Revoilà les légions du pape (les fameuses)

Humeur(s), Médias, News

Enfin, « légions du pape », c’est une façon de parler… Ce ne sont pas ces légions fantasmées par quelques journalistes hurluberlus qui lèvent la voix, qu’un groupe de personnalités diverses. Tout cela pour lancer, avec force, un appel :

SOLIDAIRES DES VICTIMES ET SOLIDAIRES DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE

Appel d’intellectuels, journalistes, artistes et personnalités de la société civile et politique

Les  affaires de pédophilie dans l’Église sont, pour tous les catholiques, une source de peine profonde et de douleur extrême. Des membres de la hiérarchie de l’Église ont eu sur certains dossiers de graves manquements et dysfonctionnements, et nous saluons la volonté du pape de faire toute la lumière sur ces affaires.

Avec les évêques, et en tant que membres de la même Église, les laïcs catholiques assument le poids des crimes de certains prêtres et des défaillances de leurs supérieurs; ils se rangent résolument, ainsi que le Christ invite à le faire, du côté de ceux qui souffrent le plus de ces crimes, c’est-à-dire les victimes, tout en priant pour les coupables.

Quant  à nous, nous souhaitons de tout cœur que toute la vérité soit faite et qu’avec le concours de tous les hommes et femmes de bonne volonté, il soit débattu sereinement et fraternellement, dans l’Église catholique, de tout ce qui a pu rendre possible ces offenses portées aussi au Christ.

Dans  le même temps, nous regrettons l’emballement et la surenchère médiatiques qui accompagnent ces affaires. Au-delà du droit à l’information, légitime et démocratique, nous ne pouvons que constater avec tristesse, en tant que chrétiens mais surtout en tant que citoyens, que de nombreux médias dans notre pays (et en Occident en général) traitent ces affaires avec partialité, méconnaissance ou délectation. De raccourcis en généralisations, le portrait de l’Église qui est fait dans la presse actuellement ne correspond pas à ce que vivent les chrétiens catholiques.

Tout en redisant notre horreur devant le crime de prêtres pédophiles et notre solidarité envers les victimes, nous appelons les médias à une éthique de responsabilité qui passerait par un traitement plus déontologique de ces affaires. Les phénomènes d’emballement médiatiques ne sont pas réservés, et de loin, à l’Église ; mais nous sommes fatigués et meurtris de cet emballement-là.

Nous pensons à tant de prêtres qui portent avec courage, et parfois dans la solitude, le message du Christ.

Nous sommes avec eux.

Nous saluons la lettre des évêques de France au pape Benoît XVI, et souhaitons voir l’Église catholique sortir avec sérénité et responsabilité de cette épreuve douloureuse.

Et, tant qu’on y est, la liste des premiers signataires :

Jacques  Arènes (psychanalyste et écrivain), Denis Badré (sénateur), Frigide Barjot (humoriste), Jean-Marc Bastière (journaliste et écrivain), Claude Bébéar (président du conseil de surveillance d’AXA), Michel Boyancé (doyen de l’IPC, institut de philosophie comparée), Rémi Brague (philosophe, de l’Institut), Alexis Brézet (journaliste), Jean des Cars (écrivain), François Cassingena-Trévedy (moine bénédictin, liturgiste et écrivain), Jean Chélini, (historien, secrétaire perpétuel de l’Académie de Marseille), Ghislain du Chéné (coordinateur international de Foi et Lumière), Colette Combe (psychanalyste et écrivain), François Content (directeur général de la Fondation d’Auteuil), Philippe Delaroche (écrivain, journaliste), Chantal Delsol (écrivain et philosophe), Patrick Demouy (historien, professeur des Universités), Bernadette Dupont (sénateur), Bertrand d’Esparron (gérant d’entreprise de communication), Emmanuel Falque (philosophe et écrivain), Olivier Florant (sexologue), Jean-Christophe Fromantin (maire de Neuilly-sur-Seine, dirigeant d’entreprise), Patrick de Gméline (historien), Samuel Grzybowski (président-fondateur de l’association Coexister), Laurent Grzybowski (journaliste), Fabrice Hadjadj (essayiste et dramaturge), Rona Hartner (chanteuse, comédienne), François Huguenin (écrivain), Vincent Hervouët (journaliste), Gaspard-Marie Janvier (écrivain), Pasteur Alain Joly (Eglise luthérienne), Patrick Kéchichian (écrivain et critique littéraire), Koz (blogueur et avocat), Louis-Etienne de Labarthe (rédacteur en chef, Il est vivant !), Philippe de Lachapelle (directeur de l’OCH, Office chrétien des personnes handicapées), Laurent Lafforgue (mathématicien, lauréat de la médaille Fields), Gérard Leclerc (essayiste, journaliste), Henrik Lindell (journaliste), Michael Lonsdale (comédien), Victor Loupan (éditeur, rédacteur en chef de La Pensée Russe), Bruno Maillé (enseignant, essayiste), François Maillot (directeur général La Procure), Jean-Luc Marion (philosophe, membre de l’Académie Française), Jean-Pierre Marcon (député), Nicolas Mathey, (professeur de droit, Paris V), Jean-Pierre Machelon (professeur de droit, Paris V), Marc Mennessier (journaliste), François Miclo (philosophe et écrivain), Jean-Marc Nesme (député-maire), Philippe Oswald (journaliste), Xavier Patier, (écrivain), Patrice de Plunkett (écrivain et blogueur), Hugues Portelli (sénateur), Jean-Frédéric Poisson (député), Aymeric Pourbaix (Directeur des programmes, Radio Notre-Dame), Guillaume de Prémare, (consultant en communication, Médias & Evangile), Edmond Prochain (blogueur, journaliste), Samuel Pruvot (journaliste), Jacques Remiller (député-maire), Alina Reyes (écrivain),  Damien Ricour (comédien), Ivan Rioufol (essayiste, journaliste), Catherine Rouvier (juriste, politologue), Jean Sévillia (journaliste, écrivain)Grégory Solari (éditeur),Raphaël Stainville (journaliste), Denis Sureau (éditeur, théologien), François Taillandier (écrivain), Denis Tillinac (écrivain), Henri Tincq (journaliste et écrivain), Hubert de Torcy (rédacteur en chef, L’1visible), Vincent  Trémolet de Villers (journaliste), Natalia Trouiller (blogueuse, journaliste), Didier Truchet (professeur de droit, Paris II), Patrick Tudoret (écrivain), Christian Vanneste (député), François de Wendel (chef d’entreprise).

Une liste à elle seule presque plus longue que le texte, ce qui est déjà un symbole en soi. Je n’aurai pas le mauvais goût d’en tirer un best of ; à chacun d’aller y voir dans le détail pour repérer tel ou tel. Le jeu, c’est de retrouver parmi tous ces noms l’avorton que je suis… Il y a tellement de beau monde qui traîne dans cette liste que mon pseudo finit par y faire franchement tache ! Mais en même temps, toute cette histoire a réussi à mobiliser une bonne petite partie de mon temps depuis le week-end dernier (même si ce n’est rien à côté de l’énergie déployée par Natalia Trouiller, Koz, Frigide Barjot, François Taillandier ou encore François Miclo).

L’appel est donc lancé. Et il est désormais possible à tout un chacun (à toi, par exemple) de venir inscrire son nom au bas de cette liste.

Qu’ajouter à cela, alors ? Que le but n’est évidemment pas de se poser victimes contre victimes, mais de rappeler que les crimes de pédophilie commis au sein de l’Église sont insupportables, que la dissimulation de ces crimes, quand elle a eu lieu, est contraire à tout ce qui fonde le catholicisme. Mais aussi que Benoît XVI n’est pas « rattrapé » par le scandale : que c’est bien lui qui a pris, comme jamais personne avant dans l’Église, l’initiative de faire toute la lumière sur les affaires du passé afin de les « laver ». En ce sens, il est le premier pape à avoir à pris à ce point « le risque de la vérité », et que cette volonté-là est à saluer en premier lieu.

Ensuite, il est aussi question d’appeler les journalistes (en l’occurrence, donc, mes confrères) à la retenue. A la modération. A l’exigence de vérité qui est – théoriquement – le fondement du métier, et qui devrait leur interdire d’écrire à ce point leurs papiers à charge. Quand il y a une accusation, la plus élémentaire justice impose de donner la parole à l’accusé, et de l’écouter. Or, depuis le début de ces affaires, le Vatican s’exprime, et parfois dément certaines charges. On a le droit de ne pas y croire, mais on a aussi le devoir de s’en faire écho. Aujourd’hui le sujet est mal traité ; et les catholiques maltraités.

Le plus inquiétant dans tout ça, ce n’est pas tant le traitement réservé dans la presse à l’Église, au pape, aux catholiques dans leur ensemble. C’est le soupçon qui s’insinue dans notre esprit : combien d’affaires et de sujets sont, chaque jour, aussi mal rapportés dans notre presse, celle qui se veut garante de notre liberté ?

Publicités

13 réflexions sur “Revoilà les légions du pape (les fameuses)

  1. il faut que le travail de vérité se fasse, jusque dans notre Eglise, et le prix sera lourd car la faute l’est… mais si on peut le faire dans un souci de la vérité, et pas dans un souci de tout foutre en l’air… ça me plait. 2e petition signée de ma vie.

  2. « C’est le soupçon qui s’insinue dans notre esprit : combien d’affaires et de sujets sont, chaque jour, aussi mal rapportés dans notre presse, celle qui se veut garante de notre liberté ? »

    ça c’est encore un autre débat, mais il mérite de se tenir… Si on constate une telle désinformation quand ça nous touche, qu’est-ce que ça doit être sur d’autres sujets! Saleté de journaliste qui sommeille en toi, Edmond!

  3. J’ai signé.

    @ le chafouin: Pour ce qui est de la désinformation, je la constate dans un autre domaine,ici. Je vis à Jérusalem depuis bientôt 6 mois, et le fait est que la situation est complètement différente de ce qu’on peut voir dans les médias depuis la France. Donc effectivement, j’imagine que chacun constate cette désinformation dans les domaines qu’il « maîtrise », ou au moins qui le touchent.

  4. « On n’a le droit de ne pas y croire » ? Peut-être une petite faute, qui peut influer sur la compréhension (j’enlève le « n' » ou je rajoute le « pas » ? ;) ), à corriger ?

    Pour ce qui est des erreurs couramment remarquées dans les domaines que l’on maîtrise, une petite perle relevée hier, dans un reportage sur un pèlerinage d’une petite chaîne locale… une dame dit qu’elle vient faire le plein d’Esprit Saint, et, quelque secondes après, s’affiche une petite banderole au bas de l’écran : « Faire le plein d’esprit sain ». Eh oui ! Tout le reportage était truffé de petits indices comme celui-ci que les journalistes ne connaissaient rien à la « religion », comme ils disaient régulièrement. Aucune malveillance de leur part, beaucoup d’ignorance seulement, et une réelle volonté de traiter au mieux leur sujet. A nous aussi, donc, chacun dans son domaine, de faire preuve de pédagogie, d’éviter le jargon ou de l’expliquer quand il faut… Sacrée gageure ! (et dire que la même chaîne vient tout-à-l’heure à mon Chemin de Croix !)

  5. @ Vianney : Mon Dieu, quelle boulette !! C’est corrigé, merci.
    Il fallait évidemment lire : « On a le droit »

    @ David : Tu as raison, il faut absolument que toute la vérité se fasse. Et ça va être douloureux pour tout le monde. Après, si certains pouvaient éviter de jeter du sel sur les plaies au fur et à mesure…

    @u Chafouin et @ Méloë : Il y une jolie expression pour exprimer ça : « Les journalistes ont toujours raison, sauf quand ils parlent de ce que je connais. » Ça devrait aussi nous interpeller sur notre propre réception de l’information, surtout quand elle touche un domaine qu’on ne maîtrise absolument pas et qu’on s’enflamme en la lisant. ;-)


  6. Ben on va prier pour les journalistes, que ceux qui sont déjà au service de la vérité le restent ;) , et que les autres réapprennent leur travail.

    Ça doit faire mal de constater que des confrères manquent à ce point aux exigences de base du métier…

  7. Ça fait surtout mal, quand on est un brin corporatiste comme moi et qu’on a longtemps été le seul à défendre la presse au cours de dîners enflammés entre amis, de finir par constater qu’on est en train de devenir à peu près aussi critique (sinon plus) que ceux à qui on s’opposait. Ça fait mal de perdre peu à peu la foi dans son métier, et l’espérance qu’on s’est toujours efforcé d’avoir dans les confrères. Ça fait mal, enfin, de s’apercevoir qu’on commence à se demander combien de temps on tiendra encore là-dedans avant de décider de changer radicalement de voie…

  8. Oh ben Edmond, c’est pas glop de te voir comme ça :/ Tu peux pas perdre la foi dans ton métier, je comprends que ça doit pas être une période facile, mais c’est justement dans ce genre de situations qu’il faut tenir bon pour que la vérité soit, elle-aussi, publiée.

    signé Méloë, nulle en remontage de moral, et qui aurait voulu pondre un truc « vachement plus mieux » mais qui voulait quand même pas laisser passer ton commentaire sans réagir.

    PS: bien reçu le message de ton précédent commentaire, j’y ferais attention, en tous cas j’essaierai de m’en souvenir.

  9. De toute façon, cela ne va pas pouvoir durer très longtemps à ce rythme là, comme une charmante tradition de Carême. Le niveau des attaques atteint un degré de haine et de violence effectivement inconnu depuis les années 30, va crescendo et aucun geste du côté de l’Eglise ni changera quoique ce soit, même si on élisait Pape le directeur de Golias, et que tous les évêques de France allaient en procession devant les locaux du Monde en chemise et couverts de chaîne pour faire acte de pénitence.

    Aujourd’hui, les mass media accusent littéralement tous les catholiques d’être des nazis antisémites pédophiles qui ont propagé le sida en Afrique. Si le quart du dixième de la moitié des accusations portées contre l’Eglise par les mass media étaient vraies, il faudrait envoyer en asile d’aliénés ou au cachot le milliard de catholiques de la planète. Donc soit les mass media se calment, soit ils vont au bout de leur logique et les pogroms commencent.

    Vous trouvez que je vais trop loin ? Comment sont traités les catholiques du Moyen-Orient, d’Extrême-Orient, d’Afrique du Nord, d’Inde ? Le fait que nous ne risquions pas notre vie en étant catholique est une anomalie, non la règle. Pourquoi les catholiques occidentaux seraient mieux traités que leurs frères du reste du monde ? Mais vous me direz, en Occident il y a des lois qui garantissent les droits de l’homme. Certes, mais nous voyons bien que toutes les règles de dignité humaine, de civisme et de respect valent pour tout le monde, sauf pour les catholiques.

    Bien sûr, il y a aura des Justes parmi les Nations, nous le voyons déjà, des Juifs, des Protestants, des athées pour nous défendre. Mais ils subiront le même sort que nous ou devrons se taire.

    Emplis de la Joie Pascale, n’oublions pas ce qui vient directement après Pâques : l’annonce de l’Evangile à toute la création et le martyr de presque tous les témoins originaux.

    Gardons-nous de dire : « si tous viennent à tomber, moi, je ne céderais pas », mais rappelons-nous que sans Lui, nous ne pouvons rien faire.

    « Dans le monde, vous aurez à souffrir. Mais gardez confiance. J’ai vaincu le monde » (Jn 16, 33)

  10. Bon, ben je regrette pas d’avoir fait un jeûne de net pendant le carême!
    On dirait que les carêmes de l’Eglise vont crescendo, depuis qu’on a ce Pape.
    Au moins, il est en phase avec son temps …liturgique!
    Donc c’est Pâques, et ça devrait donner quelque chose de nouveau:
    on va enfin avoir des tas de chiffres, avec tout ça, et apprendre que nos prêtres sont les hommes les plus sûrs de la galaxie, voire qu’ils ont même des moyens pour guérir les blessés de la vie, trop bien.

    Moi, pour ce qui est des prêtres qui ont « fauté », franchement, je vais paraître décalée, mais je n’ai pas, comme je l’ai lu ça et là, « honte pour eux », (comment avoir honte à la place de quelqu’un d’autre), mais j’ai honte avec eux, je me sens malheureuse avec eux, comme ça me fait mal aux tripes de penser aux adolescents ou aux enfants qui ont vu leur sexualité basculer dans le néant pour des années, peut-être pour une vie entière, à la suite de cette horreur. Je ne crois pas être différente d’eux. Ils sont au coeur d’un combat spirituel dont nous souffrons tous, le combat entre le bien et le mal, et aucun d’entre nous n’est digne de leur jeter la première pierre. Ces quelques prêtres ont fait ça avec des raisons que nous ignorons, dans des conditions que nous ignorons.

    Parmi les hommes qui les brûlent au bûchers de leurs sarcasmes, il y en a un paquet qui ont défendu le droit au racolage sur la voie publique il y a quelques années, alors que la plupart des prostituées concernées étaient des mineures de 13 à 17 ans « recrutées », contre leur gré, dans des pays pauvres; (Et certains d’entre eux étaient peut-être même clients.). Ce sont les mêmes qui ont trouvé que Polanski aurait dû être épargné par la justice, ce que l’Eglise n’a jamais réclamé pour les prêtres. Ce sont les mêmes qui réclament le droit à la sexualité, à la contraception, à l’avortement, pour les mineur(e)s, comme si un(e) mineur(e) de 13 ans pouvait poser un acte de consentement libre vis à vis d’un jeune de 17 ans, ou à 16 ans, faire un choix libre d’avortement face à un médecin, tout en étant incapable de dire non aux caresses d’un homme adulte. On est vraiment dans des distorsions terribles.

    Alors non, je ne suis pas d’accord pour mettre les actes dits de pédophilie (et qui sont souvent d’une autre nature) uniquement sur le dos des pédophiles. La sexualité des très jeunes est aujourd’hui massacrée par presque toute la société, le regard sur le corps est détourné, et la responsabilité est très large.

    Et je trouve que de seulement citer la religion d’un criminel, c’est comme de citer sa race ou son appartenance politique, c’est innommable. ça devrait être interdit. Surtout après avoir lu partout dans la même presse que Zemmour méritait d’être viré pour avoir dit que la plupart des trafiquants étaient noirs ou arabes! Et dire que la plupart des pédophiles sont des prêtres, ce serait pas un problème?! Quelle hypocrisie!

  11. Waw.
    C’est pas un peu beaucoup quand même jean316 ?
    Il y a quand même une sacrée différence entre les persécutions des minorités – quelles qu’elles soient (sorry si j’écorche l’orthographe =))- au Moyen Orient et ce qu’on vit en France!!

    Je comprends que ce n’soit pas très agréable de s’en prendre plein la tronche à longueur de journaux, mais les cathos sont pas les seuls – et de loin. C’est simplement un sujet qui nous concerne. Et qui nous fait réagir.

    Ben voilà, les média auront bien rempli leur rôle, comme d’hab : un sujet assez polémique pour faire vendre, pour faire parler (jaser?).
    Oups, pardon, Ces média et pas Les média.

    C’est une question à laquelle pas mal d’entre vous (d’entre toi?=) auront déjà réfléchi avant moi, mais c’est quoi selon vous le rôle des média?

    Réponse A pour les pessimistes (ou les réalistes, selon le point de vue), faire du fric.

    Ce qui est dommage, c’est que M. et Mme Toulmonde semblent souvent plus intéressés par les histoires de cœur de telle ou telle minette en jupe courte qui braille en play back dans un micro que par l’évolution des sociétés et de notre petite planète bleue. Et ils en ont rien à faire du Pape (y’a quand même un problème quand on vous demande si Benoît XVI est bien roi de Belgique !?! Ok c’est pas l’exemple le plus représentatif qui soit, mais ça m’a fait un choc!!) on peut aussi rajouter dans cette catégorie : la télé à part entre 3 et 4h du mat’, y’a plus grand chose à en tirer (sauf peut être c’est pas sorcier =).
    Et si je continue, je vais finir par dire que les jeunes c’est plus ce que c’était et que les ‘vraies’ valeurs se perdent, et patati et patata.

    Elle est nulle cette réponse A.

    Réponse B, il faut revoir la question.

    On peut pas pas parler des média en général, parce que y’a une légère différence entre la profondeur des discussions sur radio notre dame et nrj entre 20h et minuit =). Parce que c’est pas la même chose qui motive un ‘journaliste’ de public et toi, Edmond, et pourtant y’a qu’un seul mot pour désigner vos deux métiers. Parce que tous les grands journaux teintent l’information de leur orientation politique, et c’est gonflant. Parce qu’il n’y a pas de doute, y’en a des journalistes qui ont des idéaux plutôt chouettes. Parce que la vision du média varie pas mal d’une personne à l’autre et que celui qui se plante crevé devant sa télé va zapper directos s’il tombe sur un débat intéressant mais fatiguant pour ses petites zoreilles, moi la prems d’ailleurs, I confess. Parce qu’il en faut pour tous les goûts et heureusement qu’il y a de la critique dans l’air. Parce que parce que parce que…

    En fait, à bien y réfléchir, je sais pas répondre à cette question.
    L’information brute, objective, c’est peut être pas si chouette que ça en a l’air.
    A partir du moment où on a besoin d’explication, on tombe forcément dans l’interprétation.
    Du coup c’est normal que média et politique soient toujours liés. Je me perds là…

    Y’a aussi sûrement une réponse C qui distingue tous les média, ceux qui sont au service de l’info, ceux qui sont au service d’une institution, ceux qui se disent au service de rien (bouh les menteurs), y’en a tout plein.

    Pour en revenir à ceux qui critiquent l’Eglise et le Pape, y’en a pas mal de pas très renseignés et de pas très bien intentionnés, qui énervent, mais on a aussi besoin de critiques pour grandir et se remettre en question (avoue quand même que y’en a qui sont fondées), ça fait pas d’mal même si c’est pas agréable.

    Moi les pétitions, je suis sceptique. Elle est destinée à qui? Je crois pas que ceux qui ont écrit des insanités sur la religion en soient préoccupés plus que ça. Mais bon, c’est vrai que c’est chouette de voir qu’on est pas seul à qui ça tient à cœur =).

    Bref, je sais pas si ce com est très clair, mais ça l’est pas vraiment plus dans ma tête =)
    Bon lundi de Pâques =)

    Et puis même si ça commence à être mille fois trop long, je voudrais quand même te féliciter et t’encourager dans ce que tu fais (toi et ceux qui réagissent souvent), parce que rares sont les média qui poussent à ce genre de réflexions, parce que (dis moi si j’me trompe) j’ai l’impression que tu t’efforces de garder un regard critique sur tous les sujets que tu traites, et c’est chouette.
    Alors merci =)

  12. Bonjour,

    Étant signataire de ce texte en tant que président-fondateur de l’Association Coexister, permettez-moi de vous dire que je ne me considère pas membre de la légion du page. :-D !
    Bravo pour ce blog, et pour l’écho que vous faites de ce texte, mais ne mélangeons pas tout.

    Bien Fraternellement

  13. @ Samuel : Rassurez-moi… Au delà du titre, vous avez lu le texte de ce billet ? Parce qu’il ne vous aura alors pas échappé que dès la première ligne je dis que c’est une façon de parler. Et je relie ensuite l’expression aux délires de quelques journalistes qui se sont crus malin l’an dernier en criant à un complot des « légions du pape » dès que certains ont cherché à prendre la défense de l’Église.
    Si ça peut vous rassurer, en retour : je ne me considèrerai jamais comme membre de la moindre légion papale ! Mais je me réserve néanmoins le droit, quand ça me chante, d’être ironique.
    Ne dramatisons pas tout ! ;-)

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s