Parabole du volcan dans la purée

De rien, Mais dites...

Vous êtes bien sur le blogue de David Lerouge… Ou plutôt : dans une sorte de faille spatio-temporelle qui nous ramènerait aux premiers temps de ce blogue-ci, quand je m’amusais encore régulièrement à assommer mes lecteurs avec des images à la con et des paraboles plus ou moins foireuses. C’est donc dans cette lancée que je me (re)situe aujourd’hui, pour une nouvelle petite méditation d’Avent.

Il se trouve simplement que je réfléchissais l’autre jour à la façon dont l’approche de Noël pouvait m’imprégner. Je n’y entre pas toujours facilement, mais cette année je crois que j’y suis déjà. La faute, sans doute, à des excès prématurés de chants pseudo traditionnels, ou au retour fidèle et saisonnier de la Frassateam dans ses œuvres. Bref. J’ai soudain compris de quelle façon nous étions appelés à nous préparer à la venue du Sauveur – et sans aucun lien avec le fait que j’ai compris ça à table.

On emploie souvent l’image du berceau qu’on prend le temps de bien préparer. Et il faut avouer que ce n’est pas non plus complètement idiot… Un bébé, une petite place dans la maison, le bouleversement d’une vie. Ça marche pas trop mal. Sauf que non.

Il en va en réalité de l’avènement du Christ dans nos vie comme de la sauce qu’on ajoute sur la purée. C’est bon, la sauce sur la purée : ça donne un peu de goût à cette mixture de pommes de terre (surtout quand on l’a faite en poudre et à l’eau, ce qui est quand même assez caca-berk, tout le monde vous le dira). Mais la sauce sur la purée, ça ne se dépose pas comme ça, à la va-vite ou par-dessus la jambe (d’autant que ce n’est pas si évident, techniquement). Si on veut bien accueillir la sauce, il faut préparer la purée. Parfaitement !

Car parmi les purées qui vont recevoir la sauce, certaines ne changent rien à leur conduite et ne s’apprêtent pas. Toutes à leur vie et à leurs préoccupations, elles envisagent la sauce comme un événement purement extérieur et s’attendent à être transformées sans effort de leur part. Or, la sauce survient quand elles ne s’y attendent pas ; elle se dépose sur ces purées et ruisselle jusqu’à l’assiette. Ainsi, l’essentiel de la sauce se perd sur la vaisselle, tandis que la purée n’est affectée qu’en surface. Et ces purées auront beau ensuite s’étendre et se disperser pour tenter de récupérer le plus de sauce possible, il est trop tard : la sauce refroidit et leur échappe sans cesse un peu plus loin sur l’assiette.

Mais il est d’autres purées, avisées celles-ci, qui à l’annonce de l’arrivée de la sauce se retournent sur elles-même pour lui préparer un chemin et une place. Elles se réordonnent, font place nette et creusent en leur cœur un petit réceptacle destiné à accueillir la sauce. Pour elles aussi, la sauce survient, et elle vient se nicher dans le petit cratère préparé là spécialement à son attention. Là, elle reste bien chaude et imprègne doucement, de l’intérieur, la purée sans qu’aucune goutte ne se perde sur l’assiette.

Voilà.

Je vous laisse méditer là-dessus, bande de patates… et bonne préparation à Noël !

Publicités

40 réflexions sur “Parabole du volcan dans la purée

  1. Purée ! Edmond j’en avais gros sur la patate: dimanche soir et tout et tout…et là, un souvenir d’enfance « moi je fais un petit volcan… », une de ces ..métaphores inspirée!..,et juste bien ri… ouah, j’opte pour génial ;-)

  2. C’est complètement con.

    Lamentable.

    Père François : le beurre pas salé, c’est pour les filles. Et encore.

  3. les filles aussi savent tres bien apprecier le beurre salé qui, je le proclamme haut et fort, est la seule sorte de beurre digne d’exister sur cette Terre….

  4. Ca délire un peu mais c’est marrant et pas vraiment tout con (désolée Koz !). On dirait la parabole du semeur à la sauce (!) Edmond Prochain. Comment élever son âme en contemplant son assiette.

  5. @ JB Balleyguier : A choisir, je préfère encore être fou, je crois… Après tout, il n’a jamais été question que Dieu choisisse ce qu’il y a de génial dans le monde !

    @ s.u.Père François : Je vois pas l’intérêt de remettre du beurre, puisque dans une vraie bonne purée, la recette précise qu’il y en a déjà trop.

    @ Koz : Eh ben casse-toi, alors ! Et retourne faire tes billets pourris sur ton blogue débile !
    (Ah oui : bisous aussi !)
    (Et ne vous inquiétez pas, les gens.)

    @ Xavier : Entre tes moeurs alimentaires et celles de ton vicaire, je crois qu’il va être grand temps que l’inspection gastronomique vienne mettre son nez dans ton presbytère.

    @ Cybersister : Délirer ? où ça ? quand ça ?
    En plus, je me suis trompé. Je me rappelais mal : ce n’est pas en mangeant que l’idée m’est venue, mais en priant. Si ça c’est pas la preuve que c’était inspiré… (Comment ça, non ?)

  6. quand tu dis « vous êtes bien sur le blogue de David Lerouge ». Je dis oui. On y est bien.

    tu veux une petite gorgée de bière?

  7. Non il a dit une Rochefort. Avec une paille. Mais pour moi en effet je préfère des frites avec la bière, et pas de sauce. Ni de paille.

  8. Non, mais l’autre, hé. Il nous pond un « Jésus, c’est du beurre salé » et il voudrait qu’on se fâche pas. Moi je te dis, mon petit monsieur, je m’en vais asperger tes visiteurs d’huile de vidange, pour défendre l’honneur de NSJC, ça va pas traîner.

  9. Enfin une homélie que j’ai compris… Oui, j’ai compris, Edmond, t’es pas curé. Mais pourquoi on nous sert souvent (toujours) des homélies, sans sauce ? Et la purée sucrée, c’est sucrément bon !

  10. Lundi confessions – J’avoue, la première fois, avoir lu le titre un peu trop rapidement : je lisais ‘Parabole du vatican dans la purée’… faut croire que j’avais pas la patate !

  11. @ Koz : Intégroïde !

    @ Rose-Marie et David : J’me sens davantage prophète et roi, ces derniers temps, pour tout dire… ;)

    @ s.u.Père François : C’est du propre, tiens !

  12. Un de ces quatre, faudra faire un livre avec tes paraboles au canard-purée-en-sauce-dans-une-assiette-en-béton. Avec tout ça on commence à avoir un beau corpus pour expliquer notre foi (sans e) à tous ces païens qui n’y comprennent rien…

    A quand une parabole au chocolat ?

  13. Moi j’adore les paraboles culinaires, pécheur que je suis. Gourmand, et paresseux aussi: parce qu’il faut bien reconnaître qu’il est moins fatigant de faire un volcan dans sa purée que de préparer à travers le désert le chemin du Seigneur, à savoir : tracer dans les terres arides une route aplanie, combler tous les ravins, abaisser montagnes et collines, redresser les passages tortueux et changer les escarpements en plaine… Même avec une bonne bétonnière…

  14. Dis-donc, Xavier, c’est bizarre, ton truc, quand même! (ça m’a même l’air pas trop ragoûtant, même si, en général, je ne suis pas contre les mélanges…) Et dire que tu me disais que Jésus venait dans le BON vin! Bon, mais « des goûts et des couleurs… »
    Bon, bonne fête de l’Immaculée Conception, à part ça !
    @Edmond: ah, bon, parce que son vicaire aussi, il a des goût bizarres? Bon, pour moi, la purée, pas question de la faire avec de la poudre et de l’eau, ma religion me l’interdit: c’est un peu plus long à préparer, mais ça mérite le nom de purée au moins (et avec le beurre salé, c’est meilleur!)
    ça ferait une super source d’inspiration pour homélies, ton blogue, dis?
    Pour se préparer à Noël, je retiens l’idée! (bon, moi, j’ai en sus la mission du 8 décembre! ça évite de s’endormir pendant l’Avent!)
    Et à propos de beurre salé, je le dis pour BN, j’adore ça, mais heureusement que ce n’est pas le seul beurre sur la terre! Comment on ferait, pour les tartines de confiture ou de miel? (je sais, je sais ce qu’on va me répondre, mais non, ce genre de mélange au petit déj, désolée, mais non, pas possible, le matin au réveil, c’est du masochisme!) bon, encore une fois, (en latin cette fois, c’est plus drôle!) « de gustibus et coloribus… »

  15. baaaaah voyons! la confiture ou le miel, ca se mange sans beurre! (oui. j’ai des principes culinaires très arrêtés.)

  16. @BN: ah, j’avais exactement les mêmes principes à l’âge où Xavier Malle mangeait de la purée sucrée! en grandissant, je me suis mise au mélange (!!!)
    @Nitt: la parabole au chocolat sans risque de crise de foi (e), je veux bien!!! (miam!)
    et une parabole au fromage, alors? (pour accompagner les réflexions sur le vin de messe!)

  17. En ce moment, la mode à la télé c’est la cuisine et toi aussi tu t’y met.
    Moi je préfère la purée nature sans sauce avec juste du fromage que je fait fondre dans la purée chaude, je fais comment alors ?

    PS : le vrai beurre (c’est à dire le pas salé) c’est celui ou on a pas besoin de préciser s’il est salé ou pas.
    le beurre salé c’est juste un truc qui ne sert qu’à un effet de mode ! En plus c’est pas bon ! (Et puis le mont St Michel est en Normandie ! ).mais bon, « on est quand même pas venu pour beurrer les sandwichs »
    Et puis le beurre normale, c’est meilleur pour les sandwichs pour un pic-nic vu que je compte manger un sandwich avant d’aller à ND de Paris ce soir (y a pas qu’à Golgota qu’on peu manger un picnic le 08/12 au soir).

    Entre le beurre salé qu’est pas bon, le Mont Saint Michel en Normandie et le lien entre Golgota et picnic, je crois que j’ai mis suffisamment de quoi faire MONTER LA PUREE pour alimenter les discutions ici jusqu’à Noël

  18. C’est drôle, j’ai pensé exactement comme JBB en te lisant… il est tombé sur la tête le pauvre Edmond. Et il s’est pas raté en plus. ;P
    Sans un grain de folie, il n’est point d’homme raisonnable c’est ça? Bonne suite d’Avent ami patatier.

  19. De l’intentionalité de la purée devant la grâce, euh non, la graisse – dans la sauce, bien-sûr… Fichtre. Au moins.

    Bon, et tu n’as pas songé à la coordination de la parabole de la purée avec l’image du bébé ? Parce que chez moi, hein, bébé + purée = ça en met partout sur les murs… (Après, si tu arrives à me trouver un sens spirituel et parabolique à tout ça… Chapeau !)

  20. @ C.C. : Je l’ai dit, la purée en poudre, c’est pas bon. Mais pour une illustration, ça reste quand même plus facile…
    En revanche, je suis assez d’accord pour les mélanges au petit déj. De toute façon, rien ne vaut une bonne tartine de reblochon à la gelée de groseilles !

    @ FX : Espèce de troll !

    @ Eliette : C’est un peu l’idée. Mais surtout : sans un grain de folie, qu’est-ce qu’on s’emmerderait ! Et ne négligeons pas la force spirituelle de ces petites choses très incarnées, très concrètes. Elles peuvent nous faire avancer bien plus vite qu’on ne croit, parfois…

    @ C.S. Indhal : Mais c’est très simple, voyons ! Il arrive parfois que, quand on accueille la sauce de la purée avec un coeur d’enfant, cette sauce soit une source jaillissante d’allégresse en nous, et qu’il nous soit impossible de la garder pour nous : il nous faut la répandre immédiatement tout autour de nous. ;-)

  21. Pour continuer le délire parmentier, je vous invite à découvrir le concept de Poptatoes, 18 rue Montorgueil -75001
    http://www.poptatoes.fr/
    Pour un volcan dont la lave est à croquer et délicieuse, et vous pouvez même la choisir !
    C’est çà le quotidien, toujours choisir.
    Le quotidien ou la liberté ?
    But ou moyen pour être heureux ?

    A bientôt les parmentier boys and girls ….

    Inès

  22. Aujourd’hui, déjeuner chez mes parents (avant de partir en chasse des cadeaux…). Au menu: une vraie bonne purée de comme quand j’étais petite, avec le poulet qui va avec et bien sur, plein de sauce.
    Ben, en fait, ça marque, les billets d’Edmond! Pas pu m’empêcher de penser à ce billet et de me demander si, pendant cet avent, j’avais bien creusé un puits pour pouvoir accueillir le Christ, comme j’étais en train de le faire dans mon assiette pour la sauce…
    Pfff…
    ;-)

  23. Sympa comme façon d’écrire! :) Je suis contente d’avoir découvert ton blogue. Ca fait du bien de voir qu’on est pas la seule à délirer. Je vois beaucoup de catho se prendre trop au sérieux et ça décourage les jeunes a mon avis.

    Soeur C.S amj
    :)

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s