Tes parents (cathos)

Indispensable (ou pas)

P’tite variation de pas grand chose très vaguement inspirée par la « tante » de Natalia… Ou plutôt par les différentes « tantes » qu’on pourrait avoir, les uns les autres. Et puis les oncles aussi. Et puis même qu’en vrai ce seraient pas des oncles ou des tantes mais des parents (ce qui – d’ailleurs – n’est pas fondamentalement incompatible). On a tous été baignés dans une culture différente, qui nous conduit à avoir un peu de mal à accepter tel ou tel profil. Sauf s’il faut vraiment, peut-être ? Ou juste si on décide de se regarder différemment.

David, qui m’a fait l’amitié de me relire, m’a rappelé gentiment de ne pas oublier quand même les « sans voix », ceux qui sont cathos mais qui n’appartiennent pas à un « clan ». Qui croient, certains jours qui croient un peu moins. Qui ne comprennent pas tout bien à l’Église et au langage des catholiques. David n’a pas tort, évidemment. Je sais aussi qu’on est essentiellement « entre nous », alors sans les oublier j’ose un petit clin d’œil à presque tout le monde. En espérant que personne ne sera vexé au passage : il y en a normalement pour tous les (dé)goûts.

Ah oui, au fait : ça se marmonne sur l’air de « Tes parents », de Vincent Delerm.

***

Tes parents seront p’t-être

Pour le mariage des prêtres

Branchés sur RCF

Abonnés à La Nef

Chez tes parents dans c’cas-là

Y’aura Panorama

Le Jésus de Duquesne

Et on mang’ra des graines

*

Mais tes parents si ça tombe

Sont plutôt Hautecombe

Tout l’été à Paray

Fans de Monseigneur Rey

Bras en l’air à la messe

Toujours le feu aux fesses

Leurs débats enragés

Sont sur Medjugorje

*

J’suis prêt à tout accepter

ADV ou CCFD

J’suis prêt à faire des concessions

Brûler des cierges en procession

J’suis prêt à tout pour qu’ça passe

Faire semblant d’avoir lu Maurras

Dire du mal du curé à table

Choisir les hosties « équitables »

*

Mais tes parents pourquoi pas

Vont à Saint-Nicolas

Ils feraient deux cent bornes

Pour une messe dans les normes

P’t-être quand même qu’il faudrait

Leur dire s’ils insistaient

Que la r’traite au Barroux

Ils la feront sans nous

*

Mais tes parents c’est crédible

Prennent des cours sur la Bible

Ils viennent juste d’accepter

De donner le caté

Les trucs qui les défrisent

C’est tout ce qui divise

Tes parents ont des airs

De cathos ordinaires

*

J’suis prêt à tout accepter

Du Messe et chants au Cantate

Prêt à trahir mes convictions

Râler après la communion

J’suis prêt à tout pour qu’ça passe

Chanter du Jo Akepsimas

Rire avec Mgr Vingt-Trois

Et même m’abonner à La Croix

*

Mais tes parents c’est peut-être des gens bien

Qui vont s’asseoir au fond et qui disent rien

Et puis qui d’mandent : « Est-ce que vous voudrez venir avec nous à la messe demain matin ? »

Avec ta mère qui veut toujours te donner une pièce pour la quête

Même si tu gagnes bien plus que sa retraite

Et puis ton père qui me demande :

« Alors Edmond, quand est-ce que vous faites un billet un petit peu moins parisien ? »

(Soupir.)

*

J’suis prêt à tout pour qu’ça passe

M’asseoir dans l’coffre d’un monospace

Le petit dernier sur les genoux

Marie m’a tellement parlé de vous…

Publicités

27 réflexions sur “Tes parents (cathos)

  1. Voilà, nouvelle adresse, nouveau blog => nouveau gravatar… mais ça ne marche pas !
    (Ceci dit, promis, si ça marche juste après ce commentaire et que ça m’affiche mon joli Cœur de Jésus, je ne remettrai pas un troisième commentaire « Ah si, finalement ça marche ! » :) )

  2. Deux mercis : pour la découverte de la chanson d’origine (même si, je sais, c’était pas la meilleure version), je suis sûre d’arriver à en faire une leçon de français un de ces quatre et je me suis bien marrée ; et pour ta version qui m’a bien fait rire aussi.

    J’ai un peu envie de poser la même question que Caro et Alice, même si je me demande si Vianney n’aurait pas raison…

  3. Hum, une bonne petite parodie comme tu sais si bien les faire !
    J’ai bien reconnu et mes parents et mes beaux-parents dans plusieurs des paragraphes d’ailleurs, du coup, j’ai encore plus mieux vachement ri !
    Merci Ed

  4. @ AClé : Moui, alors là je suis pas certain que ce billet aurait été la chose la plus fine à faire ! ;-)

    @ Caro, Alice, Vianney et Nitt : Ben non, Marie n’est pas la maman de Jésus. C’est évidemment la personne à qui s’adresse le « tu » de la chanson (soit la fille de ses parents – vous suivez ?). Accessoirement, c’est un nom très répandu chez les filles de cathos, non ?
    (Mais je note que, de ce texte, c’est un mot de la dernière ligne qui a su retenir votre attention.)

  5. Soit je ne comprends pas, soit tu as beaucoup changé Ed ! Ou alors j’ai pas d’humour du tout (et à ce moment là, c’est moi qui aurais beaucoup changé)

  6. On choisit pas ses parents,
    on choisit pas sa famille
    On choisit pas non plus
    les trottoirs de Manille
    De Paris ou d’Alger
    Pour apprendre à marcher
    Etre né quelque part
    Etre né quelque part
    Pour celui qui est né
    C’est toujours un hasard…

    Les parents sont de drôles de caméléons,
    chacun les voit différents,
    c’est à croire parfois
    que mes frères et soeurs n’ont pas les mêmes que moi

    et ses parents à « lui »
    et ben avec eux ça n’est jamais passé
    on peut même dire que c’est cassé…

    Qu’importe comment s’appelle
    Cette clarté sur leur pas
    Que l’un fut de la chapelle
    Et l’autre s’y dérobât
    Celui qui croyait au ciel
    Celui qui n’y croyait pas
    Tous les deux étaient fidèles
    Des lèvres du coeur des bras
    Et tous les deux disaient qu’elle
    Vive et qui vivra verra
    Celui qui croyait au ciel

    Il y a ceux qui croient au Ciel, qui essaient de rester sur le chemin
    ceux qui croient au Ciel et qui ne voient pas le chemin,
    ceux qui croient au Ciel et qui veulent faire du hors piste,
    et puis ceux qui n’y croient pas et je n’y peux rien.

    Le Bon Dieu qui nous fait naître et grandir dans cette famille doit sûrement savoir ce qu’Il fait ; alors j’aime mes parents, j’aime les parents de l’homme pour qui j’ai quitté les miens.
    Quels parents sommes-nous pour nos enfants ?
    Quelques fois j’ai du mal à croire que j’ai élevé cet homme qui ne prie pas comme moi, cette fille secrète et distante, ces garnements qui ont encore besoin d’un sou pour la quête…
    Le Bon Dieu qui nous donne et nous confie ces drôles d’enfants doit sûrement savoir ce qu’Il fait.
    (Amen
    Alleluia)

  7. Merci !!! J’ai bien souri ;o)
    PS : dis, ne voudrais-tu pas mettre en rouge la petite phrase « ADV ou CCFD » avec l’explication discrète pour les perdus comme moi dans vos abréviations françaises ?

  8. @ Cath + : J’ai failli le faire, mais le problème c’est qu’en tenant compte de la culture de tout le monde il aurait certainement fallu sous-titrer chaque référence, au final !
    Alors, pour toi :
    * ADV = Alliance pour les droits de la vie,
    * CCFD = Comité catholique contre la fin et pour le développement.
    Tu auras compris toute seule que l’une des deux associations a tendance a être étiquetée à droite et l’autre à gauche (ce qui ne veut pas dire que c’est juste, mais c’est comme ça qu’elles tendent à être perçues).

  9. Très très bon, j’ai bien ri.
    J’aime beaucoup cette chanson de Delerm en V.O, car c’est sur, il connait mes parents et mes beaux-p’, ça peut pas être autrement.
    Mais à vous lire vous les connaissez aussi….
    Ou alors on est tous dans la même situation !!!
    Bravo.

  10. Non, pas tous dans la même situation : mes beaux-parents à moi sont inclassables !
    En revanche, je reconnais mes parents, et beaucoup d’autres parents aussi, beaux… ou pas ! :)

  11. et puis parfois ces fameux parents ils doivent composer entre leurs enfants qui ont « librement adapté à leur sauce » ce qu’ils avaient reçu. Et préserver l’unité familiale qui menace d’éclater entre leur gendre tradi qui s’abîme en prière pour le baiser de paix et passe en revue « tout ce qui n’a pas été », leur fille illuminée qui essaie de convaincre son beau-f que l’effusion de l’esprit n’est pas une pratique sectaire, leur petit dernier qui va à la messe mais se planque au fond pour ne pas être repéré, leur belle fille qui a été enfant de choeur dans son enfance et qui n’aime pas « trop en faire », celui qui cite son curé parisien toutes les 10 phrases et celle qui entre la prière des mères, les chantiers éduc et la messe des mamans est dé-bor-dée.
    Chez nous ce qu’on fait de mieux, c’est de prier le chapelet… c’est simple, sobre et ça met tout le monde d’accord.

  12. Merci, Edmond !!! Comme j’avais vu CCFD sur d’autres blogues, je ne suivais plus…
    Et guéris vite alors !!!
    @Vianney : les miens aussi (de beaux-parents), on doit avoir les mêmes ;o)

  13. Et même m’abonner à la Croix…
    Très bon canard, c’est vrai!
    Merci Ed. Pour le billet et pour la pub.

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s