettre les décos de Noël, mais cette façon de voir les choses est rafraichissante. Allez je partage sur face de plouc. Et merci Edmond.

  4. Ah toi aussi ça te laisse tout « ah tiens » !?

    Pas loin de chez moi, un propriétaire de brasserie alsacien a branché les guirlandes électriques et le Père Noël chanteur (et grandeur nature) depuis… au moins dix jours.
    Ma chienne ne supporte pas ce faux-homme qui siffle dès qu’elle passe devant, et lui a aboyé dessus copieusement.
    Je serais tentée de faire pareil.

    Tu nous feras un article sur le Père Nawell un jour ? Dis ?

  5. @ William : « Tout à l’heure, le monde commence »… J’aime beaucoup aussi ! (De toute façon, en ce moment, n’importe quelle connerie écrite par Bernanos – quoique j’en cherche – m’apparaît comme une lumière pour le monde !)

    @ Jouls et AnClé : Je ne suis donc pas le seul à trouver que cette année ils s’y prennent spécialement tôt, donc…

    @ Nitt : J’ai déjà parlé du Père Noël, d’abord !!

  6. @Edmond: C’est ça qui est génial. Aujourd’hui même plus besoin d’avoir un QI supérieur à celui de l’huître pour te sentir un génie. Tu énonces n’importe quelle vérité apprise au caté (genre « Jésus est vrai Dieu et vrai homme »), et tu as l’impression d’avoir démonté en moins de 3 secondes top chrono la très fameuse thèse (en 50 volumes s’il vous plaît) mondialement connue (et reconnue) du grand sociologue (humaniste, écolo, et de gauche sinon ça le f’rait pas) Jean tublemondeavecméconri: « De l’invention de la divinité du révolutionnaire Jésus de Nazareth par le Concile de Nicée à travers l’interprétation littérale d’une conception anthropomorphique de la déité chez les peuples sémitiques de Palestine ». Thèse qui démontre le plus sérieusement du monde (avec preuves scientifiques et photos d’époque à l’appui) qu’il fallait bien faire de Jésus un Dieu pour que l’Eglise prenne le pouvoir sur le pauvre petit peuple opprimé.
    Et là tu te dis: « Je suis trop fort, ce que ce mec a passé sa vie a vouloir démontré au péril de sa vie (Oui parce que « LE VATICAN » a essayé de l’éliminer des dizaines de fois, sinon ça le f’rait pas non plus) je sais depuis ma plus tendre enfance que ce n’est pas vrai ».

    Bon, après faut faire gaffe, parce que le grappin est là, attendant impatiemment que tu te casses la binette sur la pente de l’orgueil.

    Désolé c’est très long, mais fait du bien de se défouler un peu

  7. @ Edmond : « Une amie m’a glissé qu’ils avaient drôlement raison d’anticiper un peu, parce que c’est vrai qu’on a été prévenus : on ne connaît ni le jour ni l’heure. Alors des fois que Noël serait avancé cette année, autant être sur ses gardes et tenir son lampion allumé… » On a pas le ton sur lequel elle l’a dit, ton amie, mais si c’était sur un ton souriant, elle mérite la prime au commentaire le plus élégant (intelligent et pas cassant) sur l’évènement, la demoiselle !

  8. @ François: Merci, maintenant j’ai l’impression que mon commentaire précédent est un exemple type du catho aigri qui se sent agressé en permanence par le méchant monde et se croit obligé de répondre par un cynisme « humouristique » pour faire style qu’il rigole et qu’il le fait en toute humilité. Pas faux d’ailleurs, alors Mea Culpa et c’est vrai que le commentaire de l’amie d’Edmond est fort élégant. Total respect et je prends note.

    Pax et Amor

  9. @ Edmond: Hola! Hola! On ne va pas tomber dans le romantisme non plus. Il faut bien quelques posts un peu pas trop élégant mais véridiques aussi qui nous laisse exprimer parfois une petite tristesse de voir notre Jiseus Superstar laissé à l’indifférence de ceux qu’il a créés et pour qui il a donné sa vie. Le tout, c’est qu’en les critiquant, nous les aimions quand même nous aussi de toutes nos forces. Voilà.. Voilà..
    Ne change surtout rien Edmond.

  10. C’est drôle tout de même. Ca vient de me frapper, subitement (aïe).
    Vous aviez remarqué, vous aussi, qu’il y a une ribambelle d’infâââmes symboles religieux qui agressent la laïcité partout dans les rues deux mois par an ? Dans notre beau pays laïc et développé, suprême phare de la raison éclairant le monde ? Bouh, c’est mal. Pas bien.
    L’argent n’a pas d’odeur, il n’a pas d’idéologie non plus.

  11. Vous saviez que c’était Coca Cola qui avait inventé, (ou du moins vulgarisé) le Père Noël? (vers 1930, une belle bouteille rouge et blanc -marque oblige- représentant un Saint Nicolas, pour faire entrer la boisson dans les dîners de fête, même l’hiver!). « L’argent n’a pas d’odeur », mais là, il avait une couleur…

    En tout cas, très bel article et très beaux commentaires (tiens, ça fait aussi « comment taire »!); je vais enfin passer un avent en portant un regard d’espérance sur mes congénères.

    Et puis, n’oublions pas: le peuple d’Israël attendait le messie, et c’est aux bergers illettrés qu’il s’est fait connaître en premier…

  12. Imaginons deux minutes qu’ils nous suppriment Halloween et le maillot de bain à peine sec, les guirlandes s’allument..
    Mais c’est peut être pour nous faire oublier la mauvaise farce de la crise tout ça…

  13. Ah mais oui! c’est ça! c’est nous, qui sommes attendus …dans les boutiques.
    je comprends enfin.

  14. Ca me rappelle cette histoire de Calvin & Hobbes où il monte la guirlande lumineuse sur le toit et écrit « Welcome aliens !! »

  15. Non, c’est bien, ce billet. Cela change des râleries face aux guirlandes mises le lendemain de la Toussaint… C’est voir les choses positivement, quoi ! Le Français râle toujours ; là tu lui donnes l’occasion de dire merci au lieu de râler…

  16. Ed : Honte sur moi, j’ai OMIS un de tes articles !

    Edmond, je ne suis pas digne de te lire, mais écris un seul commentaire et je me sentirai mieux !

  17. Edmond… Piste atterrissage… tu m’épates par ta créativité imaginativement créative !
    Maintenant… faut guetter que l’Emmanuel (qui a rarement les pieds sur terre) ne plante pas son retour ! En même temps, ce qui me rassure, c’est que s’il arrive le 26 décembre (c’est bien connu, Manu est jamais à l’heure), au moins, il pourra suivre les rois mages (surtout chez Picard) et retrouver la crèche.

  18. premiere fois que je viens sur votre blog et franchement je crois que j’y retournerais! j’aime beaucoup cette article…et les autre dailleur ^^

  19. merci pour ce post. je suis plongée de par mon boulot dans les préparatifs de Noël depuis début août et ton article me fait un bien fou! merci pour ce regard qui élève et cette espérance qui porte!

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s