Le pape s’en va, et personne ne l’avait vu venir

Humeur(s)

signature-benoit-xviOn pourrait presque dire : Sans surprise, ce fut la surprise. La capacité à déjouer les pronostics, le peu de cas que ce pape aura fait des étiquettes qu’on cherche à lui apposer. La liberté, en somme.

Quelle magnifique leçon nous donne aujourd’hui Benoît XVI… On peut aimer ou pas l’homme, le théologien, le pontife, ce geste audacieux marquera légitimement les esprits. Il y a même tout pour émouvoir dans ce départ, et les mots qui l’accompagnent. « Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement mon ministère. » Si seulement nous étions parfois capables d’en dire autant…

Les mots sonnent juste, la démarche sonne juste. Oserai-je le dire, au risque de ne pas être compris ? Je l’espérais un peu. Je n’espérais pas son départ, mais plusieurs fois déjà je me suis pris à rêver d’un acte aussi fou et aussi libre, pour clore un pontificat dont les commentateurs vont avoir tout le loisir d’analyser les imprévus (nombreux).

Tenez : le 27 décembre dernier, j’échangeais quelques mails avec un ami journaliste (Jean Mercier, pour ne pas le nommer). Nous parlions de l’année à venir, de ce qui pourrait nous attendre. Jean plaisante : « Un conclave ? » et je renchéris : « Un conclave avec un pape honoraire, ça va être quelque chose ! » De ce bref échange est né une conversation beaucoup plus approfondie, durant laquelle Jean m’a demandé si ce n’était que de l’humour ou si je le pensais. En fouillant dans ma boîte mail, voici la réponse que je lui ai faite alors :

« En fait, je n’en sais strictement rien. Ce serait un très gros débat, et j’y réponds par une vague intuition, par trop légère !…

Mais ce que je crois profondément, c’est que Benoît XVI est un pape qui peut encore nous surprendre. Et au fond, je ne serais pas étonné que ce soit lui – le « pape réac » – qui fasse le pas de démissionner, s’il devait se rendre compte qu’il n’a plus la force de diriger l’Eglise. Il en serait bien capable, même si je suis tout autant convaincu qu’il ira jusqu’au bout de ce que ses forces lui permettent… »

Pour un peu, je n’aurais pas grand chose à dire de plus aujourd’hui que ces quelques lignes d’hier.

Si je raconte cela, ce n’est pas pour faire celui qui avait eu l’intuition de ce qui se passe aujourd’hui. C’est pour manifester l’émotion qui a été la mienne en découvrant l’information ce matin : d’abord, comme tout le monde, je suis resté incrédule devant mon écran, n’osant croire ce qui était en train de se passer. Benoît XVI annonçait sereinement qu’il renonçait à son siège, qu’il était arrivé au bout des forces qu’il pouvait mettre au service de sa mission. Quelle humilité, quand on y pense, dans un monde où tout le monde cherche sans cesse une place, ou s’accroche à la sienne ! Dire : Je suis trop vieux, je n’en suis plus capable, je me retire. Et pas n’importe comment : pas dans le monde, où il deviendrait bien vite « le prédécesseur », véritable poison pour le pape que nous aurons à l’issue du carême, celui qu’on viendrait encore consulter et qu’on chercherait à opposer au nouveau ; non, il se retire dans le secret, pour finir sa vie en silence et en prière.

Autant j’ai admiré la force de Jean-Paul II qui a voulu tenir jusqu’à l’extrême bout de ses forces, autant je suis époustouflé par ce courage, à mes yeux plus grand encore, de celui qui s’en va sereinement. Du premier au dernier jour, le style de Benoît XVI se sera donc opposé à celui de son prédécesseur, comme deux visages d’une même foi incarnée : forte et douce. Le roc et l’argile.

Si on m’avait demandé hier quelle image je pensais devoir retenir de Benoît XVI, j’aurais probablement cité le pape debout aux Quatre-Vents, à Madrid, pendant la tempête. Il est évident que l’image du vieil enseignant qui quitte la salle tranquillement une fois son travail accompli sera plus forte encore.

Merci, cher père. Priez pour nous ; nous prierons avec vous.

20 réflexions sur “Le pape s’en va, et personne ne l’avait vu venir

  1. en lisant ton commentaire face à cette démission de Benoit 16, je m’ appercois vraiment que c’est vrai qu’il est très différent de Jean Paul II…
    chacun sa manière de voir son ministère et la façon dont il se doit de l’exercer.
    a nous de prier notre Père céleste de nous donner un nouveau guide qui saura être témoin de son amour pour tous ses enfants de la terre.. Amen

  2. Je l’ai appris par texto ce midi, au cdi. Je suis restée bête un bon moment. Vaguement pensé que c’était une blague. Et puis, oui. Vous avez raison, y a quelque chose d’extraordinaire dans ce qu’il a annoncé aujourd’hui.

    Merci Edmond.

    Merci Benedicto

  3. C’était mon intuition de ce matin, merci Edmond d’avoir mis des mots sur ce sentiment.

  4. Un bel article qui résume bien mon sentiment.
    J’étais en cours quand j’ai reçu une notification sur mon téléphone m’informant de son renoncement. Et là : le choc ! Tellement surprise et tellement impressionnée par sa décision. J’ai même cru, pendant un moment, qu’il s’agissait d’un canular. Mais non, Benoît XVI s’en va, laisse une charge devenue trop lourde à porter pour lui… Un Pape courageux face aux réalités du monde qui nous entoure, voilà ce que j’en retiendrais ! Ainsi que la veillée de prières aux JMJ de Madrid avec cette tempête subite puis ce grand calme au moment de l’adoration !

  5. Les Chrétiens auraient peut-être intérêt, à cette occasion, à lire Le Message Retrouvé de Louis Cattiaux, publié la première fois dans les années 50 et reçu officiellement en cadeau par trois papes successifs. Il existe en français, anglais, italien, portugais, allemand, catalan et espagnol. Il est dédié aux peuples noirs.
    De nombreuses réflexions de ce livre profond les aideraient sans nul doute.

  6. juste Merci pour ce texte juste. A côté de toutes les conneries débités depuis hier, les pronostics dont je n’ai rien à foutre, les remarques acides, amères,… et si injustes. Je voulais juste dire Merci. Un vrai, un grand merci. comme un baume sur mon coeur, c’est ce que j’avais envie d’entendre et envie de partager aussi.

  7. Merci, Edmond, comme toujours vous avez les mots qui nous manquent. Mots pour dire ce que tous ceux qui croient, ou qui cherchent sincèrement La Vérité au sein de l’Eglise -des Eglises ?-, ressentent en ces jours émouvants. Une décision, somme tout assez banale …hors Vatican !
    Tous les jours, en vieillissant (devrais-je écrire « en avançant en âge » ?) nous devons avoir de ces petits renoncements qui nous permettront d’atteindre un âge avancé sans être trop usés pour assumer…
    Mais, comme notre Pape bien-aimé, le plus tard possible…évidemment.

  8. Comme Eliette, je me suis trouvée bête quand on m’a annoncé la nouvelle au travail.
    Et comme toi Edmond, je trouve complémentaires les façons de vivre leurs pontificats de Jean-Paul II et Benoît XVI : le premier a tout donné jusqu’au bout, comme si ses forces et sa vie-même étaient indissociables de l’amour fou qu’il avait pour Dieu et l’Église, le second qui donne tout ce qu’il peut et choisit son moment pour montrer que l’amour, c’est aussi s’éloigner, parfois.
    L’image du prof qui s’en va une fois son cours terminé est très juste.

    Il va me manquer notre saint père.

  9. Merci beaucoup pour ce superbe article dont je partage tous les sentiments, si bien écrit, plein de tendresse pour « notre père », notre « doux Christ en terre » !

  10. Merci pour les mots justes et simples.
    Il est grand le mystère de la foi. Voilà ce que m’inspire l’acte sage et libre de notre saint père.

  11. Belle intuition… Même si j’ai bien lu que ce n’était pas le but de l’article. Je reste personnellement avec pas mal de questions sur ce geste : courage, liberté ou fuite abandon ? Savoir que l’on était qu’une transition entre deux grand papes, faire un constat d’échec sur les vatileaks, ou suivre son envie première la théologie ??

    Je ne me suis pas fait de réponse encore.

    Bonne journée.

Mettre mon grain de sel

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s