Vers les cimetières, comme chaque année…

De rien

Ce week-end, c’est la Toussaint… Sacrée info, non ?

Et la Toussaint, comme chacun sait, c’est la fête des morts. Quoi ? comment ça, non ? Tss, tss ! arrête de faire ton prétentieux une minute et mets-toi un peu au niveau du monde qui t’entoure. 1er novembre, 2 novembre, franchement c’est la même chose ! Et ne viens pas me dire que c’est là un signe de la déchristianisation de notre société. La confusion est bien plus ancienne que ça (ne commence pas à trépigner : tu penses bien que si j’avance un truc pareil je suis en mesure de le prouver). Pour te dire, elle date même d’avant le Concile, d’avant Mgr Lefebvre, d’avant Benoît XVI… comme quoi !

Bon, bref. On en reparlera (ou pas).

Et attendant, pense à aller acheter tes chrysanthèmes et songe à tous ces défunts qui seront visités ces jours-ci… et pourquoi pas, aussi, à tous ceux que personne n’ira voir. Avant de partir en week-end, goûte à cette douce poésie des Actualités françaises de 1946 :

« Vers les cimetières, comme chaque année, la Toussaint nous a ramenés,

Mais tous les coins de terre où dorment les morts de notre sang ne seront pas fleuris.

Vous ne serez pas fleuris, petits cimetières abandonnés dans les campagnes perdues,

Pauvres tombes oubliées des hommes,

Où, sous la ronce et l’herbe folle, s’effrite un nom qui fut vivant… »

*

On aurait presque envie de l’apprendre et de le réciter… Si les reportages d’aujourd’hui pouvaient avoir autant de charme, je passerais décidément ma vie devant la télé ! La suite est tout aussi savoureuse ; je te laisse la découvrir par un petit clic sur ce lien. Il y a même, pour les amateurs, une petite touche de patriotisme au romantisme délicieux.

Et allez, on répète après moi : « Vers les cimetières, comme chaque année, la Toussaint nous a ramenés… »

Publicités

20 réflexions sur “Vers les cimetières, comme chaque année…

  1. à la vue de ce reportage et de ces tombes oubliées me vient forcément la réplique du mexicain:
    « Je suis revenu pour caner ici, et pour me faire enterrer à Pantin avec mes vioques. Les Amériques c’est chouette pour y prendre du carbure. On peut y vivre, aussi, à la rigueur. Mais question de laisser ses os, hein, y’a que la France ! »

  2. donc si je retiens bien :
    la toussaint, c’est le jour des mort
    le 25 décembre, c’est le jour du père noël
    le 6 janvier c’est le jour de la galette
    paques, c’est le jour des cloches et du chocolat (suivit des vacances de printemps)
    mardi gras, c’est le début des semaines de carnaval
    le mois de Mai, c’est le mois…des ponts
    Le 15 août, c’est le pont…du 15 août

    heureusement qu’on a encore des jours fériés pour feter Saint Camille de Lellis le 14 juillet, Saint Désiré le 8 mai et Saint Martin le 11 novembre

  3. Je ne saurais te donner tort. Cela fait XX années que je m’entends rétorquer, quand je précise que je suis né le jour des défunts (j’aime bien la contradiction, c’est comme ça) :
    « Ben non, les Morts, c’est le 1er novembre ! »

    Et encore, il y a peu, on confondait avec le 31 octobre (le bidule festif américano-païen)…

    PS : l’avatar n’a RIEN à voir avec le 2 novembre, je ne suis pas un gothique ;)

    PS2 : notre société aime bien confondre les morts et les saints. Regardez Georges Frêche ;)

  4. Chouette reportage, qui m’a fait revoir (très brièvement) quelques lieux familiers d’un moine soldat… merci.

  5. @ David : Ce Mexicain est décidément un saint homme… Et je sais pas pourquoi, mais j’étais sûr que ce genre de billet allait te faire rappliquer fissa ! :-p

    @ FX : T’as tout compris. C’est fou quand même d’avoir deux jours fériés à connotation religieuse dans un payslaïc (TM).

    @ Goéland : Mince ! toi aussi t’as remarqué les relents colonialistes de ce reportage ? Tu crois que je risque d’être catalogué dans la « fachosphère » pour l’avoir publié ici ?

    @ Henry le Barde : Bon, à la décharge de notre société, on lui reconnaîtra quand même que comme c’est plus facile d’aller sur une tombe un jour férié – surtout quand elle est loin de chez soi – le raccourci était quand même assez facile. On peut penser que c’est regrettable, mais pour ma part je suis aussi de ceux qui vont visiter leurs mots le 1er novembre, tout simplement parce que le 2 je ne peux pas !

    @ Daniel : Ah oui, j’aurais pu penser à toi en le publiant, effectivement… Ce qui m’amuse, c’est que ces images y sont placées presque innocemment, sans insistance particulière. A l’époque, on devait pouvoir !

  6. Bah… j’espère simplement que la « contraction » est juste, et que, le 1er novembre, nous fêtons exactement les mêmes personnes pour lesquelles nous prions le 2 novembre – et pourquoi prions-nous, sinon pour qu’elles soient fêtées le 1er ???

  7. Bon l’ami ! la Toussaint est une des plus belles fêtes du calendrier liturgique !
    C’est à cette occasion que l’on célèbre la longuue cohorte de ceuw qui nous ont précédé dans à la suite du Christ !

    La fête des morts c’est autres choses nous prions pour tous ls défunts y compris ceux qui n’ont pas embrasser le Christ avant de mourrir !

    Mais bon tu sais très bien pourquoi je réponds à ton billet, c’est avant que tu ne la fasses : « C’est ma fête » !

  8. On pourrait leur faire remarquer que, peut-être (!) un jour le 1° novembre pourrait coïncider avec le jour de commémoration de tous les défunts… D’ici là il y a encore du pain sur la planche pour conduire ceux qui marchent plus ou moins péniblement sur la terre vers le chemin de la sainteté. Il ne faut pas désespérer.

  9. @Edmond
    Je pense qu’on est nombreux dans ton cas. Et que ce n’est pas sans conséquence sur la confusion que tu as relevée initialement et sur laquelle j’ironisais à mon tour.
    Mon PS à propos de Freche était d’un autre ordre (car cette sainteté est plutôt d’ordre médiatique en l’occurrence)…

    @Vianney
    Remarque très juste…

  10. Ben oui, confusion. Mais je plussoie Vianney et Edmond : moi aussi j’irai au cimetière lundi, parce que mardi je vais bosser, et la contraction ne me fait pas plus que ça hérisser le poil, parce que nous sommes tous appelés à être saints… Non ?

  11. Merci d’avoir partagé avec nous ce reportage!
    J’adore flâner sur le site de l’INA, c’est très bien fait, et ce travail de compilation était d’une nécessité absolue.

  12. J’en profite pour faire remarquer que le 2 novembre est le jour de prière pour les fidèles défunts… qu’on puisse l’étendre à tous les défunts, moi je veux bien, mais ce sont d’abord les fidèles défunts !

  13. @ Ske[epy – ndlr] : J’aime ces effets… Et ces titrailles… Et ces sautes de son… Et ces musiques qui déraillent… (etc.)

    @ Frantz : Mais oui je pense à toi, mon petit Paco ! ;-) J’ai même failli faire une allusion dans le billet, et puis j’ai renoncé parce que c’était vraiment trop private.

    @ Tigreek : Oui, enfin cela dit, c’est pas mal aussi de se rappeler du vrai sens des fêtes. Parce qu’en l’occurrence, dans l’affaire, on aurait tendance à oublier complètement les saints (et du coup le rappel de notre appel à la sainteté) pour ne célébrer que les défunts. Et c’est quand même dommage… on y perd au passage.

    @u Chafouin : J’aime bien aussi m’y balader un peu. Surtout quand on peut en rapporter une jolie pépite comme celle-là.

  14. Le meilleur moment de chauvinisme revanchard : quand le reportage appelle la Sarre (département français de 1801 à 1815, sous protectorat français de 1919 à 1935 puis à nouveau occupée par la France depuis 1945) « une vieille province française ». Profitez-en bien les gars pasque d’ici un an (1947) la Sarre devient un Etat indépendant sous protectorat français et en 1957 elle redevient allemande. Encore une fois. Très intéressant de voir qu’on espérait sérieusement la garder cette fois.

    Un héritage historique de cette glorieuse époque : le site officiel du Saarland existe en version française (http://www.saarland.de/SID-3E724395-519B8F0C/francais.htm (non je ne suis pas payé par l’Office du Tourisme de Sarre)) !

    Merci beaucoup pour ce reportage ! Ca me rappelle Le Viager…

  15. Abonnée à l’internet petite vitesse, je n’ai pas pu voir le reportage. Je me pose des questions: Y a-t-il une suite au poème? Qui en est l’auteur?
    Merci de me renseigner.

  16. Chez nous, ce n’est pas férié le 1er novembre… donc, le cimetière, on y va quand on peut, mais pas forcément le 1er ou le 2 novembre.

  17. Quouwah?!?! vous avez même pas demandé une indulgence plénière pour TOUS les gens de votre famille durant les 372 jours qu’a durée l’année du Jubilé!?!? Ah ben tant pis pour vous si vous êtes obligés de poser une RTT le 2 pour aller visiter vos défunts fidèles qui pleurent toutes les larmes de leur… enfin bref… au purgatoire. c’est malin, tiens.

    allez, je vous donne une info: pour les défunts, vous pouvez demander une indulgence plénière tous les jours des années normales aussi (30 mn de prière dans une Eglise, ave, pater, Credo, communion, confession dans le mois, et prière aux intentions du Pape): vous avez jusqu’à demain soir. ou lundi aussi, finalement. ça vous laisse deux jours pour les malfrats de votre famille et vous pourrez aller apporter vos fleurs le 1° sans culpabiliser.

    (le 2, demandez une autre indulgence pour le troisième sérial killer de votre lignée, c’est sa fête, après tout!)

  18. @ Do : j’insiste, mais après tout, j’ai pris le pli au baptême que je viens de célébrer d’être relou’ : c’est sa fête, (au quoi ? au serial killer ! … au quoi ?) au serial killer de votre lignée, s’il a été baptisé et qu’il est un fidèle du Christ !

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s