Faire une croix sur la Croix ?

Humeur(s), News

C’est un moment émouvant, pour un journaliste, que celui où l’on pressent le frémissement d’une naissance de marronnier. Comme si on ne s’amusait pas déjà assez avec la rentrée des classes, les fleuristes du 1er mai ou les premières neiges en Ardèche, on trouve tout plein d’idées pour refaire régulièrement des sujets qu’on a déjà traités, mais qu’on a aimés. C’est ainsi que son nés le « petit poucet » qui bat une grande équipe de foot, Anna Gavalda qui n’accorde pas d’interviews pour la sortie de son nouveau livre (mais qui en accorde quand même une ou deux), la découverte scientifique qui va nous faire vivre éternellement, etc. Certains événements ont même l’immense honneur de voir graviter plusieurs marronniers autour d’eux ; par exemple, le bac. Il y a donc (liste non exhaustive) : le plus jeune/vieux candidat de l’année, la sécurité autour des sujets, l’arlésienne de la réforme de l’examen, les écrivains qui passent pour-de-rire l’épreuve de français, la polémique qui frappe un sujet (au choix : histoire ou philo), les profs qui menacent de faire grève au lieu de corriger les copies… Et je te laisse compléter. C’est fort amusant, tout ça.

Eh bien, là, comme ça,en furetant sur internet, j’ai cru voir éclore un potentiel nouveau marronnier. Imagine alors mon émotion, et profites-en pour marquer une pause dans ta lecture, le temps de la partager. (…) (J’ai dit : marque une pause !)

Voilà. C’était en jetant un œil autour de l’info selon laquelle l’Espagne se préparerait (après l’Italie ?) à interdire les crucifix dans les salles de classe que je suis tombé sur un petit délice. Non, pas un projet similaire en France (va donc chercher un crucifix dans une école publique de chez nous, toi !), simplement un très joli communiqué du syndicat Sud-Education 29 intitulé : « Pas de crucifix dans les salles d’examens«  et concernant les salles d’examens situées dans des établissements catholiques. Précisons d’ailleurs ici – afin de garantir la traçabilité de l’info sur ce blogue – que j’ai cherché ce communiqué après avoir consulté un article du Télégramme.

Mais lisons donc ensemble religieusement laïquement (pardon) la belle prose de nos camarades de Sud-Éducation dans le Finistère :

« Nous prodiguons un enseignement de si mauvaise qualité que les individus formés dans nos classes, par nos soins, sont absolument incapables de penser par eux-mêmes et de se composer leur propre opinion. »

Ah non, pardon… Ça, c’est la traduction qu’on peut tirer du vrai communiqué qui, lui, bave ce qui suit :

« Nous estimons que l’affichage de signes religieux dans les salles d’examen et les lieux attenants nuit à la neutralité de l’État et de ses agents, qu’il est susceptible de perturber et d’influencer les candidats en cours d’épreuve. »

J’en vois deux ou trois qui ricanent bêtement dans le fond. C’est intolérable ! Il serait temps, comme je l’avais déjà évoqué l’an dernier, de mesurer les dangers réels que représentent la présence de croix sur les murs d’une pièce où un pauvre petit lycéen influençable vient passer son bac. Car c’est bien là le problème, et nos bons camarades l’ont parfaitement identifié : un crucifix est « susceptible de perturber et d’influencer les candidats en cours d’épreuve ».

Certains n’ont pas l’air encore très convaincus, alors prenons des exemples pour bien mesure l’ampleur du risque encouru.

En mathématiques, sous l’influence néfaste de concepts tels que la Trinité, les candidats vont se mettre à coup sûr à remplacer des 1 par des 3. Qui sait s’ils ne seront pas tentés de multiplier tout et n’importe quoi dans des problèmes pourtant simples de comptage de pains ? Et pire encore : imaginons un instant qu’en histoire un bachelier soit interrogé sur une date précédent notre ère… Il réfléchit, puis soudain lève les yeux et, voyant cette croix gigantesque accrochée au mur, voilà qu’il s’enhardit et écrit sur sa copie : « 327 avant Jésus Christ ». Quelle horreur !

On en verrait peut-être d’ailleurs d’autres, en philosophie citer saint Augustin, ou en géographie mentionner l’existence du Vatican au milieu de l’Italie, ou encore en anglais oser traduire « Lord » par « Seigneur »… Qui sait ? certains pousseront peut-être le vice jusqu’à se présenter à une épreuve de latin !

C’est donc bien l’avenir même de notre civilisation qui est en jeu dans cette histoire. Pour ne pas laisser influencer ces grosses buses qui nous servent de générations futures, le ministre de l’Éducation Luc Chatel avait d’ailleurs précédé ce communiqué en déclarant que les épreuves « doivent se dérouler dans des salles où aucun signe extérieur ostentatoire religieux ne doit être mis en avant ». (Notons d’ailleurs ici que je respecte bien trop un ministre de la République pour oser supposer que l’apposition des expressions « signe extérieur », « ostentatoire » et « mis en avant » puisse éventuellement constituer un double pléonasme grossier. C’est pas mon genre.) Qu’il se rassure, donc : je doute que les crucifix soient spécialement encadrés et bordés de guirlandes lumineuses qui feraient également résonner un Miserere chaque fois qu’on passe devant ; à mon avis, ils sont justes accrochés à un bête clou, un peu en hauteur…

Je terminerai ce billet sur des mots de bon sens. Ceux d’un communiqué de l’Enseignement catholique de Paris, en réponse aux propos de Luc Chatel :

« [Les lycées qui accueillent des examens] resteront des établissements scolaires catholiques, avec une histoire, une communauté éducative, un projet. Le nom de ces établissements ou un signe discret dans les salles le rappelle parfois, sans ostentation ; leur dénier ce caractère n’y changerait rien. Qui serait-il trompé au petit jeu du déguisement ? (…) Un candidat au bac est capable de l’abstraction nécessaire pour comprendre comment un signe renvoie à une réalité plus large qu’il signifie. Vise-t-on ce que nous sommes en voulant en faire disparaître les signes qui n’ont rien d’attentatoire ? »

Déjà apparu l’an dernier, ce faux débat semble donc avoir l’intention de se repointer cette année dans le vaste sujet du bac. Vivement l’année prochaine, qu’on vérifie si c’est bien un nouveau marronnier !

Publicités

22 réflexions sur “Faire une croix sur la Croix ?

  1. Ah oui, en effet, le retour. Au passage, très bon communiqué de l’Enseignement catholique (en tout cas ce que tu en cites : je vais vite lire le reste).

  2. « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » (Matthieu 22, 21)
    De quoi se mêle César euh… l’État ?

  3. Camarade,

    Que de bon propos. Je me permets seulement de soumettre à votre sagacité le cas des éléments suivants, présent dans une salle d’examen et à mon sens, également, « susceptible de perturber et d’influencer les candidats en cours d’épreuve. » Qu’en est-il de l’horloge qui pourrait induire nos chers lycéen en erreur lors des épreuves de mathématique, des consignes de sécurité, du plan d’évacuation de l’étage, des mesures en cas de manifestation des symptômes grippaux.
    Je pense qu’il nous faut militer plus encore pour que les murs des salles d’examens soit vierge.

  4. « Nous prodiguons un enseignement de si mauvaise qualité que les individus formés dans nos classes, par nos soins, sont absolument incapables de penser par eux-mêmes et de se composer leur propre opinion. »
    Trop bon.
    Merci pour ta clairvoyance fruitière et rafraîchissante (ben si, un marronnier ça fait des marrons, et là y en a qui en ont pris quelques uns dans l’amour-propre, des marrons) !

    Et au passage, on n’ose imaginer que les quelques pauvres lycéens, déjà perdus puisqu’élevés dans la foi chrétienne (oooh les pauvres), voient dans un moment de doute le crucifix au mur et… se mettent carrément à prier pour réussir leur examen ! Catastrophe !
    Du coup, il faudrait aussi retirer les clochers qui sont sur le chemin des centres d’examens, sinon c’est pas du jeu.

  5. Je ne suis pas d’accord avec toi edmond : regarde en 1998,2002,2006 ou cette année, on ne parle pas trop du bac dans les média en ce moment.
    (Remarque : Les média n’ont même pas critiquer le fait que la FIFA a fait commencer la coupe de monde le jour de la fête du sacré coeur).
    Pour le bac, il y a encore plein de question a se poser pour les années à venir : le boulanger du coin aura t il le droit de vendre des religieuse ou des croissants ? aura t on le droit de laver les salles d’exam avec de la lessive St Marc ? doit on cacher la crois rouge sur les armoires a pharmacie du centre d’exam ?…

  6. C’est d’autant plus risible qu’en Bretagne, plusieurs villes n’ont que des lycées privés et je n’ai jamais connu personne allant en pension pour fuir le lycée privé. J’ai même des amies qui à mon souvenir n’ont jamais fait leur communion et qui ont eu une scolarité très agréable et très épanouissante dans ce genre d’établissement sans en ressortir lobotomiser à aller à la messe tous les dimanches. (Attention ne pas comprendre que je critique ceux qui vont à la messe tous les dimanches. J’explique juste qu’il y a dans ces établissements un grand respect pour les croyances (ou dans ce cas les non croyances))

  7. +1.
    Mais il faut reconnaître que Sud-Education a beaucoup d’humour lui aussi: « Nous ne manquerons pas de faire connaître à Monsieur le Recteur (d’Académie, pas celui de la paroisse) (…) »

  8. « Une polémique est en train de naître » expliquait même Libé le 28 mai. Pour l’instant, on n’a rien vu sur « légrandmédia ». Touchons du bois (ou le bois, plutôt)

  9. Sans qu’il s’agisse du bac, mais dans la même veine, j’organisais un voyage à Rome pour les latinistes. Le principal (pas celui qui a fait un certain temps la « plaisanterie » de dire en conseil de classe quand on parlait d’un latiniste « ah, il va à ma messe, celui-là », surtout quand il s’agissait d’un élève musulman…un autre) me demandait de faire baisser le prix du voyage. Bon. Un collègue de musique, organiste dans le village, m’a proposé de faire un concert d’orgue au profit de la sortie. Super! Le principal a hésité à donner son autorisation parce que l’orgue était dans l’église(sic)… Il a finalement accepté quand je lui ai proposé de faire déplacer l’orgue dans la salle polyvalente du collège à ses frais. Et pendant le voyage, fait avec uen organisation laïque, nous avons été hébergé dans un collège tenu par des religieux. Certains élèves ont frôlé la crise de nerfs quand ils ont compris qu’il y avait dans leur chambre une croix: « pas question de dormir avec un mort vivant »…
    Le marronnier risque de refleurir régulièrement…

  10. @ Koz : Ouais, tu fais bien d’insister dessus. Le communiqué de l’enseignement catholique est excellent, avec ses petites pointes dont on ne sait pas trop si elles sont davantage ironiques ou affligées.

    @ KpKt : Jouons un instant. Il faut rendre à César ce qui est à l’effigie de César. Soit. César est un homme ; il est donc à l’image de Dieu. Et maintenant, rendons à Dieu tout ce qui est à son image… ;-)

    @ GChamouton : Camarade, je vous suivrai avec joie sur l’ensemble de ces points à l’exception du tout dernier. Militer pour la virginité des murs de salles d’examen, dans un monde où la libération sexuelle est une valeur très importante, je crains que ce ne soit hélas un peu trop réac pour nos idées neuves…

    @ Nitt : Oui. Et les noms d’établissements (et de villes ?) qui mentionnent un saint. Et les croix des pharmacies. Et même les croisements de rues, qui sont des signes religieux ostentatoires, quand on y pense !

    @ Ti’t Elen : J’ai bien peur que vos amis ne soient hélas des exception. Tout le monde sait que les lycées privés ont pour unique but de lobotomiser les ados, voyons… :-p

    @ Juhi : Accordons-leur ça, c’est vrai que c’est amusant !

    @ Benjbenj : J’aime beaucoup ce « touchons le bois » ! :-)

    @ Clémence : Son idée de mettre un voile sur les croix pour pousser les gens à vouloir le retirer, c’est génial ! Je suis totalement fan !

  11. Ca ne s’appelle pas de l’épuisement professionnel ça ? :)
    Et bien moi je viens de finir une inauguration, discours et blabla, je me lasse pas de voir des gens remarquables au service des plus démunis, une foi en la dispense d’Amour du prochain. Bon sang, même apres 20 ans de métier, j’aime mon non-épuisement professionnel regarder ces sourires de ces hommes et de ces femmes, militant(e)s de l’Homme. Ca fait du bien.

  12. Moi qui ne connais pas trop le système scolaire français, en tant que genevoise, je me pose juste une question : les établissements scolaires catholiques français ne sont pas privés ? Parce que chez nous, toutes les écoles catholiques sont des établissements privés… du coup, ben si c’est privé, ils ont le droit d’interdire ou d’imposer qqch ?
    Sinon, je suis bien contente d’avoir appris ce qu’est un marronnier, y a pas à dire, il est vraiment éclectique ton blogue Edmonde ;o)

  13. @ FX : +1 « Pour le bac, il y a encore plein de question a se poser pour les années à venir : le boulanger du coin aura t il le droit de vendre des religieuse ou des croissants ? aura t on le droit de laver les salles d’exam avec de la lessive St Marc ? doit on cacher la crois rouge sur les armoires a pharmacie du centre d’exam ? »

    oui, et doit-on débaptiser le nom des établissements catho?
    Parce que Lycée Sainte Geneviève, ou Sainte Bernadette, quand même, ça fait pas laïc laïc non plus! il faut repeindre un nom bien de chez nous, comme « lycée Jules Ferry », sur tous les établissements catholiques qui accueillent des candidats aux examens!

    j’espère pour les établissements catholiques qu’ils ont le droit de refuser d’être centres d’examens.

    Maintenant, il faudrait qu’ils peignent des fresques dur les murs, et qu’ils disent que c’est artistique, pour qu’on ne puisse pas leur demander de les enlever.

    Et les carrefours devant les lycées, ne faut-il pas leur rajouter systématiquement une cinquième rue qui ne va nulle part? Parce qu’il suffirait qu’un curé vienne à les bénir, ils ont déjà la forme adéquate, et pof, ça les transformerait en Croix! et les croisées des fenêtres des salles d’exams: Affreux ce que ça comporte de crucifix potentiels! il faut changer toutes les fenêtres en ronds. Mais si une religion prend le rond comme symbole, attention, il faudra alors supprimer toutes les fenêtres.

    Il faudrait qu’on fasse le tour de toutes les religions et de tous leurs symboles pour donner aux architectes des critères sûrs de laïcité.
    Mais au fait, les architectes franc maçons mettent leurs symboles partout: il faut donc, vite, vite, détruire tous les édifices publics qui portent des frontons avec un triangle ou trois points, des fois que ça perturberait un touriste mineur et fragile!
    Ah, mais non, c’est vrai, c’est pas une religion, ça. tout va bien.

    je crois que je vais émigrer! quelqu’un sait si c’est dur à apprendre, le polonais?

  14. dsl, Edmond, tu peux retirer mon commentaire: trop long, et qui redit ce que tu disais en réponse à Nitt! bon, ça m’apprendra à commenter avant d’avoir lu TOUS les commentaires!

    sinon, « Certains élèves ont frôlé la crise de nerfs quand ils ont compris qu’il y avait dans leur chambre une croix: « pas question de dormir avec un mort vivant » »: c’est trop bon! « un mort-vivant »: quel acte de foi en la résurrection!

  15. Dailleur, il v y avoir un gros problème au bac :
    -En math/physique/éco…: le symbole de l’addition et de la multiplication sont des croix. sans compter que l’inconnue à trouver est toujours « x » la encore c’est une croix. Et je ne parle même pas de la fonction f(x)=x²+2x+3 et ou faut calculer la dérivé f'(x) : là, ça fait beaucoup de croix.
    -En sciences et vie de la terre, comment étudier l’évolution vu que cette théorie est soutenue par les catho.
    -En philo on étudie St Augustun
    -Comment étudier l’histoire sans parler des guerre de religion, surtout qu’au bac, il y a la 2eme guerre mondial et que c’est la guerre ou Pie12 il a rien dit (c’est vrai !!! c’est TF1 qui le dit, donc c’est forcément vrai).
    -Comment étudier l’anglais : c’est la langue d’un pays dont la reine est chef de l’église anglicanne et dont l’hymne est « god save the queen » (sans compté que du coté USA, on écrit « in god we trust sur les billet de 1$ la, ça rejoind aussi le cours d’éco).
    -En français dans les pièces du 16/17/18eme S, la morale de l’époque (chrétienne) est toujours sauf à la fin (pas d’amant, Pas de relation hors mariage et toujours entre un homme et une femme.

    ça va etre dure de faire un programme l’année prochaine sans réduire le niveau !!

  16. @Ed : On aurait l’air fin avec des ronds-points partout et des tas de villes et d’établissements débaptisés !
    Et puis bonjour le bazar pour s’y retrouver après ! ;)

  17. Moi ce que je trouve alléchant c’est que SUD « qu’il est susceptible de perturber et d’influencer les candidats en cours d’épreuve. ».

    SUD nous dirait il qu’il pense que la Croix, et donc le Christ peut nous influencer ? Il y aurait donc un peu de croyance religieuse dans ce syndicat ? voilà qui doit en hérisser plus d’un non ?

  18. Déjà des conséquences terribles de cette absence d’auto-fadé des crucifix dans les écoles catholiques où se déroulent des épreuves du bac. Des fonctionnaires de l’Education nationale, sans doute contrôlés par des puces électroniques implantés dans leur cerveau par les services secrets du Vatican, ont osé proposer comme Commentaire de texte au Bac L de Philosophie un extrait… de la Somme Théologique de saint Thomas d’Aquin (Seconde Partie, Second Volume, Question 120, Article 1, Réponse et Solutions 1 et 2) !!!

    Les malheureux candidats de l’école laïque, gratuite et obligatoire se sont ainsi vu obligé d’ingérer les affreux dogmes du Vatican sur la question de savoir si l’équité est une vertu (saint Thomas prétend que oui en se fondant sur le fait qu’Aristote en fait une vertu (Ethique à Nicomaque, X5 (1137 b 19))) !!!

  19. heureusement que pour les autres sections, les sujet étaient autre : Dépend-il de nous d’être heureux ? pour la section S.
    Surtout que la réponse est simple et qu’en fait que ce soir beaucoup de français vont remettre leur bonheur entre les mains de 11 mecs qui se trouvent à l’autre bout du monde.La au moins c’était une réponse laïc.

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s