Mt. 17, 22-27 : Eviter d’être une occasion de chute

Mais dites...

A la demande du mensuel Il est vivant, j’ai accepté de signer quelques petites méditations sur les évangiles de cette semaine. Jusqu’ici, ce sont des prêtres et des consacrés qui ont toujours écrit ces brefs commentaires : j’ai donc l’honneur étonnant d’être le premier laïc ordinaire à griffonner ces très courts (et fort modestes) textes, qui ont été intégrés dans le « Supplément prière » du magazine. Et l’équipe a bien voulu me laisser les reproduire ici aussi.

C’est une micro-expérience étonnante que de se plonger au cœur d’une semaine liturgique et de « gratter » la Parole de Dieu dans l’espoir d’y trouver une ou deux pistes pour aider des personnes à prier ou à méditer. Je n’aurai pas l’inélégance de me prendre pour un exégète, même pas la prétention d’avoir produit des interprétations indiscutables. Mais si ça pouvait aider un peu quelques personnes, alors pourquoi pas… Pour ma part, j’ai trouvé cet exercice très enrichissant.

Le commentaire ne porte pas sur l’ensemble du passage, mais seulement sur les mots en gras (c’est le concept adopté par Il est vivant pour ses méditation quotidiennes – et, soit dit en passant, je trouve ça super intéressant, car ça peut ouvrir d’autres perspectives).

*

Mt. 17, 22-27

Comme Jésus et les disciples étaient réunis en Galilée, il leur dit : « Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes ;
ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. » Et ils furent profondément attristés.
Comme ils arrivaient à Capharnaüm, ceux qui perçoivent les deux drachmes pour le Temple vinrent trouver Pierre et lui dirent : « Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas ? »
Il répondit : « Oui. » Quand Pierre entra dans la maison, Jésus prit la parole le premier : « Simon, quel est ton avis ? Les rois de la terre, sur qui perçoivent-ils les taxes ou l’impôt ? Sur leurs fils, ou sur les autres personnes ? »
Pierre lui répondit : « Sur les autres. » Et Jésus reprit : « Donc, les fils sont libres.
Mais il faut éviter d’être pour les gens une occasion de chute : va donc jusqu’au lac, jette l’hameçon, et saisis le premier poisson qui mordra ; ouvre-lui la bouche, et tu y trouveras une pièce de quatre drachmes. Prends-la, tu la donneras pour toi et pour moi. »

*

« Eviter d’être une occasion de chute »

Toujours cette préoccupation de l’exemplarité, chez le Christ… La règle qu’on lui présente aurait beau être abusive, il aurait beau ne pas avoir à s’y soumettre, les conséquences négatives d’une opposition de sa part seraient bien plus graves que de se plier à la loi. Même pour montrer qui il est réellement, Jésus ne veut pas risquer de choquer les petits. Par là, il rappelle que le commandement de l’amour du prochain est « semblable » à celui du respect dû à Dieu. Personne ne peut se croire au-dessus de cette loi.

Publicités

3 réflexions sur “Mt. 17, 22-27 : Eviter d’être une occasion de chute

  1. Ben, ils sont où les dessins ???
    Blague à part, pour une première médiation ‘tomber’ sur ce verset de l’Evangile, çà doit mettre la pression ?

  2. Mon illustre évèque (Hippolyte) nous disait que
    « ce n’est pas par des miracles, que Jésus a montré sa divinité,
    mais par la qualité de son humanité. »
    …de quoi nous faire réfléchir, en effet.

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s