Lettre démotivation

Mais dites...

Cher Monsieur,

Par hasard je suis récemment tombé sur l’une des annonces que vous avez fait paraître un peu partout ces dernières années. On y lisait notamment que vous étiez à la recherche de saints pour enflammer le monde du XXIe siècle, et que toute candidature serait étudiée par vos services. C’est pourquoi j’ai décidé, après mûre réflexion, de vous écrire.

Je serai clair avec vous : je n’ai strictement aucune des qualités requises.

J’imagine d’ailleurs que cela ne vous surprendra pas, tant le profil que vous recherchez est exigeant. Il faut voir un peu les modèles que vous affichez en galerie (façon « l’envoyé du mois ») pour comprendre que rien n’est accessible. Soyons sérieux deux minutes. Ou une vie entière. Ce n’est pas vraiment réaliste. Et puis, d’ailleurs : je n’ai ni les connaissances, ni les compétences, ni la motivation des personnes ayant précédemment exercé ce type de fonction. Alors bon…

Depuis ma plus tendre enfance (et Dieu sait laissez-moi vous dire qu’elle le fut, tendre… sans doute même un peu trop), je suis incapable de faire preuve de réelle persévérance dans ce que j’entreprends. Ce n’est même pas ma faute : chaque fois que je commence un projet, je l’abandonne presque aussitôt. C’est qu’une autre proposition plus alléchante se présente à moi (quelle idée aussi d’avoir truffé ce monde de si nombreuses tentations) ou que ma raison me rappelle à l’ordre pour me faire comprendre à quel point l’objectif que je me suis fixé est hors d’atteinte. Et je ne cesse ensuite d’avancer-reculer, sans parvenir à me fixer sur ce que je fais. Dissipé ? étourdi ? Oui. Je n’ai aucun courage face aux épreuves et préfère généralement abandonner. C’est comme ça.

Ce manque de constance est évidemment lié à mon caractère, vous vous en doutez, car je ne présente absolument aucune forme de générosité. Aucune. Mon naturel est clairement intéressé : tantôt pingre, tantôt cupide, toujours calculateur. N’attendez pas de moi que je fasse davantage que ce qui peut directement me servir ou améliorer mon bien-être. D’un autre côté, s’il faut attendre des autres (je les ai observés attentivement : ils sont comme moi) qu’ils me viennent en aide, plusieurs hivers passeront sur ma tête. Qui est pour moi si je ne le suis pas démesurément ? Je suis sûr que vous comprenez, au fond.

En outre, je ne suis pas discipliné. Pas plus qu’un autre, j’entends : c’est une qualité assez partagée par mes concitoyens, à vrai dire. J’ai horreur qu’on me dise ce que je dois faire : je ne reçois d’ordre de personne et j’estime être suffisamment intelligent pour déterminer par moi-même ce qui est bon pour moi et pour les autres. Après tout, j’ai quand même été doté d’un cerveau pas trop mal dégourdi ! A quoi bon si c’est pour abdiquer devant la raison d’un Autre ? Non, vraiment : je préfère tout décider par moi-même et me plaindre du reste.

En résumé : je suis lâche, maladroit, dissipé et pleurnichard. Rien de ce que vous recherchez, de toute évidence. C’est pourquoi j’ai l’honneur de ne pas vous adresser ma candidature.

Admettez d’ailleurs que les perspectives de carrière que vous proposez ne sont guère enthousiasmantes. Pas de promotion ni d’ascension possible ; au contraire, une diminution croissante doublée d’une descente dans l’échelle sociale. Aucune augmentation envisageable, si on excepte celle – constante – du temps de travail. Zéro avantage matériel à espérer en lien avec la fonction (si on peut parler de fonction, d’ailleurs, tant le sentiment d’inutilité croît avec le temps). Pas de protection sociale, pas de congés, pas de retraite. Ah si, tout de même, j’allais oublier : vous offrez une vague assurance vie. La belle affaire !

Dans l’attente de votre réponse négative, je vous prie donc de croire, Monsieur, en ma considération la plus mal assurée.

MOI.

*

Commentaire ajouté manuellement par la Personne ayant traité le dossier :

« Excellent profil.

Juste trop bête pour s’en apercevoir.

Avis favorable. »

Publicités

29 réflexions sur “Lettre démotivation

  1. LoOoL
    je suis à terre a force de rire^^
    en même temps le fait que je soit justement en train d’essayer d’écrire une lettre de motivation pour un stage y joue peut être^^

    ah oui et preum’s^^

    encore merci pour ces fous rire clair et joyeux^^
    Amblonyx

  2. @ edmondprochain.
    Je ne vous connaîs que par ce blog, mais je trouve que votre lettre de démotivation ne vous ressemble pas, ne serait-ce que par l’existence même de ce blog, signe de votre perséverance bien réelle (contrairement à ce que vous semblez dire)…

  3. quelle tristesse que cette lettre….. je n’approuve pas.
    heureusement tout le monde n’est pas comme vous: j’en suis une preuve (parmi d’autres, je vous le confirme).
    et bon courage pour vivre cette pauvre vie sans espoir, ni idéal, ni panache, ni bien d’autres choses encore ,que vous vous destinez.
    Vous semblez avoir le sens de l’humour: que cette ironie ne vous conduise pas au même malheur que Voltaire!

  4. Dites, les gens (pas tous, juste ceux qui se désolent pour moi) : vous avez lu la chute du billet, ou pas ? Faut aller jusqu’au bout, sinon ça compte pas !
    Vous n’avez pas envie, aussi, de demander un petit peu de second degré pour Noël, par hasard ? ;-)

    Bisous mes agneaux !
    Vous en faites pas trop non plus pour moi.

  5. Mais…. il me semble que la seule compétence attendue soit la Charité. Sinon, tu ne seras effectivement qu’un cymbale lâche, maladroite, dissipée et pleurnicharde. Comme disait en substance Marthe, vous ne pouvez être saint à moitié : ou vous l’êtes totalement ou vous ne le serez pas du tout…

  6. Merci pour ce fou-rire !!

    et puis c’est tellement vrai…quand on voit les « profils » qui nous ont précédés, il est très tentant de baisser les bras en se disant qu’on ne sera jamais à la hauteur.

    Heureusement que les RH sont open là-hauts !

  7. Oui, alors franchement je trouve que c’est mal de se vanter d’être un lâche, maladroit, dissipé et pleurnichard. Tu ira en enfer pour ça : pour toi, ce sera un lieu d’éternité où personne ne comprendra rien à ton humour.

  8. Nooon, Edmond, je t’en prie, éloigne toi de cette fenêtre ! :)
    Bon, trêve de plaisanterie, c’est vrai que c’est toujours plus facile de se trouver de fausses excuses que d’agir. Et puis, moi ça me fait penser à l’histoire des cruches fêlées. C’est souvent par nos faiblesses que Dieu peut nous atteindre, et que l’on peut porter du fruit.

  9. Les profils précédents ne sont pas non plus aussi parfaits qu’ils en ont l’air… tes BD du dimanche nous le montrent bien assez souvent !
    Très bon, surtout la chute ! Maintenant, y’a plus qu’à…

  10. Et en parfait DRH, Jésus dit alors : « …., je reviens vers vous » (Ev. Jn 14-18 .. hum)!

  11. Moi j’ai déjà les 18 premiers degrés de l’humour, mais je vais demandé le 19ème degrés pour noël.

  12. Une pause drôlissime entre deux paquets de copies beaucoup moins drôles: merci Edmond, en cette fin de trimestre glaciale, vous êtes un vrai Saint!

  13. « Juste trop bête pour s’en apercevoir ».

    Je suis mort de rire.

    Plus drôle sera la chute!

  14. M… alors, je suis paresseuse, pleureuse, superficielle, futile, j’ai du mal à être fidèle, je n’ai aucun goût pour le martyre, le témoignage… sont capables de vouloir de moi quand même la haut.
    Et sinon Edmond, tu leur réponds personnellement aux gens qui s’inquiètent réellement sur ton sort?

  15. j’ai ripé ..
    vraiment très bon, on devrait tous relire la chute de temps en temps quand on manque de peps …

  16. Très très bon, c’est un peut nous tous, on se dit: « non Jésus, pas moi, regarde à coté, il est charitable, sympa et en plus il a la classe… allez Jesus, fait un p’tit effort, choisi le…s’il te plaît!!! » Mais c’est vrai que j’ai regardé des CV de plusieurs saint, finalement, ils sont pas tant rempli que sa avant la prise de fonction…c’est au bout de quelque jour, et la on est or course. par contre au niveau emploie du temps, je doit être limite, c’est juste… (juste) pas les bonnes activités (se devrait être prière, pénitence…)
    Bref, en jargon, ya du taff, c’est hard mais bon, il parait que l’autre là haut il est Open.

  17. @ ManuTop : Mais la charité faisait partie des critères évoqués dans ce billet… j’ai juste évité de trop l’encoder catho et j’ai appelé ça « générosité ».

    @ Pneumatis : Alors on s’reverra en enfer ! (Ceci était un hommage au regretté Irvin Kerschner. Comprenne qui pourra.)

    @ MD : J’adore ce commentaire ! :-D Je voulais juste te le dire.

    @ Corine : Un saint, moi ? N’exagérons rien non plus… Je ne dis pas que la perspective ne m’intéresse pas, mais j’ai suffisamment de critères objectifs en ma possession pour savoir que le chemin va encore être un peu long. D’un autre côté, c’est moins la destination que le chemin qui compte, donc ce n’est pas non plus nécessairement une mauvaise nouvelle ! ;-)

    @ Mad : Non, je ne leur répond pas personnellement. Ils n’ont qu’à apprendre à lire !!

  18. @Edmond: Alors c’est cadeau, histoire de te remercier de tous ces billets d’humeur et d’humour.

  19. Edmond, je découvre ce blog et j’adore tout ! Ton texte et les commentaire. Un grand merci !

  20. Edmond, tes billets tombent toujours au bon moment. Heureusement il y a un Dieu pour les quiches.
    Il parait qu’un jour, Mère Teresa faisait part à un évêque de son appel à quitter les sœurs de Lorette et à fonder un ordre de religieuses. L’évêque se serait souvenu d’elle, il l’avait peut-être déjà rencontrée auparavant: « Elle ne savait même pas allumer un cierge! » selon les dires du prélat.

    Je ne suis pas encore saint au point de ne pas savoir faire ça. Mais je chemine.

  21. Merci Edmond pour cette lettre. C’est tellement vrai et en même temps ça redonne courage ! Avis favorable !

  22. oh, j’en profite pour linker cette belle méditation de Daniel Ange sur Toussaint, que je n’aurais jamais cru trouver sur le net, mais si :
    « La fête des paumés d’aujourd’hui  »

    http://prodeo.over-blog.com/220-index.html
    (aller jusqu’au chapitre  » MÉDITATION  » , ça vaut le voyage!!)

    et bon [a]vent.

  23. Quel Saint ce Edmond !!! Oui quel exemple pour nous tous qui sommes là sur le bord du chemin à regarder ceux qui passent devant nous qui se flagèlent alors qu’ils sont Saints mais ils se voient pauvres et pêcheurs ce qu’ils sont comparés à Dieu mais pour Dieu ils sont « Excellent profil. Juste trop bête pour s’en apercevoir. »

    Bon maintenant soyons sérieux ! Edmond il est pas Saint ça se saurait et il se cacherait pas derrière un pseudo ridicule !
    Edmond ? Il sait juste bien écrire et me faire me marrer comme une baleine ! (ma fille de 4ans et demi me rappellerai alors qu’une baleine ça rigole pas)

    Mais en fait j’ai encore plus rigolé en lisant les commentaires…

    Edmond ! Merci, Bravo et surtout t’arrêtes pas ! (même pour m’en coller une !)

    Ton fidèle et dévoué

  24. Je savoure la chute, et je prends une bonne leçon au passage. Le blog d’Edmond Prochain ou blog d’éducation spirituelle pédagogique et ludique. Anyway, très bon billet =)

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s