Le retour de la momie

Bédés

Bon cinquième dimanche de carême ! Les lectures du jour, c’est par là (ou en Jn. 11, 1-45)…

Bédé réalisée grâce à StripGenerator (et un peu Ma Pomme, aussi).
Publicités

17 réflexions sur “Le retour de la momie

  1. AAAAAAAAAAAAAAHHHHH, mais en fait, c’ets pour ça. JEAN, chapitre 12:
    Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, celui qu’il avait ressuscité d’entre les morts.
    02 On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était avec Jésus parmi les convives.
    03 Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie par l’odeur du parfum.

  2. Ouais, ben n’empêche que la Marie, elle a dû sacrément regretter d’avoir gâché tout son parfum sur les pieds de Jésus… parce qu’au moment de la résurrection de son frère, ça aurait sans doute pas été du luxe !

  3. bon, ici aussi, vous faites dans le gore?
    vous voulez une place pour les expos contemporaines, c’est ça?

  4. Donc normal qu’elles ne soient pas en odeur de sainteté ces histoires de résurrection…

  5. je relis ta réaction et je me permets d’insister. Marie répand le parfum APRES la résurrection de Lazare, alors qu’ils sont tous à un mariage… et l’odeur (du parfum) se répandit dans toute la pièce. Elle l’a donc bien gardé pour ça: (chapitre 11 vs Chapitre 12 de Saint Jean, mon ami)

  6. Est-ce que quelqu’un sait pourquoi  » Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) dit aux autres disciples : « Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui ! »  » ??!
    C’est carrément zarbi comme réflexion, y a forcément un truc qui m’échappe… ;-)
    Du coup, o-bli-gée de suivre l’homélie en espérant que le prêtre nous en touche deux mots, mais il a esquivé la difficulté, tsssh-tsssh…
    (« Oooouais, les copains, allons tous mourir !! Youpiiii ! »…)

  7. @Trottinette : C’est simplement une magnifique illustration de la personnalité de l’apôtre Thomas : pragmatique, vaguement désabusé, voire cynique et en même temps extrêmement courageux et méga-classe. En gros, il est l’équivalent de John McClane (dans la série « Die Hard ») parmi les apôtres.

    Je m’explique : Jésus annonce aux apôtres qu’il veut aller auprès de Lazare et, par conséquent, qu’il va « revenir en Judée ». Les disciples lui font remarquer que les Juifs (c’est à dire certains leaders juifs) ont cherché à le lapider en Judée, encore tout récemment. Jésus leur répond de façon cryptique qu’il s’en fiche qu’il va quand même revenir en Judée parce que Lazare est mort. A ce moment là, tous les apôtres pensent que Jésus vient de signer son arrêt de mort, que dès qu’il sera de retour en Judée, les chefs des Juifs le feront lapider. Ils ont donc 3 options : 1) essayer de convaincre Jésus de pas y retourner (mais on sait les taux de réussite assez faible en matière de « convaincre Jésus de ne pas faire un truc dingue ») ; 2) l’abandonner et le laisser se faire lapider tout seul ; 3) aller avec lui, ce qui comporte le risque très fort qu’eux aussi se feront lapider, en tant que disciples de Jésus.

    C’est cette dernière option que Thomas choisit et conseille aux apôtres en la formulant de façon extrêmement claire, sans le moindre artifice, ce qui a sans doute pour résultat de convaincre les moins courageux, qui auraient eu honte de ne pas se montrer aussi brave que Thomas : « Allons y nous aussi, pour mourir avec lui ! ».

    Thomas montre ainsi son caractère pessimiste (« Jésus est complètement fou, il a se faire tuer, et nous aussi si on y va ») et en même temps son courage et sa fidélité envers Jésus (« On va tous mourir si on le suit, mais l’autre option (abandonner Jésus) est bien pire »). Classe.

    En passant, dans la série « Lost », Ben fait remarquer que l’apôtre Thomas est mentionné en gros 2 fois dans les Evangiles : la première fois dans cet épisode, la deuxième fois dans l’épisode où il refuse de croire à la Résurrection de Jésus. Or, tout le monde ne connaît que le 2ème épisode qui le montre de façon assez négative comme un sceptique manquant de foi, qui refuse de croire ses amis. Mais tout le monde oublie le premier épisode qui le présente de façon extrêmement positive, comme courageux, fidèle envers Jésus et capable de balancer des répliques dignes de films d’Hollywood. C’est peut être bien le moment où un apôtre autre que Jean au pied de la croix est présenté de la façon la plus positive dans les 4 Evangiles : généralement, quand les apôtres sont décrits dans les Evangiles, ils sont en train de dire des c… des bêtises (Pierre), de demander à être co-vice-Présidents du Royaume des Cieux (Jacques et Jean), de voler dans la caisse (Judas), de se disputer pour savoir qui est le plus grand (tous ensemble), etc. Là, on a un exemple de fidélité et de courage de la part d’un apôtre, et tout le monde l’a oublié. Pauvre Thomas.

  8. Sans être théologien, je dirais que l’Evangile de Jean est paradoxal dans le sens où il est rempli de longs discours extrêmement riches spirituellement et en parallèle truffé de petits détails de prime abord insignifiants : la piscine de Bézatha a 5 colonnades, les 5 pains du départ de la multiplication sont des pains d’orge.
    Bref, dans cette optique, Jean dresse aussi un tableau du caractère des autres Apôtres, ce qui est utile pour l’iconographie de ces derniers car on ne trouve pas beaucoup de paroles de leur part ailleurs.

    Dans ce cas, pour Thomas, c’est quand même un caractère bien entier, qui n’hésite pas à formuler ses doutes puis sa foi (Jn 20,24-28) ou son incompréhension. C’est quand même à cause de lui quelque part que Jésus est amené à déclarer qu’il est le Chemin et la Vérité! (Jn 14,5-6). La tradition veut qu’il se soit rendu jusqu’en Inde pour évangéliser, il ne fait pas les choses à moitié!

    Dans l’évangile de dimanche dernier, il est clair que, sur le plan de la sécurité, Jésus est en danger. Dans les chapitres 8 à 10 il risque d’être lapidé, arrêté. Il se cache d’ailleurs (8,59).

    Bref, pas de doute, pour une certaine faction, c’est un homme déplaisant et sa disparition les arrangerait bien.

    Monter à Jérusalem, c’est donc aller au-devant de graves ennuis (d’ailleurs la suite du récit donnera raison à Thomas). Donc, à moins qu’il ne s’agisse d’un trait d’humour juif (pas forcément exclu), il faut du courage pour suivre Jésus à ce moment. D’où la réflexion de Thomas, bien entière : allons-y, nous aussi, suivons-le jusqu’au bout, même si c’est pour se faire lapider / arrêter.

  9. @ Trottinette : Ce qui m’amuse dans ta question, c’est que nous avons déjà eu, toi et moi, cette conversation… il y a quelques années.
    Ce n’est pas spécialement une réflexion de tête-brûlée, mais plutôt la remarque assez logique d’un apôtre particulièrement courageux, qui n’hésite pas à prendre des risques. C’est d’ailleurs l’une des interprétations qu’on mentionne parfois pour expliquer la raison de son absence quand les autres apôtres verront le Christ ressuscité : on retient essentiellement le fait qu’il refuse d’abord de croire, mais on sait aussi que tous s’étaient enfermés par peur « des juifs »… qu’est-ce qu’il faisait donc dehors, alors, Thomas ? A priori, il devait avoir moins peur que les autres, puisqu’il n’était pas enfermé avec eux…

    En tout cas, cette sortie tonitruante est une des raisons qui font que c’est un de mes « personnages » préférés de l’évangile. Il est lucide, mais il refuse d’abandonner Jésus.
    Comme l’a dit jean316, c’est classe.

  10. @ Charles-Marie et @ jean316 : merci pour vos explications, ça m’éclaire vraiment ! :-) Je savais bien que Thomas était téméraire, puisqu’il est le seul sorti quand les autres se cachent…
    @ Edmond : Oui, oui, on avait parlé de Thomas, je m’en souviens fort bien, mais pas de cet épisode précisément !

    Bon, maintenant, les gars, je vous fais un aveu : je n’avais pas du tout compris le texte comme ça !! Je pensais que Thomas voulait mourir avec Lazare ! Bah oui, quoi : la dernière personne morte dont nous parle Jean dans son évangile, c’est Lazare (le dernier « lui », une ligne au-dessus)… Alors je me disais : Thomas veut aller choper les microbes de Lazare, et que tous les apôtres meurent ENSEMBLE d’une bonne vieille épidémie collective (ce qui est le propre de l’épidémie – d’être collective, j’entends)… D’où ma perplexitude.

    Promis, je suis peut-être une souris blanche, mais j’ai pas un poil blond… :-p
    (Nan, mais d’abord-euh, c’est la faute à Saint Jean ! Il avait qu’à être plus clair, na !)

  11. Bon. O.K. Ed. En plus de comprendre le texte au pied de la lettre, j’ai autant de mémoire qu’un poisson rouge…
    Je crois que ce coup-ci, je n’oublierai plus !
    ^^

  12. Merci pour cette vision d’un Thomas, « pessimiste » oui peut-être mais dans le sens « optimiste qui a tout compris »
    Merci Edmond de susciter ces excellents échanges, du coup mon bureau a ajouté une pile avec les Ecritures!!!

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s