Yet, AD/BC rocks!

Médias, News

Ou comment, à force de parler dans les angles, on finit par déconner dans les coins.

En l’occurrence, dans le coin de la classe, là où l’on envoie les éléments perturbateurs ou indésirables. La zone fantôme. Le goulp. Le commissariat de Colombes. Le coin, donc. Celui dans lequel les Anglais ont l’air de vouloir assigner le Christ désormais, pour quelques raisons plus ou moins obscures. On leur reconnaîtra que réussir à se mettre dedans en tentant de mettre quelqu’un dehors, c’est une idée qui finit par créer des phrases à la fois évidentes et incompréhensibles ; c’est-à-dire très anglaises. Mais je m’égare.

Tout a donc commencé il y a quelques semaines avec l’interdiction d’une publicité qui représentait le Christ dans le but d’annoncer la Résurrection de vendre des téléphones. On y voyait un christ souriant, pouce levé et clin d’œil appuyé, vanter les mérites d’« offres miraculeuses ». Rien que du bon goût.

A noter quand même que la pub – qui reprenait la représentation bien connue du « Buddy Christ » dans le film Dogma – a été diffusée en avril, mais interdite seulement en septembre. C’est dire déjà si ça valait le coup de se secouer les abats pour ça…!

C’est pas passé loin : au moment de cette interdiction, j’ai déjà failli consacrer un billet à la question. Parce que j’avoue ne pas totalement comprendre la nécessité de cette décision. On a déjà vu des pubs bien plus insultantes, bien plus équivoques pour les chrétiens. Là, il y a évidemment un jeu avec un symbole détourné pour de basses raisons commerciales, mais je doute sincèrement que la marque à l’origine de cette bouse picturale (appelons malgré tout les choses par leur nom) ait tablé un seul instant sur la polémique pour faire du buzz sur le dos des croyants. Ce qui est loin d’être la cas de la plupart des autres campagnes surfant sur un motif religieux. Ici, c’est probablement juste le côté « fun & pun » qui a primé. Je veux bien que quelques personnes aient protesté, mais ça n’a pas non plus dû soulever un tollé sans précédent… Alors pourquoi s’appliquer à l’interdire, alors que tant d’autres représentations bien plus gênantes sont laissées régulièrement libres de s’afficher un peu partout ?

Franchement, la seule insulte qu’on peut voir ici, c’est une insulte à l’intelligence… Et certes, ça, c’était éventuellement une raison valable de dégager cette pub. Sauf qu’à ce compte, presque toutes les campagnes d’affichage devraient craindre pour leurs miches.

Bref. Devant le peu d’intérêt du sujet, j’avais finalement opté pour une manifestation silencieuse de ma précieuse indifférence. (Oui, parce que mon indifférence est précieuse, et je t’emmerde.)

Intermède : toi aussi découvre la pub en question et trouve-la pourrie.

Mais voilà : il faut croire que ces cons les Anglois voulaient absolument qu’on parle d’eux, et n’ont donc pas lésiné sur les moyens pour montrer à quel point Jésus n’était plus tellement le bienvenu chez eux. Même que c’est par la voix de la BBC qu’ils ont désormais décidé de saborder l’usage du BC (« Before Christ », par opposition à AD : « Anno Domini ») dans ses usages de datation. Initiative intéressante s’il en est, et tout particulièrement urgente à l’heure où la crise économique, comme jadis l’hiver, vient frapper à notre porte.

Nous y voilà donc : plutôt que de faire référence à un juif fondateur du catholicisme et considéré comme prophète par les musulmans – ce qui est, certes, objectivement excluant pour les hindous et les raëliens – la BBC a décrété que désormais on se repèrerait sur ses antennes par l’expression « avant l’ère commune / de l’ère commune » (« before the common era / common era »). Hugues Serraf, qui soutient assez bien le procès en fondamentalisme chrétien, et Henry le Barde, qui a un nom à la con mais est en revanche assez catholique lui-même (quoique barbu), ont bien souligné l’absurdité de cette avancée essentielle dans le domaine du politiquement correct. Effectivement, sous couvert de ne plus ériger le christianisme en référence pour nos sociétés, on décrète simplement que le calendrier occidental doit être considéré comme « commun », c’est-à-dire quasi universel. C’est vrai, c’est mieux. Beaucoup mieux.

(Je m’étonne seulement que mes deux compères blogueurs aient répercuté une même traduction foireuse qui m’a fait moi-même hurler encore plus fort dans mon petto et un premier temps : « avant / après l’ère commune ». Là, l’absurde n’avait plus de limite, dans la mesure où une ère est une période, une durée… à l’inverse du Christ qui – si son enseignement a pu être appelé à durer lui-même – représente plutôt un moment, une date, en tout cas pour sa naissance. L’ère commune à laquelle ces brillants linguistes voudraient faire référence, nous sommes donc en plein dedans. Ou alors c’est moi qui suis une buse. Ce qui est aussi une possibilité, bien qu’elle n’ait pas ma préférence a priori.) (Ceci constituant une longue parenthèse.)

Mais qu’importe. Il n’est certainement pas question d’aller abonder dans un « Messieurs les Anglais, triez les premiers ». Ce ménage au cœur de nos repères historique, sous ses airs d’universalisme, a quelque chose de profondément affligeant. Peut-on vraiment y voir davantage qu’une politique de l’autruche culturelle, comme si ne plus voir le christianisme allait définitivement émanciper une société de l’obscurantisme dans lequel elle croit avoir baigné ? Désolé les gars, mais il faut vous y faire : si vraiment vous avez trempé dans la fosse à purin, comme vous semblez le croire, vous risquez de sentir encore un bon moment…

Ici on fait du zèle pour ne surtout pas offenser les chrétiens, là on s’agite pour éviter de froisser tous les autres. A ce train-là, on parlera bientôt klingon ou elfique pour ne pas risquer d’exclure ceux qui ne connaîtraient pas la… langue commune. Et tant qu’on y est, on adopte le calendrier galactique standard ou même le calendrier révolutionnaire.

D’ailleurs, pour rire, posons cette simple question à la BBC : Quel événement sert donc de référence pour le début de l’ère commune ? La réponse pourrait s’avérer amusante. En attendant, et parce que je ne suis pas rancunier : que Dieu sauve quand même la reine !

Publicités

22 réflexions sur “Yet, AD/BC rocks!

  1. §7: f*ck you too. juste pour le principe. je suis surpris que Radio France n’ait pas pris les devants d’une telle réforme… Juste une question, en ont-ils profité pour interdire le titre : « Miss » ou pas encore ? ah les élections de « Mrs World »…

  2. Non mais ho, t’insultes ma mère toi ! Et puis aussi le nom de mon père, l’illustre.

    Bon, la traduction, c’est du copier-coller vite fait et (techniquement) bien fait du sieur Serraf himself. Si on peut même plus se fier aux journalistes, fussent-ils blogueurs…

  3. @ David : C’est clair qu’on se demande à quoi servent nos impôts placés dans Radio France s’ils ne sont même pas foutus d’être à la pointe sur ce genre de grandes questions…
    Quant à l’élection de « Madame France », ça pourrait avoir de la gueule ! (Quoique la véritable avancée féministe serait plus probablement de supprimer ce concours !)

    @ Henry le Barde : Figure-toi que j’ai failli recopier à mon tour, et me moquer de la BBC qui n’est même pas foutue de savoir ce qu’est vraiment une aire. Et puis – l’instinct journalistique, sans doute – j’ai été pris d’un gros scrupule et, malgré toute la confiance que je vous fais à l’un comme à l’autre, je me suis dit que je ne pouvais quand même pas publier sans vérifier. Et j’avoue, j’ai été très déçu. Pas tant par vous que par le fait que la rigueur lexicale de la BBC me privait de quelques bonnes vannes, du coup… ;)

  4. Je vous lis avec gourmandise depuis un petit moment déjà et je fais souvent profiter mon entourage de vos commentaires.
    Aujourd’hui je me permets d’intervenir pour une correction toute fraternelle. J’aime beaucoup le ton plutôt léger, un brin ironique et second degré de votre blog. Mais aujourd’hui je bute sur cette incise « et je t’emmerde »que je trouve inutilement grossière. C’est d’ailleurs la raison qui fait que je ne transmettrai pas cet article dont le sujet mérite pourtant d’être connu.
    Nul besoin de publier ce commentaire ! mon premier mouvement était de le taire ; réflexion faite, je vous l’envoie.
    Bien cordialement

  5. @ Pomdapi : Vous avez raison. Seulement voilà : je suis fondamentalement un sale gosse, qui éprouve un plaisir idiot à dire des gros mots… Il ne faut pas chercher plus loin. Mais j’entends votre remarque.

  6. Bon, c pas tout, mais je vais me pager ce soir en espérant me réveiller demain en 2011 même en common area, et pas en 27 after Zuckerberg ou en 68 after Jagger parce qu’avec ces tordus de BBC -un pervers sommeille en tout anglais-, on pourrait au moins respecter ce qui n’est plus commun à tous ?

  7. De souvenir, le « et je t’emmerde » est aussi une antienne sur ce blog, et les antiennes ont particulièrement leur place sur ce blog, non ?

  8. De toutes façons, quand on demande aux collégiens la signification des initiales J.C. qui nous servent pour la datation française, il y a un pourcentage non négligeable qui nous explique qu’il s’agit de Jules César « (ben quoi, à 52 ans près, j’y étais presque… c’est quasi pareil!!! »). Et beaucoup d’autres parlent de -753 plutôt que de 753 av J.C.
    Si j’osais, je conclurais mon commentaire par « sans commentaire… »

  9. en réponse au n° 3,comme ça, l’aire de rien, c’est sur la signification d’era ou d’aera qu’il faudrait leur fère la leçon à la BBC? (j’en perds mon latin…)

  10. …et je fais même de la dyslexie par écrit: c’était bien sûr area que je voulais écrire et non pas aera

  11. Tant qu’on y est, pourquoi continuer d’utiliser un calendrier commençant avec le Christ et mis à jour par le Vatican vers 1580? C’est peut-être le moment de créer une nouvelle ère, et peut-être d’autoriser chacun à la définir à son gré, selon ses critères personnels. Autant d’humains, autant d’ères. Ne nous laissons pas enfermer dans une « ère commune » qui ne saurait être qu’arbitraire et contraignante.

  12. Ils ne sont pas au bout de leur effort. Après avoir supprimé le « Before Christ », ils vont carrément changer la date de référence pour plus de laïcité. Je propose 1962 parce que c’est l’année préférée de Claude François. Ou bien au 8 juillet 2006 quand Zidane a marqué de la tête dans le torse de Materazzi en finale de coupe du monde. Ou bien la mort de Bob Marley.
    Remarque, s’il veulent tout laïciser jusqu’au bout ils n’ont qu’à appeler le « Piss Christ » « Piss Common ». Comme ça la Chambre des Communes se sentira exaltée ».

  13. Je me trompe ou il me semble avoir déjà beaucoup entendu les expressions “avant notre ère » et “l’an n de notre ère » dans notre bonne vieille langue de Molière ?
    Finalement, nous avions bien pris les devants :-)

    Amicalement

  14. A vrai dire, les Anglais n’ont rien inventé, cela fait maintenant une dizaine d’année qu’on explique à l’IUFM aux futurs professeurs d’Histoire-géo qu’il ne fait plus utiliser le Av. J.C. et le Après J.C. . Qu’il faut utiliser avant notre ère, et après notre ère. Et ça n’a pas du tout provoqué un tollé médiatique. Bien au contraire cela a été applaudis au nom de la sacro sainte laïcité, le dogme de la République française. En tant que professeur d’Histoire-Géo, je risque même de devoir m’expliquer devant l’inspecteur, si j’utilise dans mes cours J.C.

    Alors, ne jetez pas, je vous prie la pierre à ses pauvres anglais!!!

  15. Ils ont eu raison de faire ça les anglais : quand on sait aujourd’hui que le mec qui a calculé « l’année une » se serai planté de 4 ou 5 ans (Hérode le grand étant mort en moins 4 et d’après les évangile, jesus est né sous son règne) ce qui donne que « Jésus est né vers moins 5 avant lui même ».(en même temps il est Dieu, donc pourquoi pas !)
    ça fait moins con de dire qu’il est né vers moins 5 avant notre ère
    Le truc c’est que si on fonctionne comme ça, ça serait donc la rentrée de Jésus au CP qui marquerai le début de notre ère ?

  16. Si je puis me permettre…

    l’expression en cause a des origines un peu plus complexe. En particulier les archéologues l’utilisent volontiers en raison des moyens employés pour dater les artefacts : par exemple le carbone 14 permet de déterminer l’âge en termes de durée écoulée jusqu’aujourd’hui. De la sorte, les archéologues et préhistoriens préfèrent spécifier une durée écoulée “jusqu’au présent”. Le présent est fixé arbitrairement à l’année 1950, ce qui est d’une précision en général suffisante et permet en outre de ne pas rendre les datations obsolètes tous les ans.

    Suivant les domaines, donc, une telle datation sera plus pertinente que des « avant Jésus-Christ ».

  17. J ai une question :
    Aujourd’hui nous somme en quelle année ?
    en +6 apres Facebook
    en +7 après WoW
    en +10 après Wikipédia
    en +13 après Google
    en +35 après Apple
    en +36 après Microsoft
    Maintenant que c’est plus JC le point de départ, c est pas pratique de dater.

  18. @ J.M.P. : « notre » ère a au moins l’avantage de ne pas en faire l’ère « commune ». Allez demander aux non-anciennement-chrétiens ce qu’ils pensent de ce « commune », eux qui ont leur propre calendrier. Ou comment se prendre encore un peu plus pour le centre et le contenant du monde tout à la fois quand on est simplement un pays parmi d’autres, issu de la culture judéo-chrétienne.

  19. Bonjour,
    Merci pour cet article. Je voudrais simplement signaler qu’après avoir relu plusieurs fois ce bout de phrase – « plutôt que de faire référence à un juif fondateur du catholicisme et considéré comme prophète par les musulmans » — j’en ai conclu que vous avez voulu parler du fondateur du CHRISTIANISME (et encore, on peut discuter…). Unique Eglise, Corps de Jésus-Christ oblige! Merci!

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s