Jésus, David sa race !

Humeur(s)

C’était une conversation qui commençait normalement. Entre amis. Cathos. C’est-à-dire qu’on n’avait encore parlé d’aucun sujet qui fâche : ni politique, ni apologétique, ni tradis, ni progressistes, ni 3e vague, ni Medj, ni rien de ce genre. Autant dire qu’on était bien partis pour finir la bouteille le jus de raisin tranquillement, sans drame. (Quoique, les drames, ça donne toujours une bonne occasion de se rappeler le lendemain pour une belle demande de pardon, mais là n’est pas le sujet – comme souvent quand j’ouvre des parenthèses, d’ailleurs.)

Et puis, hélas ! il a fallu que quelqu’un commente une blague un peu plus affligeante que les autres avec un joli : « Jésus, Marie, Joseph ! (soupir) » C’était du plus bel effet, et ça n’aurait pas dû avoir de conséquence. Sauf que quelqu’un(e) a cru bon d’ajouter :

« Quand on invoque ‘Jésus, Marie, Joseph’, on a droit à une semi indulgence plénière. »

C’est là que les choses ont dérapé. Il y a eu un silence ; et puis une personne courageuse a quand même osé lui poser cette question terrible : « Euh… ******* [voile pudique sur son prénom], tu nous expliques le concept de semi indulgence plénière ?! » Ce qui nous a valu un second silence gêné. Et ensuite un fou-rire collectif (moins une personne).

Nous avons bien tenté d’évaluer, entre autres considérations, si deux semi indulgences faisaient une indulgence complète, mais il y en a un – probablement plus avisé que les autres – qui a brisé toute forme de débat avec cette assertion pour le moins définitive : « Deux semi remorques, ça n’a jamais fait une remorque ! » Forcément, vu comme ça…

Ensuite, va savoir pourquoi, la conversation a dérivé sur l’impossibilité qu’on avait, en tant que cathos, de trouver des jurons potentiellement utilisables. Entre ce qui est de l’ordre du blasphème, de la vulgarité ou de la méchanceté, il ne reste malheureusement plus grand chose. Rien de casher, rien de catholiquement correct, rien de saint’nitouchable. C’est à croire que quand on est catho on ne peut pas pousser un bon gros juron des familles ! Incroyable !

Oui, mais.

Fidèle à ma mission autoattribuée de service public, j’ai cependant trouvé la solution ! Le juron autorisé, celui qu’on peut sortir sans crainte de choquer ni d’être anathèmisé dans la seconde, impossible à réfuter car théologiquement impeccable. Et tu peux jurer juger sur pièce : « Jésus, David sa race ! » Lancé violemment d’une voix forte, ça donne son petit effet. Garanti.

Version un rien plus soft, tu peux aussi tenter un : « Jésus, Marie sa mère ! » Après tout, ce n’est jamais plus faux qu’un « Jésus, Marie, Joseph »… mais ça fait tellement plus de bien à proférer !

Publicités

19 réflexions sur “Jésus, David sa race !

  1. Génial, moi aussi crise de rire sur des deux semi remorques qui font rin qu’à rin faire

  2. Mais non ça dérape pas, on a pas encore parler de sujet qui fache.
    Faut bien que quelqu’un le fasse, alors je me dévoue :
    Jésus, était-il artisant charpentier ou patron d’un charpenterie avec plusieurs ouvriers à ses ordres ?Et utilisait-il des outils TRADItionnels ou était il plutot PROGRESSISTE en utilisant des outils venant des Romains ?Et les formes des charpentes qu’il a fabriqué étaient plutot de style Mésopotanienne ou a-t-il été influancé par la seconde vague culturelle (grec) voir la 3 eme vague culturelle (Romaine)?
    A part ça, on est pas toujours gagnant avec 2 semis : 1 semi-marathon=21,100km donc 2 semi-marathon=42,200km et 1 marathon=42,195. On se fait avoir de 5mètres.

  3. Et que fais-tu de « corneguidouille », « saperlipopette » et « scrogneugneu » ???
    Nom d’un petit bonhomme de pain d’épice, mais c’est qu’ils vont disparaître si on ne les entretient pas !

  4. @ Nitt:
    Je crois que scrogneugneu est une déformation d’une expression avec « sacré quelque chose » comme sacrebleu vient de « sacré Dieu » si je ne me trompe pas. Pour le reste, je ne sais pas…

  5. Personnellement, j’aime beaucoup « Nom d’un petit bonhomme de pain d’épice » de Nitt… quant à « jurer » avec le nom de Jésus… bof. J’avoue que je n’aime pas trop le mélange de genres.
    Il ne s’agit pas de jurer, mais de l’invoquer, même avec humour.

  6. Et encore, on a de la chance de ne pas être anglo-saxon. Environ 100% des jurons, exclamations de surprise, de colère ou d’effroi des Rosbeefs et des Yankees sont des blasphèmes. A se demander comment ils peuvent encore invoquer avec dévotion certains noms. (Quoique cela nous fournit une magnifique scène d’Indiana Jones et la dernière Croisade entre Harrison Ford et Sean Connery… Rappelez-vous : « That’s for blasphemy ! »)

  7. @Nathalie : Je savais pour tous les jurons qui finissent en « bleu », déformés volontairement pour éviter de froisser les oreilles délicates ou consacrées de l’époque, mais pour celui-là j’ignorais qu’il en était ainsi.

    Quelqu’un a déjà entendu des jurons québécois ? Parmi les pires que je connaisse…

  8. Tiens, j’suis surpris que Marie-Madeleine ne soit pas passée dans les lignes des commentaires…

  9. Euh… Sans vouloir faire le père fouettard, il me semble que la Vierge Marie à dû faire une incursion à la Salette, pour nous faire comprendre que le blasphème n’est pas une blagounette. Elle pleurait. Le Curé d’Ars a dû beaucoup bataillé avec ses paroissiens pour leur dire la même chose.

    Dieu a beaucoup d’humour. Mais il faut comprendre que quand Jacob qui avait vaincu Dieu en duel Lui avait demandé son Nom, Il ne lui a pas répondu (Genèse 32, 29). Parce que le Nom Divin est trop précieux pour passer par les lèvres impures des hommes. Si donc Dieu dans sa bonté nous a révélé son Nom par Jésus Christ (Jean 17, 6), soyons reconnaissant, et montrons Lui qu’on en fait bon usage.

    Les juifs ne prononcent jamais un titre de Dieu hors des prières. Quand ils ne prient pas ils disent « Adochem » pour ne pas dire « Adonaï » (je l’ai vu dans le chat du rabbin). Parce qu’ils savent bien que le Nom de Dieu n’est pas un Nom comme les autres.

    Bref, c’est mon côté un peu « rétrograde » qui prend le dessus mais je tenais à le dire.

  10. Très bon article,
    maintenant faut que j’explique à mes collègues pourquoi je me marre comme une baleine derrière mon écran…

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s